Presse & blogs

Lecteur de flux musclé avec souvent des articles complets dedans.

❯ Flux Isérois
Le Figaro - Le Flash Actu

Sun, 23 Sep 2018 22:09:00 +0200

Allemagne : un nouveau poste pour Maassen

La chancelière allemande Angela Merkel et sa coalition sont parvenues aujourd'hui à un accord sur la nouvelle affectation du chef du renseignement intérieur, dont la promotion à un poste de secrétaire d'Etat avait suscité de vives critiques, a annoncé le ministre de l'Intérieur Horst Seehofer.

>> Lire aussi - Un an après sa réélection, Angela Merkel reste empêtrée dans une crise politique

Hans-Georg Maassen, 55 ans, démis de ses fonctions cette semaine après avoir été accusé de collusion avec l'extrême droite, sera nommé représentant spécial pour la sécurité intérieure, a annoncé M. Seehofer.

Cette nouvelle fonction ne représente pas une promotion en terme de salaire ou de statut. Démis ses fonctions mardi, M. Maassen avait d'abord été affecté dans la foulée à un poste plus élevé, et mieux payé : celui de secrétaire d'Etat à la Sécurité auprès du ministre de l'Intérieur.

Un compromis critiqué de toutes parts

Avec cette promotion-sanction, la chancelière et ses alliés, la CSU bavaroise et les sociaux-démocrates du SPD, avaient espéré alors clore un feuilleton qui avait paralysé pendant plus d'une semaine l'action du gouvernement.

Le SPD réclamait la tête de M. Maassen, accusé de sympathies avec l'extrême droite et d'avoir remis en cause l'existence de "chasses" aux étrangers dans les rues de Chemnitz (Saxe) fin août. De son côté, Horst Seehofer, en désaccord avec la politique migratoire de Mme Merkel, défendait le chef du renseignement.

Mais ce fragile compromis a été critiqué de toutes parts, et notamment au sein du SPD, accentuant la pression sur la patronne des sociaux-démocrates, Andrea Nahles, qui avait accepté cet accord.

Affaiblissement croissant d'Angela Merkel

Sur le plan politique, la crise ouverte autour de M. Maassen n'a été qu'une nouvelle illustration de l'affaiblissement politique croissant de la chancelière, dont le mandat en cours à la tête du gouvernement s'annonce comme le dernier.

Sa coalition a connu les pires difficultés à voir le jour. Et Angela Merkel apparaît depuis continuellement tiraillée entre le SPD, entré à reculons au gouvernement, et la CSU qui ne cesse de contester sa politique migratoire.

LIRE AUSSI :

>> Pour Angela Merkel, la fin de règne a commencé

>> Allemagne : l'affaire Maassen se transforme en crise politique pour Merkel

Sun, 23 Sep 2018 21:54:20 +0200

Blanchiment : la Commission européenne veut une enquête sur le scandale Danske Bank

Bruxelles veut une enquête de l'Union européenne sur les manquements en matière de surveillance qui ont conduit au scandale de blanchiment d'argent touchant la première banque danoise Danske Bank, a indiqué aujourd'hui à l'AFP un porte-parole de la Commission européenne.

>> Lire aussi - Bruxelles s'attaque au blanchiment après plusieurs scandales

Confirmant un article du quotidien britannique Financial Times, l'un des porte-paroles de l'exécutif européen, Christian Wigand, a précisé à l'AFP que la Commission avait adressé une lettre à l'Autorité bancaire européenne (EBA en anglais) organe de surveillance de l'UE - pour l'instant basé à Londres -, lui demandant d'"utiliser pleinement" ses pouvoirs pour enquêter sur ce qui s'est passé dans la surveillance de la succursale estonienne de l'établissement danois, suite aux révélations de manquements internes qui ont amené le directeur général de Danske Bank à démissionner mercredi.

Dans cette lettre, que le Financial Times a pu lire, la Commission demande à l'EBA "d'enquêter sur la possible violation ou non-application du droit de l'Union tant par les autorités de surveillance estoniennes que danoises" et appelle à ce que les problèmes soient traités "avec le degré d'urgence nécessaire".

Le 2 octobre prochain, lors d'une réunion des ministres des Finances de l'UE à Luxembourg, la commissaire européenne à la Consommation, Vera Jourova, compte discuter de cette affaire avec les ministres danois et estoniens, et également présenter des propositions contre le blanchiment d'argent, a précisé le porte-parole de la Commission à l'AFP.

Une affaire qui promet d'être tentaculaire

Ce scandale qui a pris de l'ampleur ces derniers jours au Danemark, pays traditionnellement cité pour son faible niveau de corruption, concerne avant tout la filiale estonnienne de Danske Bank.

Selon la banque danoise qui a commandé un rapport indépendant, cette filiale a vu transiter entre 2007 et 2015 quelque 200 milliards d'euros à travers les comptes de 15.000 clients étrangers non-résidents en Estonie. Une part importante de ces fonds a été jugée suspecte et pourrait porter la somme d'argent sale à plusieurs dizaines de milliards d'euros, provenant essentiellement de la Russie.

Cette affaire, objet d'une enquête du parquet financier de Copenhague et de l'autorité danoise des marchés financiers, promet d'être tentaculaire, l'agence britannique de lutte contre la criminalité ayant annoncé vendredi enquêter sur l'implication d'une société britannique.

LIRE AUSSI :

>> Démission du DG de Danske Bank

>> Danske Bank perd 6% en Bourse après de nouvelles accusations de blanchiment

Sun, 23 Sep 2018 21:39:52 +0200

Maldives : le leader de l'opposition annonce sa victoire à la présidentielle

Le leader de l'opposition, Ibrahim Mohamed Solih, a revendiqué aujourd'hui la victoire à l'élection présidentielle aux Maldives, après une campagne controversée que des observateurs avaient qualifiée de truquée en faveur de l'homme fort de l'archipel, le président sortant Abdulla Yameen.

>> Lire aussi - Yameen entend renforcer sa mainmise sur les Maldives

Selon des résultats provisoires relayés par les médias locaux, le candidat commun de l'opposition est crédité de 16 points d'avance sur Abdullah Yameen, qui briguait à 59 ans un second mandat de cinq ans.

L'opposition, sur la base de ses propres sondages réalisés à la sortie des urnes, a affirmé que Solih, alias Ibu, l'emportait avec 63% des suffrages exprimés.

Une victoire confirmée par une ONG

L'ONG Transparency Maldives (TM), l'une des rares à pouvoir observer le déroulement du scrutin, a confirmé la victoire de l'opposition.

"Nos résultats basés sur un décompte rapide indiquent qu'Ibrahim Mohamed Solih a remporté l'élection présidentielle avec une marge déterminante", note dans un communiqué l'ONG qui appelle à un "transfert pacifique du pouvoir".

"Un moment de joie et d'espoir"

"C'est un moment de joie, un moment d'espoir. C'est un voyage qui s'achève dans les urnes parce que le peuple en a voulu ainsi", a déclaré Ibrahim Mohamed Solih devant la presse à Malé, la capitale des Maldives.

"Le message est fort et clair: le peuple des Maldives veut le changement, la paix et la justice. J'aimerais appeler le président Yameen à accepter la volonté du peuple et à engager une transition douce du pouvoir telle que prévue par la Constitution", a-t-il ajouté.

LIRE AUSSI :

>> Les Maldives, un archipel paradisiaque rongé par l'islam radical et la corruption

Sun, 23 Sep 2018 21:19:44 +0200

Corruption en Haïti : des manifestants réclament une enquête internationale

Des centaines de manifestants ont une nouvelle fois défilé dans les rues de la capitale haïtienne aujourd'hui pour dénoncer la corruption, réclamant une enquête internationale pour faire la lumière sur la gestion des fonds Petrocaribe.

"Notre plus grand problème en Haïti c'est l'injustice : le système judiciaire est aux mains d'une clique. Comment pourrait-on avoir confiance?" questionne Emmanuel Junior Cassis, manifestant dimanche dans les rues de Port-au-Prince.

"Voyez quand des mauvaises choses se passent en Afrique, là où la justice est faible, la cour pénale internationale est appelée en renfort : il faut que ça soit pareil pour nous ici, pour stopper ceux qui dérobent l'argent du peuple" suggère-t-il.

Mauvaise usage de près de 2 milliards de dollars

Depuis 12 ans, Haïti bénéficie du programme Petrocaribe, initié par l'ancien président vénézuélien Hugo Chavez, qui permet à plusieurs pays d'Amérique latine et des Caraïbes d'acquérir des produits pétroliers à un coût avantageux, et de payer leurs factures sur 25 ans à un taux d'intérêt de 1%.

En 2016 puis en 2017, deux enquêtes du sénat haïtien sur le mauvais usage de près de 2 milliards de dollars de ce fond avaient épinglé une douzaine d'anciens ministres, du parti actuellement au pouvoir, mais jamais les rapports n'avaient pas été suivi de poursuites judiciaires.

"Notre système de justice est faible, donc il nous faut le soutien de la communauté internationale, aussi parce qu'il y a eu des firmes internationales qui ont pris de cet argent avec des contrats bidons" explique Jean François Felinor au milieu du cortège.

Une campagne citoyenne contre la corruption, lancée mi-juillet sur les réseaux sociaux, mobilise régulièrement dans les rues des principales villes du pays. Plusieurs petites manifestations ont également été organisées par la diaspora haïtienne aux Etat-Unis.

Face à ce mouvement, le nouveau Premier ministre haïtien a affirmé que son gouvernement allait aider à la lutte contre la corruption. "Des réponses doivent être données sans délai aux accusations de corruption qui entachent aussi bien les actions gouvernementales que celles de certains bénéficiaires de faveurs au détriment du bien commun", a déclaré Jean-Henry Céant le 17 septembre, dans son discours d'investiture.

Sun, 23 Sep 2018 21:13:12 +0200

Mondial : les volleyeurs français éliminés, la Pologne bat la Serbie

La France avait fait le job, mais son sort n’était pas entre ses mains. Les Bleus avaient en effet battu l’Argentine ce dimanche, emmenés par un Earvin Ngapth des grands soirs. Elle devait alors espérer un succès de la Pologne, tenante du titre, sur la Serbie, mais ce n’est pas arrivé. La Pologne l’emporte 25-17, 25-16, 25-14 et élimine les hommes de Laurent Tillie au deuxième tour.