Presse & blogs Lecteur de flux musclé avec (souvent) des articles complets dedans!

❯ Flux Isérois
L'actualité par l'Humanite.fr

Mon, 23 Jul 2018 09:21:39 +0200

Européennes La France insoumise valide ses listes

La France insoumise a voté pour déterminer les candidats qu’elle présentera aux élections européennes de mai 2019. Dans son rapport du 30 juin, le comité électoral du parti a fixé la liste paritaire des 66 candidats retenus, après avoir reçu 637 candidatures. Une consultation a ensuite été ouverte du 4 au 20 juillet pour que les militants insoumis approuvent ou refusent le rapport. Sur le papier, c’est sans appel : le 21 juillet, 86,97 % des votants ont approuvé le rapport, contre 13,03 % qui le contestent. Mais ce fort taux d’adhésion est contredit par une abstention élevée (95 %).

Dès les résultats connus, le conseiller régional d’Occitanie Liêm Hoang-Ngoc, « socialiste insoumis », relève que, sur 580 000 militants revendiqués, seuls 33 000 ont voté. L’économiste voit là « un désaveu massif et puissant qui a été exprimé par les militants pour la composition de la liste européenne contestée », et ajoute, dans un communiqué publié sur son compte Facebook : « La direction du mouvement doit entendre la clarté de ce message et revoir sa copie d’urgence. » Il avait suspendu sa candidature FI aux élections européennes du fait de « sa mise à l’écart », ne figurant qu’en huitième position. Olivier Spinelli, ancien candidat FI aux élections législatives dans la 5e circonscription de la Somme, dénonce quant à lui un mode de scrutin qui manque de transparence, notamment à cause du mode de dépouillement numérique. Il mentionne, dans une lettre publiée par Liêm Hoang-Ngoc, un « scrutin dépouillé numériquement par on ne sait qui ni comment, aucune indication sur ces données élémentaires n’étant mentionnée sur la plateforme ». Il souligne que les militants ont voté pour une liste à laquelle il manque plus de dix noms, et que le vote blanc n’était pas autorisé, alors que la France insoumise revendique sa reconnaissance.

Le comité électoral a pourtant tenté de répondre à ces critiques dans son rapport du 30 juin. Il met notamment en avant « une méthode d’élaboration de la liste totalement innovante, en rupture avec les mécanismes des organisations politiques traditionnelles ». Celle-ci consistait à préparer une liste de 70 candidats, puis à écouter les remarques des militants insoumis à son propos, avant de fixer des listes ordonnées : 848 contributions des insoumis et insoumises ont été prises en compte pour faire de cette élaboration un processus « très exigeant », estime la FI, « loin d’être dans l’entre-soi ». Le rapport rappelle également que les 13 noms encore absents de la liste des candidats sont réservés à des candidatures ouvertes qui seront étudiées par le comité électoral.

Une représentation  de « la diversité sociale et des luttes de notre pays»

D’après le rapport, les candidats ont été choisis en vue de représenter « la diversité sociale et des luttes de notre pays au travers de leurs engagements associatifs, syndicaux ou politiques ». Apparaissent en tête des proches de Jean-Luc Mélenchon comme Charlotte Girard, responsable du programme de la FI, son coordinateur Manuel Bompard, Benoît Schneckenburger, philosophe-garde du corps de Mélenchon, Leïla Chaibi, militante associative et secrétaire nationale du Parti de gauche (PG), Gabriel Amard, également issu du PG, Younous Omarjee (seul député européen FI, il remet son mandat en jeu), ou Farida Amrani, ex-candidate aux législatives battue par Manuel Valls. Quant aux « luttes », elles sont imagées par la présence d’Anne-Sophie Pelletier, salariée d’un Ehpad et syndicaliste, Bernard Borgialli, un des leaders de la grève des cheminots à Marseille, ou la militante associative (ex-NPA) Laurence Lyonnais. 

Mon, 23 Jul 2018 09:07:19 +0200

Avignon OFF. Charles Gonzales crache le grand Will

Alain Timar met en scène au cordeau ce parcours sur le plateau nu qui ne se remplit qu’avec des costumes sur des mannequins déplacés à la main qui ramènent, au final, à l’imaginaire du travail théâtral. Gonzales est comme un halluciné. Il arrive d’abord en Fédor qui balaie consciencieusement la scène en hommage, par le prénom, au grand auteur russe chez qui tout est conscience. 

Epoustouflante performance, l’acteur enfile comme des perles sur un fil invisible Hamlet, Othello, Macbeth, Le Roi Lear. Ce ne sont pas des citations d’études, encore moins d’érudit, ce sont, au sens propre du terme, des fulgurances, des mots brandis comme des balles. Car Shakespeare, c’est la guerre, la guerre du pouvoir, la guerre des ambitions, la guerre des jalousies. Dans une séquence  impressionnante, l’acteur qui a roulé sa bosse, à la dégaine de celui qui a, déjà, « vécu », au visage marqué, finit en traînant au sol, au bout de ses bras, comme un soldat défait, armure et épées. En un éclair, on peut y déceler un message : le comédien suggère, qu’au travers du grand auteur élisabéthain, on s’épuise à traîner le monde de la guerre et de la cruauté comme une misère. Il n’est pas interdit de penser à aujourd’hui.

Les carnets d’un acteur. Par Charles Gonzales. Mise en scène Alain Timar. Théâtre des Halles. 17 heures. Jusqu’au 29 juillet. Tel : 04 32 76 24 51.

Mon, 23 Jul 2018 08:57:19 +0200

Canicule, à quelle température et conditions les salariés peuvent cesser le travail ?

Au travail, à l'extérieur comme à l'intérieur, en cas de grosses chaleurs, des mesures doivent  être prises pour prévenir la santé et assurer la sécurité du personnel comme indiqué dans le 

Le code du travail ne prévoit pas de niveau de température au-delà de laquelle le plan canicule doit être déclenché ou le travail cesser. Cela dit à partir de 30 ° C dans les bureaux ou 28°C sur les chantiers,  s'il y a risque et danger... les salariés ont alors un droit de retrait. C'est le cas lorsque l'employeur n'a pas pris les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs par la mise en place d’une organisation et de moyens adaptés. » - article du code du travail.

Ces mesures et moyens OBLIGATOIRES sont :

- ventilation et aération des locaux de façon à maintenir un état de pureté de l’atmosphère et d’éviter les élévations exagérées de température, les odeurs désagréables et les condensations - articles du code du travail,

- mise à disposition d’eau fraîche potable et notamment de bouteilles d’eau gratuites et même des boissons non alcoolisées fraîches - articles du code du travail.

A ces deux mesures obligatoires, peuvent s’ajouter (sans obligation) le décalage ponctuel des horaires (arriver et repartir plus tôt), la limitation des cadences avec des plages de repos plus fréquentes etc. Ces recommandations de l’INRS (institut national de recherche et de sécurité) ont fait l’objet d’une brochure consultable sur

Le CHSCT (ou le CSE qui le remplace) doit également être alerté et alerter l’employeur comme vous pouvez en prendre connaissance en cliquant sur

 

Malgré les mesures prises ou faute d'en avoir arrêtées, certains salariés peuvent se sentir mal (fièvre, malaise etc.) ou en danger (suffocation par exemple). Ils peuvent alors faire jouer un droit de retrait.

C’est permis par les articles et ainsi que du code du travail. Le ou les salariés concernés peuvent s'en référer, alerter les élus au CHSCT et se retirer de leurs postes de travail.

Aucune sanction, aucune retenue de salaire ne peut être prise à leur encontre. Lorsque c’est le cas notamment parce que l’employeur considère le retrait abusif, c’est au Prud’hommes de trancher.

 

 

Liens utiles

-

-

Mon, 23 Jul 2018 08:48:19 +0200

L’intersyndicale des retraités mobilise les 3 et 9 octobre

Une intersyndicale regroupant neuf syndicats et associations de retraités (la CGT, FO, la CFTC, la CFE-CGC, la FSU, Solidaires, FGR-FP, LSR, Ensemble et Solidaires) se mobilise régulièrement contre les attaques gouvernementales sur les pensionnés. Le 3 octobre, des représentants de cette intersyndicale accompagnés de retraités de...

Mon, 23 Jul 2018 07:52:52 +0200

Allocation de rentrée scolaire 2018, pour qui, combien, quand ?

1.- Pour qui l'ARS ?

L’allocation de rentrée scolaire est versée aux familles pour leurs enfants scolarisés du CP à la Fac ou en apprentissage, âgés de 6 à 18 ans (nés entre le 16 septembre 2 000 et le 31 décembre 2012 inclus)… sous condition de ressources.

Le plafond de ressources annuelles à ne pas dépasser pour en bénéficier est le suivant (revenu net imposable 2016 - année n-2) :

- 24 453 € pour les familles qui ont un seul enfant à charge,

- 30 096 € pour les familles qui ont deux enfants à charge,

- 35 739 € pour les familles qui ont trois enfants à charge,

- 41 300 € pour les familles qui ont quatre enfants à charge.

Ajoutez 5 643 € par enfant à charge supplémentaire.

Remarque : ce plafond de ressources évolue peu voire stagne (24 453 cette année pour une famille avec un enfant à charge cette année, 24 404 euros en 2017 et 2016, 24 306 euros en 2015, 24 137 euros en 2014). Ce qui restreint son accès.

Deux choses à savoir :

- l'ARS est versée aux parents d'enfants handicapés ayant atteints l'âge de 6 ans mais encore scolarisés en maternelle,

- en bénéficient également les familles d’enfants de moins de 18 ans en apprentissage sous condition de ressources ci-dessus mais également sous réserve que la rémunération tirée de l’apprentissage ne dépasse pas 55% du

A noter que si ces plafonds sont un peu dépassés, il est possible de demander une

Liens utiles :

-

-

 

2.- Combien ?

Les montants versés pour la rentrée scolaire 2018-2019 sont les suivants, par enfant scolarisé ou en apprentissage :

- 367,73 € par enfant de 6 à 10 ans,

- 388,02 € par enfant de 11 à 14 ans,

- 401,47 € par enfant de 15 à 18 ans.

Les familles bénéficiaires recevront cette allocation directemetn sur leurs comptes bancaires.

 

3.- Quelles démarches ?

C’est votre Caf (caisse d’allocations familiales) ou votre caisse de MSA qui gèrent et versent les ARS.

Trois possibilités :

1.- votre enfant est âgé de moins de 16 ans et vous avez déjà été allocataire de l’ARS : pas de démarche à faire si vous avez effectué la déclaration des revenus 2016 à votre Caf ou votre caisse de MSA,

2.- votre enfant est âgé de 16 ans ou plus et vous avez déjà été allocataire de l’ARS : vous devez en plus d’avoir fourni la déclaration des revenus 2016 à votre Caf ou caisse de MSA, leur avoir déclaré que votre enfant est toujours scolarisé ou en apprentissage.

Notez-bien : cette déclaration peut se faire en ligne sur rubrique "mon compte" ou avec l'application mobile 

 3.- vous n’avez encore jamais été allocataire de l’ARS, vous devez fournir à votre Caf ou votre caisse de MSA une déclaration de ressources et de situation des prestations familiales et de logement au moyen du formulaire  ou prendre contact avec votre caisse d'allocations familiales.

Notez bien qu'il n'est plus nécessaire de fournir de justificatif de scolarité, une attestation écrite sur l'honneur assurant que l'enfant est scolarisé suffit.

Liens utiles

-