Presse & blogs Un lecteur de flux musclé avec des articles complets dedans :)

❯ Flux Isérois
AgoraVox le média citoyen

Sun, 17 Jun 2018 15:04:55 +0200

Premier de Cordier

« Je guette la phrase annonçant la revanche. Soudain, j’entends ces mots inouïs : "C’est le cœur serré que je vous dis aujourd’hui qu’il faut cesser le combat". La phrase suivante me fait comprendre le désastre irréversible (…). La guerre est donc finie, irrémédiablement perdue ? Tandis que ma mère s’affaisse entre les bras de mon beau-père, je me précipite vers l’escalier et monte dans ma chambre afin de dissimuler mes larmes. Jeté en travers du lit, je sanglote en silence. » ("Alias Caracalla", 15 mai 2009, éd. Gallimard).

La phrase de la défaite annoncée par le maréchal Pétain le 17 juin 1940 a fait l’effet d’une bombe à désillusion chez Daniel Cordier. Dans son livre, il poursuit : « Ainsi, la France est morte sans que j’aie combattu ! Comment est-ce possible ? Ma patrie, l’orgueil de ma vie, la gloire de l’univers, désignée par Dieu pour défendre sa foi, pour répandre la civilisation, modèle du genre humain… Morte à jamais ? Je m’accuse de ne pas l’avoir aimée suffisamment, de ne pas lui avoir tout sacrifié puisque je suis en vie tandis qu’elle agonise. Ce malheur absolu me révèle combien j’aime mon pays. Brusquement, je me dresse : l’information qui m’a terrassé est un cauchemar sans fondement puisque la France est invincible. Les Boches seront impuissants si quarante millions de Français se lèvent contre eux. Il faut soulever le pays d’une fureur sacrée, l’organiser et combattre. Que peuvent quelques centaines de milliers de soldats allemands devant quarante millions de Français résolus ? Avant toute réflexion, une certitude : Dieu n’a pas abandonné la France ; c’est Pétain qui l’a trahie. Sous le couvert de sa gloire, il a dupé tout le monde, y compris Maurras. Le mythe du "vainqueur de Verdun" s’effondre : trop vieux. Il jette l’éponge alors que la victoire est à portée de main. (…) Comme nous avons eu raison, les jeunes, de nous moquer des anciens combattants radoteurs. Aujourd’hui, nous devons prendre la relève et montrer l’exemple : à nous de délivrer le pays. ».

Ce texte provient du précieux livre témoignage publié par Gallimard le 15 mai 2009. Presque 1 000 pages qui racontent comment le jeune militant maurassien devient gaulliste sans le savoir. Il n’a pas entendu de ses oreilles l’appel du 18 juin mais il en a entendu parler le lendemain et n’a eu plus qu’une seule obsession, après sa déception de Pétain et Maurras vendus à l’ennemi : rejoindre De Gaulle et continuer le combat. Ce qu’il fit. En devenant notamment le secrétaire particulier de Jean Moulin à Lyon entre le 25 juillet 1942 et le 21 juin 1943.

Il a rejoint l’Angleterre le 25 juin 1940. Sa première rencontre avec De Gaulle a eu lieu le 6 juillet 1940 à l’Olympia Hall à Londres : « Je demeure sur place, abasourdi. Désormais, mon chef est cet homme froid, distant, impénétrable, plutôt antipathique. ». Quelques minutes auparavant, l’homme distant lui avait dit, à lui et à ses compagnons : « Je ne vous féliciterai pas d’être venus : vous avez fait votre devoir. (…) Ce sera long, ce sera dur, mais à la fin, nous vaincrons. ». Il fallait vraiment être motivé ! Daniel Cordier l’était, assurément.

_yartiCordierDanielB02

Le 20 novembre 1944, ce fut donc logique que Daniel Cordier fût nommé compagnon de la Libération par De Gaulle, le seul titre dont il se sent fier, beaucoup plus que d’être grand-croix de l’ordre national de la Légion d’honneur (depuis le 31 décembre 2017). Il y a eu en tout et pour tout 1 038 compagnons de la Libération (dont seulement 6 femmes, 60 étrangers et 271 à titre posthume).

Depuis quelques jours, Daniel Cordier fait partie des cinq derniers survivants de ce cercle très restreint des héros qui ont sauvé la France. Il va avoir 98 ans le 10 août 2018 et est le "vice-benjamin". Depuis le 23 octobre 2017, successeur de Fred Moore, Daniel Cordier est chancelier d’honneur de l’ordre de la Libération (depuis le 16 novembre 2012, il n’y a plus de chancelier en titre car le conseil de l’ordre a été transformé en conseil national des communes "Compagnon de la Libération", par la loi n°99-418 du 26 mai 1999 et la loi n°2012-339 du 9 mars 2012). À ce titre, Daniel Cordier coprésidera ce lundi 18 juin 2018, à 11 heures, la cérémonie d’hommage au Mont-Valérien à l’occasion du 78e anniversaire de l’appel de De Gaulle. Aux côtés du Président de la République Emmanuel Macron.

Depuis quelques mois, il y a eu beaucoup de disparitions parmi les compagnons de la Libération : Yves de Daruvar (97 ans) le 28 mai 2018, Claude Raoul-Duval (98 ans) le 10 mai 2018, Constant Engels (97 ans) le 3 avril 2018, Jacques Hébert (97 ans) le 15 février 2018, Victor Desmet (98 ans) le 29 janvier 2018, Fred Moore (97 ans) le 16 septembre 2017, Alain Gayet (94 ans, le grand-père de Julie Gayet) le 20 avril 2017, etc.

Les quatre autres survivants sont Guy Charmot (né le 9 octobre 1914), Edgard Tupët-Thomé (né le 19 avril 1920), l’ancien ministre Hubert Germain (né le 6 août 1920) et Pierre Simonet (né le 27 octobre 1921). Daniel Cordier n’aimerait pas mourir le dernier car il ne tient pas à être enterré dans l’obscure crypte du Mont-Valérien en région parisienne, il espère plutôt rester dans le sud provençal.

Daniel Cordier est un héros tellement modeste et humble qu’après la guerre, il a complètement tourné la page. Il ne voulait pas devenir "ancien combattant" comme il avait subi ceux de la Première Guerre mondiale pendant son enfance : « Il était inimaginable de devenir à mon tour un ancien combattant. Alors, quand la guerre est terminée, elle a été terminée pour moi aussi. J’avais quel âge, déjà, en 1945 ? 25 ans… Eh bien, à 25 ans, voyez-vous, je ne voulais pas vivre dans le passé. À cet âge-là, c’est l’avenir qui m’intéressait. J’avais trop souffert d’être "prisonnier" de la guerre de 1914 pour vouloir reproduire ça après 1945. » ("Le Monde" du 9 mai 2018).

Traumatisé par la mort de son patron, Jean Moulin, qui lui a appris les rudiments sur l’art contemporain (qui était une couverture), Daniel Cordier s’est intéressé à ce domaine pendant une trentaine années de sa vie. Avant même la fin de la guerre et à la fin de sa mission en France le 21 mars 1944, pour regagner l’Angleterre, il a rejoint Madrid (non sans mal, emprisonné par Franco), ce qui lui a permis de visiter son premier musée, le Prado : Jean Moulin lui avait promis de visiter avec lui ce musée après la guerre pour lui montrer la peinture de Goya… Daniel Cordier est ensuite devenu peintre, galeriste et marchand d’œuvres d’art, impressionné par les toiles de De Staël, découvreur d’artistes au point d’avoir construit progressivement une collection très fournie qu’il a léguée au Centre Pompidou dès la création de celui-ci.

Tellement modeste alors qu’il aurait pu faire de la politique, à l’instar de bien des résistants, et se retrouver ministre, député, aux avant-postes du pouvoir. Tellement modeste qu’on a oublié de l’inviter le 19 décembre 1964, lors du transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon (avec le fameux discours d’André Malraux), et lui-même n’a même pas été scandalisé par cet oubli.

Ce n’est qu’en 1977 que Daniel Cordier a refait surface dans "l’actualité des résistants", scandalisé par la publication d’un livre d’Henri Frenay ("L’Énigme Jean Moulin", chez Robert Laffont), qui considérait Jean Moulin comme un agent soviétique. Révolté par ces manquements à la vérité, Daniel Cordier s’est alors attelé à une très ambitieuse tâche, celle de raconter l’histoire réelle, celle qu’il a vécue.

Son travail fut tellement riche qu’il est l’un des rares historiens amateurs à avoir reçu la reconnaissance d’universitaires (comme Jean-Pierre Azéma, biographe de Jean Moulin). Daniel Cordier a passé beaucoup de temps à retrouver des archives, à faire la part des choses entre souvenirs personnels qui peuvent trahir la bonne foi et documents factuels. Au-delà de ses ouvrages très denses sur Jean Moulin (six volumes, dont quatre spécifiquement biographiques de 1 000 pages chacun) publiés de 1983 à 1999 chez Lattès et Gallimard, il a écrit une autobiographie qui a été un grand succès, "Alias Caracalla" chez Gallimard (Prix Renaudot 2009) ainsi que d’autres ouvrages. Mais on attend encore la suite pour "Alias Caracalla" car le premier tome s’arrête au 23 juin 1943.

Daniel Cordier explique d’ailleurs qu’il est assez lent et qu’il a encore quelques manuscrits à corriger ou à compléter : « En ce moment, je relis, je corrige, mais je fais ça à mon rythme, car j’ai quand même l‘âge que j’ai. » ("Le Monde" du 9 mai 2018).

_yartiCordierDanielB03

Il n’a jamais participé au débat politique, sauf lors de l’élection présidentielle de 2017 (entre les deux tours) où il a rencontré le candidat Emmanuel Macron le 2 mai 2017 à son QG de campagne pour lui apporter son soutien. Daniel Cordier fut l’un des invités d’honneur à la cérémonie d’investiture du Président Emmanuel Macron quelques jours plus tard, le 14 mai 2017. Il a été aussi honoré par François Bayrou le 17 novembre 2017 à Pau où il a habité avant de partir vers Londres.

Pourquoi parler de Daniel Cordier ? Parce qu’il a répondu à une longue interview publiée dans le journal "Le Monde" du mercredi 9 mai 2018. Si les propos, recueillis à Cannes (où il a déménagé après avoir quitté le centre de Paris) par le journaliste Thomas Wieder, n’ont révélé aucune information vraiment nouvelle sur Daniel Cordier, le plus intéressant est que cet entretien a intéressé tellement les lecteurs du journal que "Le Monde" a laissé ce numéro en kiosque jusqu’au samedi suivant. C’est plutôt rassurant de savoir que son message fait de l’audience.

Le plus intéressant de cette interview est son inquiétude sur l’antisémitisme qui persiste encore de nos jours. Lui-même a été antisémite lorsqu’il était jeune parce que tout acquis aux idées de Maurras.

Et il a expliqué comment cet antisémitisme lui est passé au début de l’année 1943 : « Arrivé à l’Arc de triomphe, l’horreur : tout autour de la tombe du Soldat inconnu, il n’y avait que des soldats allemands qui se prenaient en photo. C’était terrible… Je pensais encore à cela en descendant les Champs-Élysées quelques minutes plus tard quand, tout à coup, je croise un homme et un enfant, bien habillés, remontant vers l’Arc de triomphe. Ils avaient le mot "juif" et l’étoile jaune cousus sur leur veste. En vous le racontant aujourd’hui, j’ai envie de pleurer, tellement ça a été un choc. Oui, un choc ! C’était inacceptable. Là, d’un coup, je me suis dit : mais pourquoi ? Pourquoi ? Qu’ils soient Juifs ou pas, qu’est-ce que ça peut faire ? Je ne sais pas comment vous dire, mais ça a brisé d’un coup mon antisémitisme. Cela reste un moment unique de ma vie. » ("Le Monde" du 9 mai 2018).

L’assassinat de Mireille Knoll le 23 mars 2018 par antisémitisme l’a renvoyé brutalement soixante-quinze ans plus tard avec une grande tristesse et une certaine impuissance : « Que puis-je vous dire ? Je ne comprends pas qu’on en soit toujours là. Pour moi, c’est quelque chose de très douloureux. En parlant de ça aujourd’hui, je repense à mes camarades qui sont morts. Après la guerre, nous pensions que c’était fini, que ça ne recommencerait jamais plus. Et, au fond… c’est encore là. C’est terrible. » ("Le Monde" du 9 mai 2018).

Pourtant, Daniel Cordier reste optimiste, car son expérience lui a appris que « même quand tout paraît bouché, il peut rester un espoir. », au point même de nager dans une sorte de sérénité certainement enviable : « Aujourd’hui, je suis heureux, je suis même un vieux monsieur très, très heureux. Peut-être parce que je suis en règle avec moi-même, et surtout avec la vérité. » ("Le Monde" du 9 mai 2018).

Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (01er juin 2018)
http://www.rakotoarison.eu

Pour aller plus loin :
Interview de Daniel Cordier dans le journal "Le Monde" du 9 mai 2018 : "De Jean Moulin à la jeunesse d’aujourd’hui, la leçon de vie d’un homme libre".
Jean Moulin.
Premier de Cordier.
Daniel Cordier, ni juge ni flic.
La collection Cordier.
Charles Maurras.
Philippe Pétain.
Charles De Gaulle.
L’appel du 18 juin.
Antisémitisme.
Marie-Jeanne Bleuzet-Julbin.
Raymond Sabot.
François Jacob.
Pierre Messmer.
Maurice Schumann.
Jacques Chaban-Delmas.
Yves Guéna.
Général Leclerc.

_yartiCordierDanielB04

'); //console.log(idf+" => "+score); $('#ulf div.notation input[name="star'+idf+'"]').rating({callback: vf}).rating('select', Math.round(score-1)); if (score >= 2.5 && nbv > 4) { $("span#f"+idf).addClass("nbv4"); if (nbv > 8) { $("span#f"+idf).addClass("nbv8"); if (nbv > 12) { $("span#f"+idf).addClass("nbv12"); if (nbv > 16) { $("span#f"+idf).addClass("nbv16"); } } } } } vf = function(value, link) { try { if (typeof vc_ok == 'undefined' || !vc_ok) return; var url = document.nf.action; var faa = document.nf.formulaire_action_args.value; var n = $(this).attr('name'); var idf = n.substr(4); //debugger; $.post(url, { 'formulaire_action': 'notation_forum1form', 'formulaire_action_args': faa, 'var_ajax':'form','idf':idf, 'note':value }, function(d,ts){ if (ts == 'success') { $.getJSON('/json/?ida=204867&idf='+idf, function(r) { if (r.ok) { var nba = r.nf[idf]; vc_ok = false; updf($('span#f'+idf),idf,nba); vc_ok = true; } }); } }); } catch(err) { //console.log(err.message); } } /* click_handler = function() { var idf = $(this).attr('idf'); var url = document.nf.action; var faa = document.nf.formulaire_action_args.value; var n = $(this).attr('name'); $.post(url, { 'formulaire_action': 'notation_forum1form', 'formulaire_action_args': faa, 'var_ajax':'form','idf':idf, 'note':n }, function(r,ts){ if (r.indexOf("

Sylvain Rakotoarison

Sun, 17 Jun 2018 11:29:30 +0200

Alléger la fiscalité indirecte pour plus de justice sociale : une vraie réforme que ne fera pas Emmanuel Macron...

... votre analyse est interressante mais un peu trop orientée si ce n’est dogmatique.

oui, il faut une proportionalité de la contribution, mais dans un contexte d’equilibre il y a aussi a moduler cela.

Vous l’avez dit il y a un part proprtionnelle des prélèvements de richesse sur les acteurs economiques « personne » et c’est l’impot... 26% (je crois) avec des seuils discutable (les tranches) mais cela est du réglage

... il y a une part fixe, comme la TVA (bien qu’il y ait des taux differentiés selon les produits et même nuls dans certains cas)

...il y a comme vous dites d’autres taxes.. les carburants et autres enegies, les financements locaux etc tout cela pour 74% des prélèvements totaux... encore une fois, il y a des reglages a faire pour réguler ces prélèvements...

Mais ce que vous ne dites pas, c’est qu’il y a ce qu’on appelle la « redistribution » qui est par nature proportionnelle puisque le droit a ces subventions, aides etc est faite sous conditions de ressources

Tout n’est pas si noir... 

ce que vous proposez en plus, c’est de detruire un autre equilibre societal, mais on peut voir derriere cette mesure une spoliation et une ode au consumerisme... la punition sur l’heritage.

Oui, il faut un prélèvement, mais celui ci ne doit en aucun cas etre punitif... car si la transmission ne se fait plus, que va-t-il se passer selon vous ? ... TOUT sera loué... -pourquoi acheter, hein ?- tout sera gaspillé, les systèmes commerciaux,financiers seront aux anges.. ; ceux qui vont en pâtir seront les artisans (plus d’indépendant), tous les ecologiste et la nature... parce qu« ’apres-moi le déluge »..

et au final pour pouvoir passer la barrière de la loi, vont se creer des classes (vous les connaissez, en Inde, ces classes) et des societes « secrètes » dont les liens ne seront plus sur le cadastre ou a la banque mais dans des adoubements automatiques encore moins transparents (occultes donc) et incontrôlables.

... et je ne vous parle pas de l’effet psychologique... : mes enfants, pfff, ils n’auront rien !

.

Au final, vos perceptions si elles partent d’un bon sentiments sont pire que le mal.

Nous avons crée des equilibres qu’on peut ajuster... qu’on doit ajuster dans certains cas, mais il faut persister dans ces equilibres. il doit y avoir des contributions et des aides proportionnelles mais il faut aussi des « flat tax » pour permettre le fonctionnement d’une societe dont le merite est récompensé, pas seulement l’égalité qui n’existe d’ailleurs nulle part dans la nature.

Vous vous voyez, vous acheter votre baguette de pain ou vos tomates sur le marché a un prix variable selon votre revenu ? quel boulanger ira vendre ses baguettes dans les quartiers defavorisés dans ce cas ???

Allons, allons faite en sorte de diminuer la redistribution qui acte (et compense) les defauts de notre systeme social... faites en sorte qu’il y ait un « reste a depenser » pour tous a la fin du mois... c"est là le meilleurs atout de l’equité et de la justice auxquelles nous asppirons tous.

Albert Ricchi

Sat, 16 Jun 2018 20:10:41 +0200

Macron change la vaisselle de l'Elysée

#14 des Tendances




'); $.get('/?page=inc-forum20s&id_article='+"205242", function(data){ $("#lac_btn").hide(); $('#ulf_loading').hide(); $(data).appendTo("#ulf_s"); $("#ulf img.lazy").lazyload({ skip_invisible : false }); show_more(); if (window.location.hash != '') { $('html, body').animate({ scrollTop: $(""+window.location.hash).offset().top }, 500); } lacd = true; var nf = []; var dgdas; var vh_int; function upd_votes() { if (typeof dgdas == "undefined") { dgdas = $('div.gauche div.ajax span').toArray(); } for (var i = 0; i 0) { var nba = nf[idf]; updf(e,idf,nba); } } } if (dgdas.length == 0) { clearInterval(vh_int); vc_ok = true; } } $.getJSON('/json/?ida=205242', function(r) { if (r.ok) { nf = r.nf; vc_ok = false; vh_int = setInterval(upd_votes, 400); $('div.gauche div.ajax span div.notation input').click(function() { alert("Vous devez être identifié pour voter"); }); } }); }); } function show_more() { $(".forum-texte").each(function() { var h = $(this).height(); if (h > 400) { $(this).addClass("sh"); $(this).parent().append("Lire la suite ▼"); } }); $("a.ftsm").click(function(e) { e.preventDefault(); $(this).parent().find(".forum-texte").removeClass("sh"); $(this).hide(); }); } $(document).ready(function(){ if (window.location.hash != '') { lac(); } $(".dernierscomms a, .bestof_commentaires a.lien_permanent").click(function() { lac(); }); show_more(); });
'); //console.log(idf+" => "+score); $('#ulf div.notation input[name="star'+idf+'"]').rating({callback: vf}).rating('select', Math.round(score-1)); if (score >= 2.5 && nbv > 4) { $("span#f"+idf).addClass("nbv4"); if (nbv > 8) { $("span#f"+idf).addClass("nbv8"); if (nbv > 12) { $("span#f"+idf).addClass("nbv12"); if (nbv > 16) { $("span#f"+idf).addClass("nbv16"); } } } } } vf = function(value, link) { try { if (typeof vc_ok == 'undefined' || !vc_ok) return; var url = document.nf.action; var faa = document.nf.formulaire_action_args.value; var n = $(this).attr('name'); var idf = n.substr(4); //debugger; $.post(url, { 'formulaire_action': 'notation_forum1form', 'formulaire_action_args': faa, 'var_ajax':'form','idf':idf, 'note':value }, function(d,ts){ if (ts == 'success') { $.getJSON('/json/?ida=205242&idf='+idf, function(r) { if (r.ok) { var nba = r.nf[idf]; vc_ok = false; updf($('span#f'+idf),idf,nba); vc_ok = true; } }); } }); } catch(err) { //console.log(err.message); } } /* click_handler = function() { var idf = $(this).attr('idf'); var url = document.nf.action; var faa = document.nf.formulaire_action_args.value; var n = $(this).attr('name'); $.post(url, { 'formulaire_action': 'notation_forum1form', 'formulaire_action_args': faa, 'var_ajax':'form','idf':idf, 'note':n }, function(r,ts){ if (r.indexOf("

Chrib

Sat, 16 Jun 2018 17:52:59 +0200

A Bordeaux, la « Soucoupe volante » fait polémique...

@imago, 

C’ est plutôt ce que j’ appelle de la divulgation douce !

"De nombreuses décennies après la défaite allemande, j’ai visualisé la transformation d’un de ces navires de guerre, en un vaisseau spatial lumineux inspiré mais éloigné du modèle du bâtiment de guerre, qui soulèverait l’Histoire pour la transposer dans l’époque actuelle et la diriger vers un avenir hypothétique, à la fois comme un rappel de la guerre et du conflit et comme un encouragement à envisager un avenir différent, pouvant être appréhendé et interprété. 

Les navettes spatiales – qu’elles soient réelles, comme dans le cas de la course à l’espace à laquelle se sont livrés les États-Unis et l’Union Soviétique, ou le fruit de l’imagination dans la science-fiction – incarnent le fantasme des percées technologiques, dont le potentiel peut être exploité aussi bien en temps de paix qu’au profit de la guerre et de la destruction. Ce concept est inévitablement intégré à la sculpture pour nous rappeler les conséquences à la fois positives et potentiellement désastreuses des progrès de la science et de la technologie.

Le vaisseau spatial comme objet technologique imaginaire de science-fiction manifestant les fantasmes de la technologie et lié, en s’adaptant à celle-ci, aux efforts technologiques déployés pour sauver Bordeaux des eaux, peut également refléter l’euphorie et les perspectives d’évolution, de vitesse et d’espace, l’espace de l’univers, le cosmos. Et inciter à la réflexion à plus grande échelle, au-delà de la vie quotidienne. Il peut également s’agir d’une image séduisante pour les adolescents qui réfléchissent à ce que pourront être leurs objectifs à venir."

pegase

Sat, 16 Jun 2018 17:17:50 +0200

Linky : après le reportage d'Envoyé spécial, Enedis et l'Etat doivent sortir du déni...

- Près de 700 communes et des centaines de milliers d'habitants refusent les compteurs communicants, chiffres en augmentation continue

- Enedis et ses sous-traitants doivent cesser d'intimider les habitants et d'installer les Linky par la force ou la ruse

- Comme la Belgique ou l'Allemagne, la France doit renoncer à la généralisation des compteurs communicants
 

Le reportage d'Envoyé spécial diffusé hier jeudi 14 juin sur France2 est venu confirmer ce que nous dénonçons depuis deux ans et demi : le distributeur Enedis (filiale d'EDF) et ses sous-traitants utilisent des méthodes inqualifiables pour imposer les compteurs Linky, par les mensonges, l'intimidation voire la force, à d'innombrables habitants qui n'en veulent pas.

Tous les jours, les sociétés privées mandatées par Enedis prétendent que "si vous refusez le compteur Linky, nous allons vous couper l'électricité", ou "nous allons appeler la police", ou "vous devrez payer le compteur" ou encore "vous allez payer des pénalités", etc. Tout ceci est inventé - il n'existe légalement aucune mesure de rétorsion - mais c'est hélas souvent efficace auprès des gens mal informés ou vulnérables, en particulier les personnes âgées.

Mais il y a pire : lorsque ces allégations ne suffisent pas, il arrive que les installateurs insultent et bousculent les habitants. Les incidents de plus en plus inquiétants se multiplient et, au lieu de mettre le holà, la direction d'Enedis… accuse les habitants. Or, faut-il le rappeler, ce sont bien les installateurs de Linky qui débarquent dans les communes, les quartiers, les immeubles, et qui sont donc les fauteurs de troubles.

Le déni d'Enedis et de l'Etat ne concerne pas seulement les méthodes des installateurs mais aussi les différentes raisons pour lesquelles les habitants refusent les compteurs communicants. Il est à ce sujet totalement inadmissible que les citoyens soient traités de "complotistes" ou d'arriérés terrorisés par le "Progrès".

En effet, il ne suffit pas qu'un objet soit nouveau pour qu'il soit bénéfiquemême s'il est peint en vert fluo. Et, justement, le Linky pose et cause de nombreux problèmes, dont certains sont très graves, à tel point qu'il s'agit bien là d'une terrible régression par rapport aux compteurs ordinaires.

Qui plus est, peu à peu, instances officielles et organismes reconnus viennent confirmer les critiques des citoyens. Ainsi, dans son récent rapport, la Cour des comptes a montré que le programme Linky bénéficiait financièrement à Enedis et absolument pas aux usagers. Ainsi la Commission nationale informatique et libertés (CNIL) a été obligée d'intervenir après que Direct énergie ait commencé à s'accaparer illégalement des données privées collectées dans le cadre du programme Linky.

Ainsi Promotelec (dont fait partie Enedis) a avoué que "lorsque le technicien place Linky chez un particulier et règle le disjoncteur de branchement, il n’est pas chargé de vérifier si l’installation électrique du foyer est en mesure de supporter le niveau de puissance défini" et que "des accidents (feu) peuvent se produire le jour où le particulier fait la demande auprès d'Enedis afin d'augmenter la puissance de son compteur".

Il n'est donc pas étonnant que la presse régionale et locale se fasse continuellement l'écho d'incendies qui se déclenchent après la pose du Linky, parfois le jour même, mais aussi d'innombrables appareils électroménagers détruits, sans oublier les installations qui disjonctent à d'innombrables reprises, les factures qui s'envolent, etc.

A tout cela s'ajoute bien sûr la question des données personnelles et la controverse sanitaire sur les ondes électromagnétiques. L'affaire Directe énergie, déjà évoquée, mais aussi l'affaire Facebook ne doivent laisser aucun doute : malgré les belles promesses et assurances avancées, il est évident que les données captées par les Linky seront tôt ou tard détournées, volées, revendues, etc.

Quant à la question des ondes, c'est une controverse scientifique au même titre que celles anciennes ou récentes sur le tabac, la radioactivité ou les pesticides : les uns disent blanc, les autres noir, l'Organisation mondiale de la santé s'interroge. Mais l'expérience et le bon sens apportent la bonne réponse, qu'il s'agisse des données personnelles ou des ondes : la SEULE façon d'être protégé est… de garder les compteurs ordinaires. Il est d'ailleurs notable que ces derniers sont parfaitement efficaces et légaux, ayant été installés... par EDF et Enedis (auparavant ErDF).

Alors que la fronde anti-Linky se développe de façon exponentielle, que les déconvenues et accidents se multiplient, les autorités françaises se doivent de réagir immédiatement et, par exemple, de suivre le récent exemple de la Belgique (et plus ancien de l'Allemagne) : renoncer à la généralisation des compteurs communicants.

Ce n'est pas seulement une question de finances, de sécurité, de respect de la vie privée : c'est finalement une véritable question de démocratie. Le gouvernement et le Président de la République sont au pied du mur : désormais, ils ne pourront plus dire qu'ils ne savaient pas, ils seront donc clairement responsables et coupables des futurs drames causés par le Linky. Ils doivent donc agir... vite.

Stéphane Lhomme