Presse & blogs

Reporterre, le quotidien de l 'écologie

chargement...

Fri, 17 Nov 2017 18:30:00 +0100

Projection de « Agent Orange, une bombe à retardement », à Montreuil (Seine-Saint-Denis)

« Agent Orange, une bombe à retardement »

Documentaire de Thuy Tien-ho (France - 57’)
Vendredi 17 novembre 2017 à 18h30 au Cinéma Georges Méliès
12, place Jean-Jaurès
Métro Mairie-de-Montreuil

Séance exceptionnelle en présence de la réalisatrice Thuy Tien-ho et de Tra To-Nga, en lutte contre Monsanto et 25 autres multinationales américaines

En partenariat avec l’association d’amitiés franco-vitenamiennes installée à Montreuil

Après 40 années de guerre ininterrompue , le Vietnam sort enfin de la guerre, le 30 avril 1975. Pourtant, en partant, l’armée américaine laisse un poison aujourd’hui invisible : la dioxine. Cette arme chimique puissante, plus connue sous le nom d’Agent Orange, produite par la multinationale Monsanto, a pris possession de la terre, des eaux, de la végétation vietnamienne. Des millions de vietnamiens sont victimes de la dioxine, atteints de lourdes malformations, de cancers. 40 ans après les derniers épandages, la dioxine continue de faire des ravages.

Au-delà du cas vietnamien, quelle est la responsabilité des États dans le choix des armes et de leur utilisation en cas de conflit armé ?

Quelles sont les réparations possibles envers les victimes et les pays dévastés ?


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Fri, 17 Nov 2017 14:00:00 +0100

L'autre livre, salon international des éditeurs indépendants, à Paris

Salon de l’autre livre

Vendredi 17/11 de 14H à 21H
Samedi 18/11 de 11H à 21H
Dimanche 19/11 de 11H à 19H

Espace des Blancs Manteaux
48 rue Vieille du Temple
Métro Saint-Paul ou Hôtel-de-Ville

Entrée libre

L’Association L’Autre Livre vous offre, du 17 au 19 novembre 2017, la possibilité de découvrir plus de 2000 livres, qui font rarement les têtes de gondole, quelque 400 auteurs de 170 maisons d’édition dont de nombreux éditeurs de province, mais aussi belges, suisses ou canadiens.

Le salon de l’Autre Livre, devenu depuis quelques années « le salon international de l’édition indépendante », est aussi l’un des rendez-vous incontournables d’échanges entre les éditeurs indépendants : sur leur situation, celle du livre, de la lecture et de la marchandisation des biens culturels.

Notre salon se présente pour les éditeurs comme un lieu stratégique pour défendre nos maisons indépendantes, une opportunité en raison du faible coût de participation aux frais et une réelle possibilité de conquérir des lecteurs.


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

PUBLIER À L’AGENDA DE REPORTERRE

Vous aussi, vous souhaitez publier un événement à l’agenda de Reporterre ?

Rien de plus simple : envoyez un courriel à planete [arobase] reporterre.net sans oublier les éléments suivants :

  • dans l’objet du message, précisez [AGENDA] ainsi que la date et le nom de l’événement ;
  • fournissez-nous un texte dans un format texte (.doc ; .odt ; .txt...) de présentation de l’événement d’environ 1000 caractères sans oublier le nom, la date, l’heure, le lieu de l’événement et un lien vers un site internet et/ou une page Facebook ;
  • fournissez-nous une affiche (format .jpg) d’au moins 700 pixels de large si l’image est horizontale, ou 500 pixels de haut si elle est verticale (notre préférence).

À bientôt sur Reporterre

La rédaction

Fri, 17 Nov 2017 09:28:17 +0100

Les syndicats sont d'accord pour rester divisés

A l’initiative de la CGT, Solidaires et FO, s’est tenue jeudi 16 novembre une journée nationale de grève et de mobilisation interprofessionnelle pour dénoncer la « politique libérale » menée par M. Macron. Un appel unitaire, auquel se sont joints l’Unef (Union nationale des étudiants de France), et la FIDL (Fédération indépendante et démocratique lycéenne), ainsi que la France insoumise et Attac. Un peu plus de 8.000 manifestants se sont rassemblées place de la République à Paris. Où en est la convergence des luttes ? Interrogés par Reporterre, quelques acteurs du mouvement social répondent sur l’union entre eux, mais aussi avec les partis politiques.

Éric Beynel (Solidaires) : « Avoir un maximum de convergence et d’unité »

Éric Beynel est codélégué général de Solidaires.

L’idéal est de construire un front de lutte le plus large possible. Nous voulons mener des actions dans des cadres inter-syndicaux, et plus largement dans des cadres du mouvement social, avec des associations comme Attac ou la fondation Copernic, des organisations de chômeurs comme le MNCP [Mouvement national des chômeurs et précaires], et enfin les partis politiques qui souhaitent s’associer à ces actions - Parti de Gauche, France insoumise, jusqu’à EELV, le PC, la NPA, Alternative Libertaire, etc. Ce qui nous semble important, c’est d’avoir un maximum de convergence et d’unité, car les sujets qui sont contenus dans les ordonnances concernent l’ensemble de la société et font partie d’un tout cohérent : baisse des APL, suppression des contrats aidés, loi antiterroriste inscrivant l’état d’urgence dans le droit commun, et également les réformes attendues sur l’assurance chômage, l’apprentissage, les retraites, la hausse de la CSG... Il me semble indispensable dans ce cadre-là d’être en capacité de construire des ripostes globales. Ce qui n’empêche pas Solidaires de rester maître de ses revendications et de son indépendance. »


Françoise Chazaud (FO) : « Nous manifestons aujourd’hui avec des organisations de salariés, et cela s’arrête là »

Françoise Chazaud est secrétaire générale de Fasap-Force ouvrière.

Nous ne nous joignons pas à la France insoumise pour cette mobilisation. Nous avons des tracts communs avec la CGT et certaines organisations étudiantes, mais c’est tout. Que le gouvernement soit de droite ou de gauche, nous ne changeons pas notre politique syndicale : nous manifestons aujourd’hui avec des organisations syndicales de salariés, et cela s’arrête là. Le but étant pour nous d’alerter le gouvernement comme les salariés. Nous ne nous mobilisons pas contre les ordonnances sur le travail, mais contre certaines de leurs applications. Quand nous avions décidé de ne pas faire grève, début septembre, il y avait encore des négociations tant que les décrets n’étaient pas parus. Maintenant que cela est fait - ce qui ne nous a pas satisfaits - nous nous mobilisons de la même manière qu’il y a un an lors de la loi El Khomri. »


Pauline Raufaste (UNEF) : « L’indépendance des syndicats demeure importante »

Pauline Raufaste est vice-présidente de l’Union nationale des étudiants de France.

Ce n’est pas nouveau que les mouvements syndicaux et mouvements politiques défilent ensemble dans les manifestations. Mais l’indépendance des syndicats demeure importante. Du moins, pour nous celle-ci est fondamentale pour que ce soit bel et bien les problématiques des étudiants - en l’occurence ici, la réforme des université à venir pour la rentrée prochaine - qui restent la boussole de nos actions. Cette manifestation n’est donc pas un changement de stratégie de notre part : quand l’intérêt des étudiants est mis à mal, l’Unef réagit. Et quelle que soit la couleur politique du gouvernement, ce qui nous intéresse justement sont les mesures proposées pour ces jeunes. C’est à l’aune de cela que l’on met en place nos stratégies. »


Annick Coupé (Attac) : « Quelle articulation entre mouvement politique et social ? »

Annick Coupé est secrétaire générale d’Attac France.

Aujourd’hui, c’est un appel de certaines organisations syndicales - malheureusement, pas toutes - soutenu par des partis politiques, notamment France insoumise, et des associations comme Attac. Mais il n’y a pas de co-organisation entre CGT, Solidaires, FO et France Insoumise... On reste dans une configuration de rassemblement assez classique. Tout dépend de ce que l’on appelle ’unité’. C’est tout le débat de ces dernières semaines, voire des mois derniers... Et même un vieux débat dans le mouvement social : à savoir, quelle articulation entre mouvements politique et social ? La chose n’est pas si simple. Car s’il ne fallait que réunir partis politiques, organisations syndicales et associations de lutte pour que cela fonctionne, on le saurait ! Du point de vue d’Attac, on pense qu’il faut effectivement travailler sur les convergences et leur trouver des cadres communs. Pour autant, le syndicalisme - étant ce qu’il est, avec ses défauts - représente encore quelque chose. Et il faut aussi rappeler que l’histoire du syndicalisme en France a profondément été marquée par la Charte d’Amiens, visant à une indépendance des syndicats vis-à-vis des mouvements politiques. »

.

Photos :
. chapô ; dans le cortège bordelais, jeudi 16 novembre. @Marie_DP_ via Twitter
. chazaud : FO-FranceTV
. Coupé : © Claude Czmulewicz
. Raufaste : Twitter
. Beynel : Twitter

Fri, 17 Nov 2017 09:04:58 +0100

Vincent Verzat, le youtubeur qui rend « cool » le militantisme écolo

  • Présentation faite par Quentin Heim (Reporterre)

Vincent Verzat est un youtubeur militant passionné qui a décidé de rendre leurs lettres de noblesses à ceux qui se bougent. En reprenant les codes visuels populaires très utilisés sur le net, il fait la promotion de ces personnes que l’on ne voit presque jamais, mais qui font beaucoup pour nous. Il dirige les projecteurs sur les militants de l’ombre pour nous montrer que s’engager pour l’écologie est accessible à tous. Il n’oublie pas non plus de célébrer ces grandes victoires pour nos droits, parce que les bonnes nouvelles existent. Ses vidéos commencent à devenir connues, si bien qu’il a récemment formé une petite équipe de quatre personnes pour l’accompagner dans cette aventure. Pour reprendre ses propres mots, Vincent Verzat et son équipe font : « Des vidéos sympas, des réflexions pas cons, de l’activisme pêchu… » et nous, on le partage parce que c’est sympa.


  • Vincent Verzat - Partager C’est Sympa, la chaîne de Vincent Verzat sur Youtube

Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Comment rendre cool l’activisme ?

Fri, 17 Nov 2017 09:02:03 +0100

Qu'est-ce que le sulfoxaflor et est-ce un néonicotinoïde ?

Recherche
avancée

Marie Astier (Reporterre)