Presse & blogs Un lecteur de flux musclé avec des articles complets dedans :)

❯ Flux Isérois
Reporterre, le quotidien de l 'écologie

Sun, 17 Jun 2018 20:00:00 +0200

Rencontres autour de l'Effondrement sociétal, à Angers (Maine-et-Loire)

Dans de nombreux domaines les voyants sont au rouge : changement climatique, fin des énergies fossiles, perte de biodiversité, régression sociale, instabilité financière… Ces évolutions sont rapides et exponentielles. De nombreux scientifiques et spécialistes tirent la sonnette d’alarme.

Après plus d’un 1/2 siècle de mobilisation, le mouvement écologiste n’a pas réussi à inverser la tendance et le constat continue de s’aggraver.

Par le passé, de nombreuses civilisations ont disparu. La nôtre, la société occidentale, peut-elle être modifiée de manière rapide et irrémédiable ? Jusqu’à disparaître aussi ? La disparition d’une civilisation prend souvent la forme d’un effondrement. Celui de la société occidentale est-il imminent ? Déjà en cours ? La transition écologique, c.a.d. la transformation du mode vie occidental vers un mode de vie soutenable est-elle encore possible ? Comment s’articulent effondrement et résilience ?



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : https://atnb.greli.net/doku.php/eff...

19h auberge espagnole – 20h Animation
L’entre-deux Café
90 rue Lionnaise, Angers
Entrée libre

Sun, 17 Jun 2018 14:00:00 +0200

Mobilisation contre les bassines, à Roches-Prémarie-Andillé (Vienne)

Dimanche 17 juin, de 14h à 21h
Smarves / Roches-Prémarie-Andillé

Site internet
Page Facebook

La pression monte à quelques semaines du vote du Conseil Régional Nouvelle-Aquitaine et de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne sur le financement des innombrables projets de bassines dans le Poitou-Charentes (autrement appelées réserves de substitution pour l’irrigation agricole).

Dans ce contexte, la Coordination anti-bassines 86 (collectif inter associatif) invite les citoyens à venir nombreux ce dimanche 17 juin dans le département de la Vienne pour découvrir et comprendre les enjeux des projets de bassines.
Rendez-vous est donné à 14h à l’Espace Rabelais de Smarves (1 place Abbé Bonnin 86240 Smarves) pour une table ronde et une séance de questions-réponses en présence d’élus et d’experts.

Une déambulation joyeuse démarrera ensuite à 16h30 du Clos des Roches des Roches-Prémarie-Andillé (86340) pour se diriger vers la bassine déjà existante du ruisseau des Dames. La soirée se poursuivra à partir de 19h sur un casse-croûte paysan, ainsi qu’un interlude festif et musical (rdv au Clos des Roches).

Source : Courriel à Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Bataille pour l’eau entre agriculteurs « irrigants » et défenseurs du Marais poitevin

PUBLIER À L’AGENDA DE REPORTERRE

Vous aussi, vous souhaitez publier un événement à l’agenda de Reporterre ?

Rien de plus simple : envoyez un courriel à planete [arobase] reporterre.net sans oublier les éléments suivants :

  • dans l’objet du message, précisez [AGENDA] ainsi que la date et le nom de l’événement ;
  • fournissez-nous un texte dans un format texte (.doc ; .odt ; .txt...) de présentation de l’événement d’environ 1000 caractères sans oublier le nom, la date, l’heure, le lieu de l’événement et un lien vers un site internet et/ou une page Facebook ;
  • fournissez-nous une affiche (format .jpg) d’au moins 700 pixels de large si l’image est horizontale, ou 500 pixels de haut si elle est verticale (notre préférence).

Sat, 16 Jun 2018 12:05:38 +0200

Près de Strasbourg, la pression monte contre la Zad opposée à l'autoroute

  • Kolbsheim (Bas-Rhin), reportage

L’étau se resserre autour des opposants au contournement de Strasbourg. Les quelques personnes engagées sur place sont convoquées au tribunal administratif lundi en vue d’une évacuation. La question d’une résistance physique ou non va bientôt se poser, là où les militants préfèreraient gagner du temps sur le terrain judiciaire.

L’ambiance n’est pas à la veillée d’armes ce jeudi 15 juin sur la zone à défendre (Zad) de Kolbsheim, un petit village placé sur le tracé du Grand contournement ouest (GCO) de Strasbourg. Sous le soleil, de retour après quelques jours pluvieux, on discute, on boit un café, on fume, on s’occupe du quotidien de la Zad, on fauche l’herbe, on écoute les oiseaux, on épluche des pommes de terre…

Seul Daniel, habitant de la Zad depuis le début de l’année, potasse les centaines de pages du dossier qui lui a été remis en main propre. La veille, le réveil a été bien plus matinal. Vers 7 heures, plusieurs dizaines de gendarmes sont venu quadriller la clairière. “Ils ont fait le facteur !”, s’amuse-t-il.

Daniel habite dans un camping-car à la Zad depuis janvier 2018.

Dans une ambiance cordiale - avec le temps les gendarmes du coin et les zadistes se connaissent - les forces de l’ordre ont apporté un papier à signer. Il s’agit d’une notification de convocation devant le tribunal administratif pour lundi 18 juin à 14h. Une requête en référé pour “mesure utile”. La visite s’est accompagnée d’une perquisition de la grange où des cocktails molotov avaient été signalés par les pompiers. Il s’agissait en fait de bouteilles vides. Les gendarmes sont repartis avec… un arc en plastique, qui s’est avéré être un jouet pour enfant.

Le concessionnaire, le groupe Vinci via sa filiale Arcos, demande aux occupants de quitter les terrains dont il a exproprié les anciens détenteurs dans le cadre des travaux à venir. Les zadistes répondent qu’ils ont reçu une autorisation des propriétaires à l’époque où ils sont arrivés et ne se considèrent pas comme illégaux.

Si le juge administratif s’estime compétent et retient l’urgence, sa décision sera rendue sous 72 heures. De telle sorte que si un huissier vient dès le lendemain d’un jugement défavorable, l’évacuation pourrait avoir lieu dès la fin de semaine.

La Zad de Kolbsheim.

En plus de la possibilité d’évacuer les lieux avec l’aide des forces de l’ordre, Vinci demande au juge administratif d’infliger 500 € d’astreinte par personne et par heure de blocage débutée. Bien sûr, le juge n’est pas obligé de suivre cette volonté mais la menace est forte. “La suite... cela dépend de ce que va dire le juge”, résume Daniel. L’argument financier fait mouche, la question du face-à-face physique est remise à plus tard.

En tout état de cause, on imagine mal les habitants déconstruire les quelques constructions en bois : un poulailler permet notamment d’obtenir un oeuf par jour par habitant. “Le plus fun ici, c’est de vivre au milieu des poules et des chèvres“, s’enthousiasme Maritch (pseudo), arrivé il y a quelques semaines sur place. Quelques lapins gambadent dans l’herbe.

Sur ce point névralgique des 24 kilomètres du tracé, la Zad joue un rôle d’alerte. Le nombre des occupants qui y vivent tourne autour d’une dizaine de personnes depuis sa création il y a près d’un an, mais il ne s’agit pas des mêmes personnes. Des constructions en bois prévues ont peu avancé. Mais grâce à l’alerte matinale de quelques zadistes, une mobilisation éclair de plusieurs dizaines depersonnes en septembre avait permis de repousser d’un an des déboisements.

Manu est venue il y a quelque jours en fourgonnette à la Zad.

La convocation nominale au tribunal a d’ailleurs peu de sens, car les habitants changent d’un jour sur l’autre, au gré des allers et venues. Certains ne passent que quelques nuits par semaine, d’autres viennent d’arriver.
C’est le cas de “Manu”, grutière qui habite en Moselle mais travaille en intérim sur des chantiers en Alsace : “J’ai suivi les directs d’Armelle Borel et ça m’a donné envie d’aller à la Zad des Landes. Je me suis renseignée sur ce qu’il y a près de chez moi et c’est comme ça que je suis venue ici. C’est bien de mettre un pouce sur Facebook et dire “je vous encourage”, mais il faut aller plus loin. C’est devenu mon combat, même si on est peu nombreux. Fondamentalement, je ne suis pas contre un contournement, mais pas là, sur un si bel endroit.”

Mais il n’est pas sûr que l’élan spontané de septembre 2017 se reproduise. À l’époque, les opposants avaient placé leurs espoirs dans le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot. Mais le ministre a validé le projet dès octobre et n’a pas sollicité de troisième avis du conseil national de la nature, après un avis défavorable en janvier.

Image de synthèse du paysage de Kolbsheim après l’éventuelle construction de l’autoroute.

Le châtelain Erik Grunelius, dont l’autoroute longe le moulin sur la Zad, a laissé ses terrains à disposition ; il fait partie des personnes résignées. Le maire de Vendenheim, Philippe Pfrimmer, est passé outre une consultation dans sa commune concernant un protocole d’accord avec Vinci pour obtenir un mur anti-bruit et cesser son opposition. Le “non” l’avait emporté d’une courte tête (50,1 %) malgré une faible participation (20 %). Certains élus strasbourgeois opposés à la rocade, membres d’EELV ou de Generation.s, d’habitude prompts à réagir sur le dossier, restent silencieux, déjà focalisés sur l’échéance municipale de 2020.

Malgré ces abandons, la solidarité citoyenne est toujours en place. Deux zadistes ont été condamnés à payer 2.696 € pour s’être enchaînés sous une foreuse de travaux préparatoires : la cagnotte de solidarité a atteint la somme en 24 heures. Les excédents (plus de 3.000 euros aujourd’hui) pourront servir à d’autres combats judiciaires. Mais Claire et Martin, 26 et 31 ans, sont partis, suite à une offre de formation pour l’un d’entre eux.

A ce stade, les espoirs pour retarder et empêcher le projet reposent surtout sur les voies légales. L’avocat François Zind observe qu’avec cette procédure, Vinci “met la pression sur les opposants, alors qu’il aurait pu reprocher à l’Etat ou à la commune de ne rien faire”. De son côté, Stéphane Giraud, directeur de l’association Alsace Nature, et qui coordonne au sein du collectif GCO non merci les aspects judiciaires, rappelle que les travaux prévus cet été ne sont pas encore autorisés : “On remarque une accélération, alors qu’il faut attendre le résultat d’une enquête publique sur les mesures environnementales compensatoires. Le préfet a dit qu’il voulait que les procédures soient exemplaires. Or, l’Etat ne contrôle rien. Le jour même de la présence des gendarmes sur la Zad, des déboisements ont été tentés sur le nord du tracé [par la Sanef, qui s’occupe des travaux d’un échangeur] et empêchés de justesse par d’autres militants. Le système démocratique prévoit des juridictions quand il y a un désaccord. Mais l’Etat construit l’affrontement.”

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

.

Photos : © Jean-François Gérard/Reporterre
. chapô : La Zad de Kolbsheim.
. image de synthèse : XO3D pour Vinci/Arcos

Sat, 16 Jun 2018 11:22:35 +0200

Un album de coloriage à offrir à M. Macron

  • Présentation du livre par son éditeur :

Ce livre de coloriage est une introduction ludique au capitalisme. À travers une série de vignettes mettant en scène des personnages récurrents (un capitaliste sans scrupule, un lapin résistant…) et d’autres, ponctuels, dans lesquels chacun d’entre nous pourra se reconnaître, Stephanie McMillan décrit, dans un style accessible à tous, cette force qui nous domine et qui est en train de détruire la planète. Les dialogues entre les personnages, drôles et toujours pertinents, exposent avec simplicité l’absurdité et le caractère destructeur du système consumériste devenu planétaire, mais mettent également l’accent sur ses points de vulnérabilité ; car avant de pouvoir combattre efficacement notre ennemi, nous devons l’identifier clairement, comprendre sa structure et déterminer précisément qui le contrôle.

  • Stephanie McMillan est une dessinatrice politique, autrice et militante du sud de la Floride. Porte-parole des luttes sociales et écologistes, elle compte à son actif sept ouvrages édités aux États-Unis, dont un roman coécrit avec l’auteur et militant écologiste états-unien Derrick Jensen. Depuis 1992, elle a publié de nombreuses bandes dessinées politiques. Son travail a été récompensé à plusieurs reprises.


  • Mort au capitalisme ! Livre de coloriage !, de Stephanie McMillan, éditions Libres, 2018, 52 p., 7 €.


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Pourquoi la tomate raconte-t-elle le capitalisme d’aujourd’hui ?

Sat, 16 Jun 2018 11:14:02 +0200

Que retenez-vous de votre visite au site nucléaire de La Hague ?

Recherche
avancée

Emilie Massemin (Reporterre)