Presse & blogs CHANGER

 
 

LE FIGARO - Le Figaro - Le Flash Actu

Wed, 17 Jan 2018 09:23:53 +0100

Open d'Australie : Nadal poursuit sa route

Solide, le numéro un mondial Rafael Nadal a dominé sans trop souffrir au 2e tour Leonardo Mayer, 52e mondial 6-3, 6-4, 7-6 (7-4) . L' Argentin n'a toutefois jamais baissé les bras et a poussé le Majorquin au tie-break dans le troisième set, alors que ce dernier a servi pour le match à 5-4. Nadal retrouvera au 3e tour le Bosnien Damir Dzumhur, tête de série 21, tombeur de l’Australien Milman 7-5, 3-6, 6-4, 6-1.

Simple messieurs (2e tour):
Carreno (ESP/10) bat Simon (FRA) 6-2, 3-0, abandon
Müller (LUX/23) bat Jaziri (TUN) 7-5, 6-4, 6-7 (5/7), 3-6, 6-2
Cilic (CRO/6) bat Sousa (POR) 6-1, 7-5, 6-2
Tsonga (FRA/15) bat Shapovalov (CAN) 3-6, 6-3, 1-6, 7-6 (7/4), 7-5
Edmund (G-B) bat Istomin (UZB) 6-2, 6-2, 6-4
Basilashvili (GEO) bat Bemelmans (BEL) 7-5, 6-1, 6-3
Seppi (ITA) bat Nishioka (JPN) 6-1, 6-3, 6-4
Karlovic (CRO) bat Sugita (JPN) 7-6(3), 6-7(3), 7-5, 4-6, 12-10
Nadal (ESP/1) bat Mayer (ARG)  6-3, 6-4, 7-6 (7-4)

Wed, 17 Jan 2018 09:21:05 +0100

Plus d'un million de Rohingyas au Bangladesh

Le Bangladesh a recensé plus d'un million de réfugiés rohingyas vivant dans les camps à la frontière avec la Birmanie, a indiqué aujourd'hui le responsable du projet d'enregistrement officiel sur fond de préparatifs de retours de réfugiés.

La Birmanie et le Bangladesh se sont donné cette semaine deux années pour organiser le retour des 655.000 Rohingyas qui ont quitté la Birmanie depuis fin août, fuyant une campagne militaire qualifiée d'épuration ethnique par les Nations unies. Dans le but de faciliter ce programme controversé, l'armée bangladaise a lancé l'année dernière un enregistrement des réfugiés présents sur son territoire en émettant une carte basée sur leurs données biométriques.

» LIRE AUSSI : L'exode des Rohingyas est un «cauchemar humanitaire», selon l'ONU

"À ce jour, nous avons enregistré 1.004.742 Rohingyas. Ils ont reçus des cartes d'enregistrement biométriques", a déclaré Saidur Rahman, le général de brigade qui dirige ce recensement. Selon lui, il reste encore plusieurs milliers de réfugiés à intégrer dans la base de données. Ces chiffres sont plus élevés que les estimations de l'ONU selon lesquelles 962.000 musulmans rohingyas se trouvent au Bangladesh, legs de vagues de violences successives depuis un quart de siècle.

Une marée humaine a submergé cet automne le Bangladesh, pays parmi les plus pauvres de la planète, déclenchant l'une des plus graves crises humanitaires de ce début de XXIe siècle en Asie. Dacca et Naypyidaw sont convenus d'une procédure pour permettre le retour de réfugiés ayant fui la Birmanie depuis fin août, à la condition que ceux-ci puissent prouver qu'ils résidaient dans le pays. Cet accord, qui prévoit la construction de camps dans l'ouest de la Birmanie, est perçu avec un certain scepticisme. De nombreux réfugiés rohingyas refusent de revenir dans l'État Rakhine en Birmanie, jugeant que les conditions ne sont pas réunies pour un retour en toute sécurité.

"Le pire serait de déplacer ces personnes de camps au Bangladesh vers des camps en Birmanie", a averti le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. Le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) a été consulté mais n'a pas pris part à l'accord, contrairement à l'usage dans les plans de rapatriement. Plus grande population apatride du monde depuis que la nationalité birmane leur a été retirée en 1982, sous le régime militaire, les Rohingyas sont victimes de discriminations. Ils n'ont pas de papiers d'identité et ne peuvent pas voyager ou se marier sans autorisation. Ils n'ont accès ni au marché du travail ni aux services publics comme les écoles et hôpitaux.

LIRE AUSSI :

» La Birmanie et le Bangladesh trouvent un accord sur le retour des Rohingyas

» Le parcours chaotique des Rohingyas à travers l'histoire

» Crise des Rohingyas: la Birmanie se rapproche de la Chine 

Wed, 17 Jan 2018 08:55:07 +0100

Marseille: un homme blessé par balle

Un homme de 23 ans a été blessé par balle cette nuit dans les quartiers Nord de Marseille, après avoir été agressé et roué de coups à son domicile par cinq hommes cagoulés et gantés, a-t-on appris de source policière aujourd'hui.

L'individu, "défavorablement connu des services de police", avait ouvert lui-même la porte à ses agresseurs, peu après minuit ce matin, à son domicile de la Cité Maison Blanche, dans le 14e arrondissement, a précisé la Direction départementale de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône à l'AFP, confirmant une information donnée par le quotidien régional la Provence. Blessé d'une balle à une cuisse, l'homme a été hospitalisé mais sa vie n'est pas en danger.

Les enquêteurs de la sûreté départementale ne se prononcent pas pour l'instant sur l'hypothèse d'un règlement de comptes qui aurait au moins partiellement échoué, trois jours après la mort d'un adolescent de 17 ans, d'une balle en pleine poitrine, dans un appartement qu'il squattait avec des camarades dans le 10e arrondissement. Depuis début 2018, deux personnes ont été tuées par balles à Marseille: cet adolescent dimanche, dans le quartier Pont-de-Vivaux, et un homme né en 1992 jeudi soir, abattu d'une rafale de kalachnikov alors qu'il était en voiture dans le quartier de La Plaine, au coeur de la cité phocéenne.

Seule cette fusillade à la kalachnikov, qui a également fait un blessé grave, le passager du conducteur abattu, est pour l'instant officiellement cataloguée par les enquêteurs comme un règlement de comptes. En 2017, 14 personnes sont mortes dans des règlements de comptes à Marseille, la dernière le 31 décembre, à dix minutes du Nouvel An, selon un décompte de la préfecture de police, contre 29 en 2016.

LIRE AUSSI :

» Un homme d'une cinquantaine d'années tué par balles à Marseille

» Un homme tué par balle à Marseille, le onzième en trois mois

» Marseille : un mort et un blessé grave dans une fusillade

Wed, 17 Jan 2018 08:51:58 +0100

NDDL: Ferrand parle d'une décision aujourd'hui

Le chef de file des députés La République en marche (LaRem) Richard Ferrand, proche d'Emmanuel Macron, a déclaré aujourd'hui penser que le gouvernement allait rendre sa décision dans la journée sur le projet contesté de construction d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique).

"J'ai l'intime conviction" qu'une décision a été prise, a déclaré aujourd'hui Richard Ferrand sur LCP. Prié de dire si le gouvernement allait annoncer sa décision dans la foulée du conseil des ministres prévu dans la matinée - à l'ordre du jour duquel figure une discussion sur le sujet, Richard Ferrand a répondu "Je le pense."

Il a cependant précisé ne pas savoir de quel côté pencherait la décision.

Les préparatifs liés à l'évacuation de la zone à défendre (ZAD) de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) semblent s'accélérer, Ouest-France ayant fait état mardi de l'arrivée de forces de sécurité dans les régions de Nantes et de Rennes.

LIRE AUSSI :

» Notre-Dame-des-Landes : les préparatifs de l'évacuation de la ZAD s'accélèrent

» Notre-Dame-des-Landes: «une décision de l'État n'a que trop tardé»

» Notre-Dame-des-Landes: Macron affine sa stratégie 

Wed, 17 Jan 2018 08:31:10 +0100

Syrie: les familles de djihadistes portent plainte pour «détention arbitraire»

Des avocats de femmes et d'enfants de djihadistes français récemment capturés par les forces kurdes en Syrie ont annoncé aujourd'hui déposer plainte contre les autorités françaises pour "détention arbitraire" et "abus d'autorité".

"Le Kurdistan syrien n'ayant aucune existence légale et ne disposant par là même d'aucune institution souveraine, ces femmes et ces enfants sont tous détenus sans droit ni titre", affirment ces avocats dans un communiqué. Le gouvernement français a indiqué qu'il souhaitait que ces personnes soient jugées sur place par "les autorités locales" si les conditions le permettent.

LIRE AUSSI :

» Le difficile retour en France des enfants de djihadistes

» La délicate situation des femmes djihadistes faites prisonnières chez les Kurdes syriens

» Djihadisme: Emilie König demande à être jugée en France