Presse & blogs

❯ Flux Isérois
www.6mois.fr

Mon, 21 May 2018 10:11:16 +0200

Maya

Maya Konforti, la soixantaine, fait une halte lors de la Marche Solidaire pour les migrants devant la montagne Sainte-Victoire, dans les environs d’Aix-en-Provence.

Elle et son compagnon François sont connus pour avoir participé à la création de L’Auberge des migrants, une association qui apporte aide matérielle, alimentaire, accompagnement et défense des droits aux exilés dans la région de Calais. Ils ont vécu dans une caravane au milieu de la Jungle pendant des mois avant son démantèlement.

Récemment, ils ont pris l’initiative de lancer une marche nationale citoyenne pour soutenir les migrants, lutter contre le délit de solidarité et sensibiliser la population française sur l’importance de l’accueil des nouveaux arrivants.

Les photographes du collectif ITEM se relayent pour suivre les marcheurs depuis qu’ils ont quitté Vintimille, en Italie, le 30 avril. Tous les jours de nouveaux compagnons de route se greffent à la marche, mais un noyau dur de bénévoles de L’Auberge des migrants fait tout le périple à pieds jusqu’à Londres, soit 1400 kilomètres. Leur arrivée dans la capitale anglaise est prévue le 7 juillet.

Cette photo a été prise par Cyril Marcilhacy.
Voir son site : www.cyrilmarcilhacy.com
Le site du collectif ITEM : www.collectifitem.com

Marcilhacy*Cyril

Fri, 18 May 2018 12:12:46 +0200

Stéphane Lavoué lauréat du Prix Niépce Gens d'images 2018

Stéphane Lavoué, dont le travail sur les travailleurs de la mer a été publié dans 6Mois n° 13, est le lauréat du prestigieux prix Niépce Gens d’images 2018. Sa candidature était parrainée par Marie-Pierre Subtil, rédactrice en chef de 6Mois.

Créé en 1955, le prix Niépce distingue chaque année le travail d’un photographe confirmé, âgé de moins de 50 ans, français ou résidant en France depuis plus de trois ans.

Né en 1976 à Mulhouse, Stéphane Lavoué, diplômé de l’Ecole supérieure du bois de Nantes, travaille d’abord en Amazonie pour un groupe industriel français. À son retour en France en 2001, il s’intéresse à la photo et laisse tomber le bois et devient rapidement connu pour ses portraits publiés dans la presse. Installé en Bretagne, il se consacre aujourd’hui à des projets personnels.

Mon, 14 May 2018 10:08:49 +0200

Avenue Ryomyong

Une jeune fille se balade sur l’avenue Ryomyong, à Pyongyang, capitale de la Corée du Nord. D’après son style vestimentaire et ses accessoires (sac à main, portable et bijoux) elle fait partie de l’élite de la nation.

Inaugurée en avril 2017 après une rénovation complète, la nouvelle avenue Ryomyong témoigne du renouveau architectural de la capitale. Sur l’arche, à l’entrée, il est inscrit : « Les grands leaders Kim Il-sung et Kim Jong-un seront toujours avec nous ».

Malgré tous les embargos économiques, Pyongyang continue de se développer : travaux de rénovation, construction de nouveaux quartiers et bâtiments, réaménagement du zoo, etc. La ville se veut la vitrine du pays mais seuls les élites et les rares touristes en profitent.

Cette photo est issue d’un travail au long cours de Laurent Weyl qui retourne régulièrement en Corée du Nord.
Voir son site : https://laurentweyl.com/

Weyl*Laurent

Thu, 10 May 2018 13:24:04 +0200

CINDY


« C’est le dernier moment de calme avant la tempête pour Cindy, petit bout de femme de 25 ans, 1,60 mètre pour 56 kilos. Derrière ses cheveux roses coupés à la garçonne, se cache l’âme d’une guerrière. Originaire de Dole, la Jurassienne pratique depuis des années l’un des sports les plus violents au monde : la boxe thaï.

Voilà quinze jours qu’elle et son coach Rémi, qui est aussi son compagnon, sont arrivés en Thaïlande. Nous sommes en mars 2018, en plein championnat du monde. Les journées avant le grand combat sont intenses : course à pied, boxe, corde à sauter… elle s’entraîne de jour comme de nuit.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir : Je la suis jusque sur l’île de Koh Samui, où elle se prépare dans des centres thaïlandais. Et je la regarde partir en courant dans les rues de Bangkok, combinaison de sudation sur le dos par 30°, une fois que le soleil s’est couché. Avant le jour-J, Cindy a dû perdre 6 kilos.

L’heure du combat approche. Dans un gymnase, en plein cœur de Bangkok, Rémi pratique sur sa boxeuse un dernier étirement. Le moment est doux malgré la pression qui monte. Tout peut arriver : le KO comme le coup mal placé. Celui qui fait mal. Derrière la porte, on entend les cris des parieurs fous. Dix minutes après ce cliché, Cindy fend la foule et monte sur le ring. Détendue, calme. Cinq rounds plus tard, elle rafle le titre de championne du monde de boxe thaï. La tempête, c’est elle. »

Propos recueillis par Clara Hesse

Regaldi*Pascal

Mon, 07 May 2018 09:23:24 +0200

MARIAGE MALIEN À DEUIL-LA-BARRE

Aminata Sylla Manda, dans sa robe orangée, célèbre le mariage d’une de ses amies dans les jardins d’une résidence à Deuil-la-Barre, dans le Val d’Oise. D’origine malienne, comme les autres invitées de la mariée, elle fait partie de la première génération de femmes afro-françaises nées de la politique de regroupement familial menée dans les années 1970, après la décolonisation.

La photographe Carolina Arantes s’interroge sur l’identité de ces premières citoyennes françaises issues de l’immigration. Que gardent-elles de la France, de l’Afrique ? Comment construisent-elles cette identité mixte ? Le mariage est un évènement qui permet à ces femmes, souvent éduquées et de classe moyenne, de célébrer sur le territoire français la culture de leurs parents dans le respect des traditions. Complexe, le mariage religieux malien est fait de plusieurs étapes : après avoir célébré les noces à venir chacun de leur côté, les futurs époux et leurs familles se rencontrent.

Ici, le mariage vient d’être prononcé et la mariée s’apprête à vivre une semaine entière dans la famille de son époux sans sortir. Le septième jour, elle reverra ses parents pour une dernière fête avant de rejoindre le foyer de son mari et de commencer sa nouvelle vie.

Cette photo est extraite du reportage First Generation de Carolina Arantes. Un projet sur lequel elle travaille toujours.
Voir son site : http://www.carolinaarantes.com

Arantes*Carolina