Presse & blogs

Orient XXI

chargement...

Tue, 19 Sep 2017 06:00:00 +0200

Israel's Triumphant Return to Africa

It may well be Israel’s diplomatic isolation that has prompted the strenuous efforts of rapprochement with Africa undertaken by Benyamin Netanyahu, otherwise the principal artisan of Israeli entrenchments. After having coined the slogan “Israel is coming back to Africa, and Africa is returning to Israel in February 2016 to mark the creation of a “pro-African lobby” in the Israeli Parliament, the PM did the rounds of East Africa — Uganda, Kenya, Ethiopia and Rwanda in June of that same year. And in June 2017, he gave a speech at the 51st summit of the Economic Community of West-African States (ECOWAS). At the same time, there has been no lack of official African visits to Israel these last few years, one of the most recent being that paid by Paul Kagame, president of Rwanda, in July 20171. While at first Netanyahu’s watchword had had considerable success—it was taken up by the international media whenever there was a new Afro-Israeli exchange—the cancellation of the Africa-Israel summit originally planned for October in Lome may well mean that Israeli diplomacy is going to have to keep a low profile.

Like China, India, or Turkey, Israel hopes to profit by the US withdrawal from Africa, the French eclipse and the petrol monarchies’ entanglement with the wars in the Middle East and the Arabian Peninsula. Netanyahu’s main objective is diplomatic: win new allies in international organizations in order to counter the Palestinian offensive over the last few years in the UN, UNESCO and other world forums. But Netanyahu never loses sight of the geostrategic and commercial interests of the “Hebrew State”.

As for African States, they are concerned to diversify their suppliers of arms and military technology, take advantage of Israeli expertise in such areas as intelligence, treatment and control of information and the social networks, cyber warfare, but also irrigation, water management, and the use of solar energy. “For Africans, having access to sophisticated technology and this kind of know-how will help them be less dependent on Europe and the US,” David Elkaïm wrote in Le Journal du dimanche (6 July 2016).

From anticolonialism to the Oslo Accords

Israel has never ceased, since its very inception, to develop diplomatic and economic ties with the African States and some of its activities enable us to better understand American and European arrangements – or withdrawals. All are involved in an interplay of complementarities, with Israel acting in a back-up or subsidiary role whenever necessary, but always in its own interest.

Until the end of the sixties, the country bathed in something of an aura of anticolonialism2 and maintained good relations with many newly independent African countries. Israel set all the greater store by these as it had been ousted in 1955 from the Bandung conference which marked the political emergence of the Third World on the international scene. Golda Meir concluded an alliance with Jomo Kenyatta in 1963 and opened an embassy in Nairobi. Israel recognized the independence of Mali and Senegal as early as 1960 and maintained diplomatic and often cooperative relations with some thirty African states, among them Gabon, Cameroon, Chad, Congo Brazzaville, Ghana, Guinea, Liberia, Nigeria, Sierra Leone and Togo.

In 1961, Egypt’s diplomatic cartography (produced by the Egyptian Department of African affairs) shows an Israeli encirclement of the Nile Valley via agreements with Ethiopia, Uganda, Zaire, Kenya, Rwanda, Chad and the Central African Republic. A secret agreement was allegedly signed with Uganda in 1969 for the construction of an airport likely to pose a threat to the Assouan dam3.

The first hitches appeared after the 1967 war, but it was the Israel-Arab war of 1973 and the oil embargo declared by the Gulf monarchies which put an end to Israeli-African relations and locked Sub-Saharan diplomacy into a pro-Arab alliance.

The Gulf Monarchies signed a pact with the US centered on oil and a redistribution of markets. From then on, Africa would be burdened with debt, especially due to the high price of oil. Egypt began moving closer to Israel. Abdou Diouf’s Senegal was the only dissenting voice when the Organization for African Unity (OAU) recommended breaking off relations with Israel after the 1973 war.

Yet by 1982, it was estimated that there were nearly 4 000 Israeli experts operating in Africa4.

At the same time, Israel strengthened its ties with the racist Pretoria regime, providing it with diplomatic and military support5. Profiting by its experience in South Africa and its good reputation in the area of policing, Israel offered its services to several autocratic regimes threatened from within: Hissene Habre’s Chad, Mobutu Sese Seko’s Zaïre, Gnassingbe Eyadema’s Togo. In 1984, Mossad organized the ex-filtration of tens of thousands of Ethiopian Falachas, a small Jewish minority. “Ten thousand Falachas set out on a long journey on foot from Ethiopia to Sudan and on from there to Israel via an impressive airlift. Then, in May 1991, Israel launched Operation Solomon, in accordance with the new Ethiopian government: a crowd of fourteen thousand Falachas gathered in front of the Israeli embassy in Addis-Abbeba will be flown to Israel” 6 In 2009, Avigdor Lieberman, the then Minister of Foreign Affairs, traveled to Ethiopia, Ghana, Kenya, Nigeria, and Uganda. This was the first official visit by an Israeli minister in twenty years.

Today, Israel maintains relations with some forty African nations, ten of which host permanent Israeli diplomatic missions. But neither these relations nor these embassies guarantee their support for Israel in International organizations. Only Kenya and Ethiopia openly condone Israel’s presence in the African Union (AU). South Africa, Israel’s principal trade partner on the African continent, is opposed to it.

A Market for Military Technologies

Israeli diplomacy still proceeds with the same “mantras” as in the sixties and seventies: military support, intelligence logistics, with solar agricultural technology as a bonus, but it knows now that the geo-strategic situation in sub-saharian Africa interests it directly to varying degrees. If Islamist terrorism were to increase in that region, Israel’s security could be affected, and not only through a major destabilization of the Sinai, its neighbor to the south. Hence, Israel’s presence in the Middle East turns out to be very precious for the security of the region and allows Israel to retain its supremacy in matters of intelligence gathering. The variety of movements operating under the umbrella of Islamist terrorism, the complexity of their development and the hypothesis that they are there to stay demand better knowledge of their growth dynamic. Thus Israel has come to understand how its interests can be served by a war which has become the main preoccupation of most countries in the region, from the Horn of Africa to the shores of the Gulf of Guinea, and how it can fit in with local structures devoid of any real intelligence logistics. It is counting on an alliance with Christians against Iranian and Islamist penetration in East Africa, since several countries there have a Christian or animist majority or sizable minority.

Hence the alliance with the newly created Southern Sudan, where Christians are in the majority. Israeli support for the Sudanese rebellion against Khartoum began shortly after the 1967 war. The oil reserves of this tiny country are among the richest in Africa and if need be could be shipped to Israel by way of the Red Sea.

In order to counter the terrorist threat, Israel’s military diplomacy benefits from an original technological profile: “The Jewish state differs from the other players in the region in one particular respect: the majority of its government officials, as well as a significant share of its political class of every persuasion, are products of the intelligence service or the special units, or have served in them. . .”7 The computer, aeronautic and defense industries have organic links between them. Israel still sells sub-machine guns, tanks, missiles or protection forces for African VIPs, but mostly technologies for surveillance, the collection and digitization of personal data, border control systems, ground and sea surveillance equipment, hard- and software for cyber-warfare and intelligence imagery. Israel also offers African countries, relatively young and fragile, the attractive model of a nation where government and hi-tech military intelligence services form a closely knit elite.

In Israeli exports, the share of technology is now larger than that of military hardware, although the two sectors are so tightly interwoven with industry in general, trade and diplomacy that distinctions are hard to make. Israel’s investments in Africa remain relatively modest and its portion of African military imports is much smaller than that of Russia, Europe or even China, but Israel knows that its share of the market can grow on a continent where arms purchases are rapidly increasing; that Africa will see a galloping demography over the next few decades; and that because of a dearth of classical equipment, it will place an emphasis on technological solutions, finances permitting. And now that three fourths of Israeli production goes to the export trade, and because the military sector remains an important locomotive for hi-tech industries, the Jewish state will always need to conquer more markets, however modest.

Diamonds in Exchange for Weapons

And finally, in its relations with Africa, Israel does not neglect another flagship of its export economy: diamonds. In 2016, the country ranked world’s fifth largest uncut diamond exporter, with a 6.7% share of the market and fourth-largest importer with a 7.6% share. Official Israeli government figures show that the country’s diamond exports in 2016 amounted to 7.3 billion dollars. Official figures also show that arms exports totaled 6.5 billion dollars.

Israel has often used questionable methods to lay hands on African mineral resources, methods solidly linked to its diplomatic and military offensives. Both the recent arrest by the Israeli police of Benny Steinmetz accused of money laundering and bribing persons close to the Guinean government, and the US proceedings against Dan Gertler, another Israeli player in the diamond trade, show that Israel is active in the Kimberley process (an international agreement on the certification of uncut diamonds meant to prevent their sale and purchase for military purposes), but the more of its diamond czars remain abusive, to say the least. In 2010, Gertler was accused of financing the purchase of arms for the Kabila clan in exchange for a monopoly in the diamond trade. The Africa Progress Panel accused him in 2013 of having defrauded the Democratic Republic of the Congo (DRC) of 1.4 billion dollars in mining licenses. And as for Lev Leviev, known as “the diamond king,” he built his fortune on his partnership with Angolan President Jose Eduardo Dos Santos and his clan for the control of the diamond industry. A business partner of the Trump clan, he is often in the news on account of his dubious financial operations, scandals and lawsuits.

Zero Refugees, Zero Protests

Like the countries of the Maghreb, the Mediterranean basin and Europe, Israel, over the last two decades has seen the arrival of several waves of refugees, especially from Eritrea and Sudan but also from West Africa. Some 50 000 undocumented Africans live there today. With very few exceptions, Tel Aviv never grants them refugee status. A significant proportion of these illegal immigrants find employment in the hotel and restaurant business as well as the construction industry, just like in Europe. Others work in small shops or in the gray economy. But Israel refuses to give them permanent resident status, in particular because of their religion. In 2014, secret agreements were signed with Uganda and Rwanda under which the latter agreed to receive deported African refugees of whatever nationality. Israel, Uganda and Rwanda all ratified the 1951 Geneva Convention on the rights of refugees, which urges States to welcome them, protect them and not use them as bargaining chips in global agreements. Yet neither Rwanda nor Uganda regularize the status of refugees from Israel.

Within its borders and without, Israel displays the same traits or weaknesses, always ready to fall in with a logic of conflict, to the detriment of negotiation, systematically favoring the spiral of violence, the logic of war. Israeli strategists and experts – as well as international ones – endlessly go on repeating that this option is dictated by the situation in the Middle East. This is not completely false but neither is it completely true: we need only consider the unilaterally colonial nature of the Israeli occupation of territories which, by becoming Palestinian and independent, would have substantially contributed to a reduction of regional violence, to realize the extent to which forced annexation, government by terror and a predatory economy have become second nature for the Israeli power structure. Not to mention all the rifts created by the borders, walls and checkpoints.

Not unreasonably, Israel castigates its western detractors, pointing to their own predatory practices, but feigning ignorance of one important difference: while the Western powers provide support for their multinational firms in Africa, they have in their own countries democratic counter-powers that stand opposed to the exploitation of Africa, fighting for the independence and democratization of its regimes. This is anything but the case in Israel, where though there do exist some remarkable NGOs, these have nothing like the firm basis which their counterparts enjoy in Europe and the USA. A feeble dissidence, which Netanyahu nonetheless wants to outlaw, arguing that their foreign subsidies, the only source that enables them to survive, endanger national security.

Not Really Respectable Expertise

If, then, Israel’s foreign policy is often criticized, it is because its culture and actions are all aimed at stifling democratic debate. The singular stamp of its diplomacy in Africa, where security questions systematically overshadow other forms of commitment, involves an unfortunate drawback: it places an often grotesque emphasis on the dynamics of government by violence, undoubtedly important but not exclusively so; it conveys a negative and even outrageous image of Africa and Israeli diplomacy. It is this bad image which makes governments like that of South Africa, despite its trade relations with Israel, almost systematically oppose its diplomacy in the various international forums. It isn’t so much antisemitism that motivates the opprobrium which greets Israel’s foreign policies so much as Netanyahu’s undisguised contempt for the international NGOs whenever they raise their voices.

Accustomed as it is to bringing democratic organizations to their knees, the State of Israel spontaneously prefers to negotiate with autocratic regimes or dictatorships. And this refusal to engage in dialogue which tarnishes its diplomacy has ossified it in the end. It has led to an inevitable impoverishment, a lemming-like headlong flight into a culture of suspicion and violence. It is most likely that this thorny rigidification will always stand in the way of Israel’s foreign policy projects and continue to maintain the country in a position where consideration stems less from any sincere esteem than from the recognition of an obvious expertise, but one which is neither completely respectable, nor at all transparent. And while it is certain that this singular pariah status is eroding Israeli society from within, it is hard to know to what bottomless pit it may lead.

1“We are two nations which understand the horror of genocide, and we must show what humanity can achieve in cooperation and understanding,” said President Reuven Rivlin to Kagame. Yet Israel is suspected of having supplied weapons used for the genocide.

2W.E.B. Du Bois, one of the founders of the NAACP declared in 1909: “For us, the African movement has the same meaning as Zionism for Jews”. This parallel reappears periodically in Afro-American and Pan-Africanist culture, until the sixties, and Israel knows how to exploit it.

3Helmi Sharawi, “Israeli Policy in Africa”, in The Arabs and Africa, Croom Helm, Centre for Arab Unity Studies, 1984; p. 288.

4Helmi Sharawi, ibid. ; p. 298.

5“The South-African invasion of Angola was based on Israeli know-how in anti-terrorist strategy, acquired in the Left-Bank and Gaza”, in Marissa Moorman, “The long short history of Angola-Israel relations”. Which did not prevent Israel from concluding at the end of the nineties a pact with its former Angolan enemy for diamond mining.

6Eric Denécé and David Elkaïm, Les Services secrets israéliens, Amad, Mossad et Shin Beth, éditions Taillandier, April 1014; p. 112-113.

7Eric Denécé and David Elkaïm, ibid., p. 165.

Ezra Nahmad

Tue, 19 Sep 2017 06:00:00 +0200

عودة إسرائيل الظافرة الى إفريقيا

منذ إطلاقه شعار “إسرائيل تعود إلى إفريقيا، إفريقيا تعود إلى إسرائيل” في شباط/فبراير 2016 للاحتفال بافتتاح “لوبي موالي لإفريقيا” داخل البرلمان الإسرائيلي، قام بنيامين نتانياهو بجولة شملت أوغندا وكينيا وأثيوبيا ورواندا في حزيران/يونيو 2016. كما ألقى كلمة خلال القمّة الحادية والخمسين للمجموعة الاقتصادية لدول غرب إفريقيا في حزيران/يونيو 2017 .

ولم تتوقّف الزيارات الرسمية الإفريقية إلى إسرائيل في السنوات الأخيرة، و كان آخرها زيارة بول كاغامي رئيس رواندا في تموز/يوليو 2017،1و زيارة فوري غناسينغبي رئيس توغو في أغسطس/آب. وإن كان لشعار نتنياهو أثر واضح، إذ أن وسائل الإعلام العالمية تتناقله عند كل تواصل إسرائيلي إفريقي جديد، فأن إلغاء القمة الإفريقية المرتقبة في أكتوبر/تشرين الأول في لومي قد يوحي للوهلة الأولى أن على الدبلوماسية الإسرائيلية أن تكون أكثر تحفظاً وتواضعاً.

وعلى غرار الصين والهند وتركيا، تريد إسرائيل الاستفادة من التراجع الأميركي عن الانخراط في إفريقيا ومن احتجاب فرنسا وانشغال الأنظمة الملكية النفطية في الصراعات الشرق أوسطية وداخل الجزيرة العربية. وهدف الرئيس نتانياهو ديبلوماسي، إذ إنه يطمح إلى اكتساب حلفاء جدد داخل المنظمات الدولية للتصدي للحملة الفلسطينية داخل الأمم المتحدة واليونسكو والمنتديات الدولية الأخرى في السنوات الأخيرة. كما تريد إسرائيل أن تسترجع مقعدها كمراقب ضمن الإتحاد الإفريقي والذي كانت تشغله حتى عام 2002، في وقت أنّ المصالح الجيو- استراتيجية للدولة العبرية لا تغيب أبداً عن ذهن نتنياهو. ومن جهتها، ترغب الدول الإفريقية في تنويع مصادر تزويدها بالأسلحة وبالتكنولوجيا العسكرية وفي الاستفادة من التكنولوجيا الإسرائيلية في مجال جمع المعلومات ودراستها والتحكّم فيها ومجال الشبكات والحرب الإلكترونية، وأيضا في الري ومعالجة المياه واستغلال الطاقة الشمسية. “بالنسبة للأفارقة، فإنّ الوصول إلى هذا النوع من التكنولوجيا الدقيقة والمعرفة التقنية يمكّنهم من عدم الاعتماد كليّاً على الأوروبيين والأميركيين”. هذا ما كتبه دافيد إلخايم في صحيفة لو جورنال دو ديمانش (في 6 يوليو/تموز 2016).

من معادة الاستعمار الى أفيغدور ليبرمان

لم تنفك إسرائيل منذ قيامها تُطوّر علاقات دبلوماسية واقتصادية مع الدول الإفريقية، ويمكن لعدد من تحرّكاتها أن يفسر الترتيبات الأمريكية والأوروبية في إفريقيا، بل وحتى التراجع الأميركي والأوروبي في بعض الحالات من القارة السوداء. فهؤلاء يشاركون دوريا كعنصر من عناصر لعبة تكامل واسعة، تقوم فيها إسرائيل بدور القوة الرديفة أو التكميلية، ولكن وفقاً لمصالحها الخاصة.

وإلى نهاية الستينيات كانت الدولة العبرية تستفيد بصورة أو بأخرى من هالة مناهضة الاستعمار2 كما كانت تقيم علاقات جيدة مع عدد من الدول الإفريقية حديثة الاستقلال. وهو أمر تمسّكت به أكثر بعدما أُبعدت عام 1955 من ميثاق باندونغ الذي مثل نقطة الانطلاق لسياسية “العالم الثالث” على الساحة الدولية. أقامت غولدا مايير تحالفاً مع جومو كينياتا منذ عام 1963 بفتحها سفارة في نايروبي. واعترفت إسرائيل باستقلال مالي والسنيغال منذ عام 1960 وحافظت في نفس الفترة على علاقاتها الدبلوماسية وتعاونها مع حوالي ثلاثين دولة إفريقية من بينها الغابون والكامرون والتشاد والكونغو برازافيل وغانا وغينيا وليبيريا ونيجيريا وسييراليوني وتوغو.

وكانت الخريطة الدبلوماسية المصرية (الخاصة بالإدارة المصرية للشؤون الإفريقية) تبيّن أنّ إسرائيل قد حاصرت حوض النيل منذ عام 1961 وذلك باتفاقها مع أثيوبيا وأوغندا والزائير وكينيا ورواندا والتشاد وجمهورية إفريقيا الوسطى. وقد تمّ توقيع اتفاق سريّ مع أوغندا في عام 1969 لتشييد مطار من شأنه أن يهدّد سدّ أسوان.3

وقد ظهرت العقبات الأولى بعد حرب 1967، لكنّ حرب أكتوبر (1973) والحصار النفطي الذي فرضته دول الخليج قد أنهى العلاقات الإسرائيلية الإفريقية بحصره دبلوماسية دول جنوب الصحراء داخل تحالف مؤيد للعرب. وحدها السنغال، برئاسة ديوف حادت عن توصيات منظمة الاتحاد الإفريقي بقطع العلاقات مع إسرائيل بعد حرب 1973.

ورغم ذلك ففي عام 1982 كان يوجد أكثر من 4000 خبير إسرائيلي يعملون في إفريقيا.4 بالتوازي، كثفت إسرائيل علاقاتها مع النظام العنصري في بريتوريا وقدّمت له دعماً دبلوماسياً وعسكرياً5 ومدعمةً بتجربتها في جنوب إفريقيا وسمعتها الجيّدة في “حفظ الأمن”، قدّمت إسرائيل خدماتها إلى عدّة أنظمة استبدادية كانت تواجه تهديدات داخلية: حسين حبري في التشاد وموبوتو في الزائير وغناسينغبي اياديما في التوغو. وفي عام 1984، نظّم الموساد عملية نقل لعشرات الآلاف من الفلاشا الأثيوبيين، وهي أقلية يهودية؛ “قام عشرة آلاف فلاشا بمسيرة طويلة على الأقدام من أثيوبيا إلى السودان ثم للوصول إلى إسرائيل عبر جسر جوي بين السودان وإسرائيل. ثمّ أطلقت إسرائيل في أيار/مايو 1991،”عملية سليمان“بالإتفاق مع النظام الأثيوبي الجديد فالتحق بإسرائيل 14 ألف فلاشا كانوا مجتمعين حول السفارة الإسرائيلية في أديس ابابا”.6

وكان لتوقيع اتفاقيات أوسلو والاتصالات التي أقيمت ما بين منظمة التحرير الفلسطينية واسرائيل أثراً في كسر حالة العزلة التي كانت تحيط بإسرائيل في إفريقيا. تقيم إسرائيل اليوم علاقات دبلوماسية مع حوالي أربعين دولة إفريقية من بينها عشر دول تستقبل بعثات دبلوماسية إسرائيلية دائمة. لكنّ هذه العلاقات أو السفارات لا تضمن لإسرائيل مساندة لمواقفها في المنظّمات الدولية. فكينيا وأثيوبيا فقط هما اللتان تظهران دعمهما للوجود الإسرائيلي ضمن الاتحاد الإفريقي. وهو ما تعارضه جنوب إفريقيا، الشريك التجاري الرئيسي لإسرائيل في إفريقيا.

سوق واعدة من التقنيات العسكرية

لا تزال الدبلوماسية الإسرائيلية تتقدم بنفس النمط الذي ساد في الستينيات والسبعينيات: دعم عسكري وخدمات لوجيستية استخباراتية وتركيز على التكنولوجيا الزراعية والشمسية، لكنّها تعرف أن الوضع الجيو- إستراتيجي في إفريقيا جنوب الصحراء يهمّها اليوم على أكثر من صعيد. إذا تصاعد الإرهاب الإسلامي في هذه المنطقة فإنّ إسرائيل قد تتأثر بذلك، وليس فقط من خلال زلزلة الإستقرار الكبير الذي قد يحدث في سيناء على حدودها الجنوبية. إنّ الحضور الإسرائيلي في دول جنوب الصحراء الإفريقية يكتسي إذن أهمية كبرى لأمن الشرق الأوسط وفي تمكين إسرائيل من الحفاظ على تقدّمها الاستخباراتي. فتنوع الحركات التي تنشط تحت مظلة الإرهاب الإسلامي وتطوّرها المركّب وفرضيّة استمرارها تستدعي معرفة أفضل بديناميكيات التوسع لديها.

وقد فهمت إسرائيل الفائدة التي تجنيها من الحرب التي تستأثر الآن بمعظم دول المنطقة، من القرن الإفريقي إلى البلدان المتاخمة لخليج غينيا، وكيف يمكنها أن تنخرط مع أجهزة محلية تفتقر إلى خدمات لوجستية استخباراتية حقيقية. تراهن الدولة العبرية على تحالف مسيحي ضد الاختراق الإيراني والإسلامي شرقي إفريقيا بما أنّ عدّة دول في المنطقة لديها أغلبية مكوّن أساسي مسيحي وإحيائي (الإحيائيون هم من يؤمنون بوجود أرواح تحرك كل الأشياء والكائنات في الطبيعة). هكذا تم التحالف مع الدولة الجديدة في جنوب السودان. ولقد يدأت مساندة إسرائيل للمتمردين ضد الخرطوم في السودان بعد حرب 1967. فمخزون النفط في هذا البلد الإفريقي الصغير يعد من أهم المخزونات في إفريقيا ويمكن أن يتم عبور شحنات النفط عبر البحر الأحمر إن اقتضت الحاجة.

وللتصدي للتهديد الإسلامي تتخذ الدبلوماسية العسكرية الإسرائيلية طابعاً تكنولوجياً فريداً: “تتفرد الدولة العبرية عن بقية الفاعلين الدوليين بكون غالبية مسؤوليها الحكوميين وعدد لا يستهان به من طبقتها السياسية، من جميع الأطياف السياسية، يأتون من الاستخبارات أو من القوات الخاصة أو قد مروا بتجربة فيها (...)”7. وترتبط الصناعات المعلوماتية والجوية والدفاعية برابط عضوي؛ تبيع إسرائيل رشاشات ودبابات وقذائف وقوات حماية للمسؤولين الأفارقة، وتبيع بالأخص تكنولوجيا استخباراتية وتكنولوجيا للتنصت ولجمع ورقمنة المعلومات الشخصية ونظماً للتحكّم في الحدود وتجهيزات للمراقبة البرية والبحرية وأدوات وبرامج كومبيوتر للحرب الرقمية والتجسس بالتصوير . كما أنّها تقدّم للدول الإفريقية الفتيّة والهشّة نسبيا نموذجاً جذاباً لسلطة تكون فيها الدولة وأجهزة المخابرات العسكرية المجهزة تكنولوجياً، نخبة منصهرة.

تتجاوز حصة الصناعات التكنولوجية اليوم حصة المعدات العسكرية في الصادرات الإسرائيلية، لكن الفصل بين مجالي التجارة ودبلوماسية الدولة العبرية يعدّ شائكاً لارتباطهما الوثيق. ولئن كانت هذه الاستثمارات الإفريقية متواضعة نسبياً، وإسهام إسرائيل في واردات الأسلحة لإفريقيا أقلّ بكثير من إسهام روسيا وأوروبا وحتى الصين، فإنّ إسرائيل تعرف أنّ نصيبها من السوق يمكن أن يزداد في قارة تشهد ارتفاعاً كبيراً في النفقات العسكرية وتعرف أّن إفريقيا ستسجّل نموّاً ديموغرافيّاً كبيراً خلال العشريات المقبلة وأنّها لافتقادها للتجهيزات التقليدية ستفضّل الحلول التكنولوجية في حدود ما تسمح به إمكانياتها. وبما أنّ ثلاثة أرباع الإنتاج العسكري الإسرائيلي موجه اليوم إلى التصدير، وأنّ القطاع العسكري يبقى قوة رفع هامة للصناعات الدقيقة، فإنّ الدولة العبرية بحاجة لدخول أسواق جديدة مهما كانت صغيرة أو متواضعة.

الماس مقابل السلاح

كما أنّ إسرائيل لا تنسى في علاقاتها بإفريقيا إحدى أهم صادراتها: الماس. ففي عام 2016 كان هذا البلد يتبوأ المركز الخامس بين مصدري الماس الخام، بحصة تقدر ب 6،7ب المائة من السوق والمركز الرابع كمستورد عالمي، بحصة 7,6 بالمئة. وتشير الأرقام الرسمية للحكومة الإسرائيلية الى أن صادرات الماس عام 2016 بلغت 7،3 مليار دولار. كما تشير الأرقام نفسها الى أن صادرات الأسلحة حققت رقم 6،5 مليار دولار.

إنّ إستراتيجيات الحصول على الموارد المنجمية في إفريقيا، المثيرة للريبة في كثير من الأحيان، مرهونة بهجماتها الدبلوماسية والعسكرية. فإيقاف بيني شتاينميتز مؤخراً من قبل الشرطة الإسرائيلية على خلفية اتهامات بتبييض الأموال ورشوة شخصيات قريبة من النظام الغيني، على غرار التتبعات الأميركية ضد دان غيرتلير، أحد الفاعلين الإسرائيليين في تجارة الماس، تبيّن أن إسرائيل تشارك بجدية في “منظومة كيمبيرلي”، إلا أنّ ممارسات رجال الأعمال المهيمنين فيها تبقى متلاعبة مع القانون. عام 2001 اتهم غيرتلر بتمويل مشتريات من الأسلحة لعصبة كبيلا مقابل الحصول على احتكار تجارة الماس. ويشير فريق “افريقيا بروغريس بانل” عام 2013 الى أن رجل الأعمال هذا قد حرم جمهورية الكونغو الديمقراطية من 1،4 مليار دولار من عائدات الاستثمار في المناجم. أما ليف ليفياف، المسمى ب“ملك الماس”، فلقد شيد ثروته بفضل شراكته مع رئيس أنغولا خوسي إدواردو دوس سانتوس، للتحكم بصناعة الماس. وبصفته شريكاً تجارياً للمقربين من ترامب، فغالباً ما يثار ذكر اسمه في صحف الإثارة، بشأن صفقات مريبة أو فضائح أو محاكمات.

انعدام تام للاجئين، انعدام تام لأية معارضة

على غرار بلدان المغرب العربي والحوض المتوسطي وأوروبا، شهدت إسرائيل وصول عدّة موجات من اللاجئين الأفارقة خلال العشرين سنة الأخيرة، لاسيما القادمين من إريتريا والسودان وأيضا من غرب إفريقيا. ويعيش في إسرائيل حوالي 50 ألفا من الأفارقة غير الحاصلين على أوراق إقامة، في وقت لا تمنح فيه الدولة العبرية أبداً صفة اللاجئ لهؤلاء الأشخاص (عدى استثناءات نادرة). ويجد عدد لا يستهان به من المقيمين غير الشرعيين وظائف في مجال الفندقية والبناء مثلما هو الحال في أوروبا، وآخرون في مجال التجارة الصغيرة والاقتصاد الموازي. وترفض إسرائيل استقرارهم بصفة شرعية عندها بسبب عقيدتهم الدينية. في عام 2014، وقعت إسرائيل اتفاقاً مع اوغندا ورواندا لاستقبال لاجئين أفارقة مرحّلين، من جميع الجنسيات. وفيما بقيت بنود هذه الاتفاقات سرية، فإنّ إسرائيل وأوغندا ورواندا كانوا قد صادقوا على اتفاقية جنيف الخاصة بحقوق اللاجئين لعام 1951 والتي توصي باستقبالهم ومنحهم صفة محمية وأن لا يجري تبادلهم في إطار اتفاقات شاملة. ويتضمن برنامج “المغادرة الإرادية” الذي أطلقته حكومة إسرائيل رسالة رسمية تَعِد المُرَحَّلين بأوراق إقامة وبالحق في العمل في البلد الإفريقي الذي سيستقبلهم. في حين أن أوغندا ورواندا لم تسويا وضعيات اللاجئين الآتين من إسرائيل.

خارج حدودها كما داخلها، تُظهر الدولة العبرية نفس الخصال ونقاط الضعف: اتباعها العفوي لمنطق الصراع على حساب المفاوضات يحملها دائما على تفضيل منطق القوة والحرب. إنّ الخبراء الاستراتيجيين الإسرائيليين والدوليين لا ينفكون يكررون أن هذا التوجه تفرضه الظروف في الشرق الأوسط. وهو أمر غير دقيق: يكفي أن نرى الطابع الإستعماري أحادي الجانب للاحتلال الإسرائيلي لأراض فلسطينية كان يمكن لها لو كانت مستقلّة أن تساهم في تقليص العنف داخل حدود الدولة العبرية، لنفهم إلى أي مدى أصبح ضمّ الأراضي بالقوّة والحكم بالترهيب واقتصاد القنص من الأمور “الطبيعية” عند السلطة الإسرائيلية. يكفي أيضاً أن نفكر بكل الشروخات التي أحدثتها الحدود والجدران وحواجز التفتيش المقامة من قبل الدولة العبرية.

إنّ اتهام إسرائيل لمنتقديها الغربيين بأنهم ليسوا أفضل منها في ممارساتهم ومطامعهم قد يكون له ما يبرره، لكنه يتجاهل اختلافاً مُهمّاً: إذا كانت القوى الغربية تدعم مصالح شركاتها متعددة الجنسيات على الأراضي الإفريقية فإنها تملك داخلها قوى مضادة، ديموقراطية، تعارض استغلال إفريقيا وتناضل من أجل استقلالها ومن أجل ديموقراطية أنظمتها. وهو أمر مغاير تماماً لوضع إسرائيل حيث توجد منظمات غير حكومية مميزة لكنها لا تمتلك ذات الحاضنة كما في أوروبا أو الولايات المتحدة. ومع ذلك فإنّ نتنياهو يسعى لمحوها عن الخريطة بوضعها خارج القانون متعلّلاً بكون تمويلاتها “الأجنبية”، وهي المورد الوحيد الذي يمكّنها من البقاء، تهدد أمن الدولة.

مهارات مشبوهة

إنّ الدبلوماسية الإسرائيلية تثير إذن عدة تحفظات لأنّ ثقافتها وتصرفاتها تهدف إلى خنق كل شكل من أشكال النقاش الديموقراطي. كما أنّ الطابع الفريد للدبلوماسية الإسرائيلية في إفريقيا، حيث يحجب الأمن غالباً كل شكل آخر من أشكال الانخراط، يمثّل عيباً هائلاً، إذ إنه يسلّط الضوء بصفة تكاد تكون كاريكاتورية على ديناميكيات الحكم من خلال العنف، وتعطي صورة سلبية عن إفريقيا والدبلوماسية الإسرائيلية، فيها الكثير من المغالاة والغرابة أحياناً. إنّ هذه السمعة السيّئة تجعل الحكومات، على غرار حكومة جنوب إفريقيا وعلى الرغم من إقامتها علاقات تجارية مع إسرائيل، تبدي معارضة شبه دائمة لدبلوماسية هذه الأخيرة في المنتديات الدولية. وليست معاداة السامية هي التي تثير هذا الجوّ السلبي المحيط بالسياسة الخارجية الإسرائيلية بل هو الازدراء الذي يُظهره نتنياهو حيال المنظمات غير الحكومية الدولية والمنتديات التي يحاول الإسرائيليون إسماع أصواتهم فيها. إنّ دولة إسرائيل المعتادة على اخضاع المنظمات الديموقراطية تتحاور بسهولة أكبر مع الأنظمة الاستبدادية والديكتاتورية. وهذا الرفض للحوار الذي يشوّه دبلوماسيتها سوف ينتهي بها إلى الهشاشة، وهو يقودها على طريق افتقار لا مفرّ منه وهروب إلى الأمام في ثقافة تقوم على الريبة والعنف. ومن الممكن أن يظل هذا التصلب الشائك عائقاً أمام علاقاتها حيث لا يكون التقدير لها نابعا من عرفان صادق وإنمّا من إقرار بخبرتها الحاسمة، غير الشفافة وغير الجديرة بالاحترام. ولئن كان من المؤكد أن هذا الوضع الفريد والإنطواء الذي يخلفه يتفاعل في المجتمع الإسرائيلي من الداخل، فإنّه من الصعب معرفة إلى أي هاوية يمكن أن يقود.

1“نحن أُمّتان تدركان تماماً فظاعة الإبادة، وعلبنا أن نُظهر ما يمكن للبشرية أن تحققه من نجاحات في مجال التعاون والتفاهم” هذا ما قاله الرئيس الإسرائيلي روفن ريفلين في كلمة موجهة الى كاغامي. إلا أن إسرائيل موضوع شكوك في مجال تسليم أسلحة ساهمت في عملية الإبادة.

2كان و.أ.ب دوبوا ،أحد مؤسسي منظمة أميركية للدفاع عن الحقوق المدنية ولا سيما حقوق المجموعات المتحدرة من أصول إفريقية في أميركا، يقول عام 1909 :“بالنسبة لنا فإن حركة النضال الإفريقي تشبه حركة الصهيونية بالنسبة لليهود”. وهذه المقارنة تبرز من حين الى آخر في الثقافة الإفريقية-الأميركية والثقافة الأفاريقية ، وذلك حتى الستينات، ولقد استغلت إسرائيل بحنكة كبيرة هذا الأمر.

3حلمي شعراوي في الصفحة 288 من كتاب صادر بالانكليزية

“Israeli Policy in Africa”in “The Arabs and Africa” Croom Helm, Centre for Arab UnityStudies, 1984

4راجع المصدر نفسه، لحلمي شعراوي

5استند غزو أفريقيا الجنوبية لإنغولا الى المهارات الإسرائيلية في استراتيجية محاربة الإرهاب التي اكتسبتها إسرائيل في الضفة الغربية وقطاع غزة" كما ورد في كتاب

Marissa Moorman “the long short history of Angola-Israel relations”.

إلا أن الأمر لم يمنع إسرائيل من عقد معاهدة مع عدوها الأنغولي القديم، وذلك من أجل استغلال حجار الماس.

6إيريك دينيري و دافيد إلخاييم ، في الصفحات 112-113 من كناب صادر بالفرنسية حول المخابرات الإسرائيلية

Eric Denecé et David Elkaïm, Les services secrets israéliens, Aman, Mossad et Shin Bet, éditions Taillandier, avril 2014

7راجع المصدر نفسه المذكور آنفاً

عزرا ناهماد

Tue, 19 Sep 2017 06:00:00 +0200

Le retour conquérant d'Israël en Afrique

Depuis qu’il a lancé le slogan « Israël est de retour en Afrique, l’Afrique revient en Israël » en février 2016 pour célébrer l’inauguration d’un lobby « pro-africain » au sein du Parlement israélien, le premier ministre Benyamin Nétanyahou a mené une tournée en Ouganda, au Kenya, en Éthiopie et au Rwanda en juin 2016. Il a pris la parole au 51e sommet de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) en juin 2017. Et la formule a fait mouche : elle est reprise par la presse internationale à chaque nouvel échange israélo-africain.

Parallèlement, les visites officielles africaines en Israël n’ont pas manqué ces dernières années, l’une des plus récentes étant celle de Paul Kagamé, président du Rwanda, en juillet dernier1, et celle de Faure Gnassingbe, le président togolais, en août.

Comme la Chine, l’Inde ou la Turquie, Israël veut profiter du désengagement américain en Afrique, de l’éclipse de la France, de l’accaparement des monarchies pétrolières dans les conflits proche-orientaux et dans la péninsule Arabique. Le principal objectif de Nétanyahou est diplomatique : avoir de nouveaux alliés au sein des organisations internationales pour contrer l’offensive palestinienne de ces dernières années à l’ONU, à l’Unesco et dans les autres forums mondiaux. Israël veut aussi reconquérir le siège d’observateur qu’il avait à l’Union africaine jusqu’en 2002. Mais Nétanyahou ne perd jamais de vue les intérêts géostratégiques ou commerciaux de l’« État hébreu ». De leur côté, les États africains entendent diversifier leurs sources d’approvisionnement en armes et en technologie militaire, profiter de l’expertise israélienne dans les domaines de la collecte du renseignement, du traitement et du contrôle de l’information et des réseaux, de la cyberguerre, mais aussi dans l’irrigation, la gestion des eaux et l’exploitation de l’énergie solaire. « Pour les Africains, avoir accès à une technologie pointue et à ce type de savoir-faire leur permet de ne pas être totalement dépendants des Européens et des Américains », écrit David Elkaïm dans le JDD (6 juillet 2016).

De l’anticolonialisme aux accords d’Oslo

Israël n’a jamais cessé depuis sa création en 1948 de développer des relations diplomatiques et économiques avec les États africains et nombre de ses actions permettent de mieux comprendre les arrangements — voire les désengagements — américains et européens. Ils agissent tous périodiquement dans un jeu de complémentarités, Israël opérant le cas échéant comme force d’appoint ou supplétif, mais toujours dans son propre intérêt.

Jusqu’à la fin des années 1960 le pays bénéficie encore d’une forme d’aura anticoloniale2 et entretient de bonnes relations avec de nombreux États africains qui viennent d’accéder à l’indépendance. Il y tient d’autant plus qu’il a été évincé en 1955 de la conférence de Bandung, qui marque l’émergence politique du tiers-monde sur la scène internationale. Golda Meir établit une alliance avec Jomo Kenyatta en 1963 avec l’ouverture d’une ambassade à Nairobi. Israël reconnaît l’indépendance du Mali et du Sénégal dès 1960, et maintient des relations diplomatiques et souvent de coopération avec une trentaine d’États africains, notamment le Gabon, le Cameroun, le Tchad, le Congo-Brazzaville, le Ghana, la Guinée, le Liberia, le Nigeria, la Sierra Leone et le Togo.

En 1961 la cartographie du département égyptien aux affaires africaines évoque un encerclement israélien du bassin du Nil, par des accords avec l’Éthiopie, l’Ouganda, le Zaïre, le Kenya, le Rwanda, le Tchad et la République centrafricaine. Un accord secret avec l’Ouganda aurait été signé en 1969 pour la mise en place d’un aéroport susceptible de menacer le barrage d’Assouan3.

Les premiers accrocs surviennent après la guerre de 1967, mais ce sont la guerre israélo-arabe de 1973 et l’embargo pétrolier décrété par les monarchies du Golfe qui mettent fin aux relations israélo-africaines en verrouillant la diplomatie subsaharienne dans une alliance pro-arabe. Les monarchies du Golfe établissent un nouveau pacte avec les États-Unis autour du pétrole et d’une redistribution des marchés. L’Afrique va dès lors crouler sous le poids de la dette, notamment à cause des prix élevés du pétrole. Seul le Sénégal d’Abdou Diouf s’affranchit de la décision de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) qui préconise la rupture des relations avec Israël après la guerre de 1973.

Pourtant, en 1982, près de 4 000 experts israéliens opèreraient en Afrique4. En même temps Israël intensifie ses liens avec le régime raciste de Pretoria, auquel il apporte un soutien diplomatique et militaire5. Fort de son expérience avec l’État sud-africain et de sa bonne réputation acquise dans le « maintien de l’ordre » Israël offre ses services à plusieurs régimes autocratiques menacés de l’intérieur : Hissène Habré au Tchad, Mobutu Sese Seko au Zaïre, Gnassingbé Eyadéma au Togo. En 1984, le Mossad organise une opération d’exfiltration de dizaines de milliers de Falachas éthiopiens, une petite minorité juive. « Dix mille Falachas entreprennent une longue marche à pied de l’Éthiopie au Soudan avant de rejoindre Israël grâce à un imposant pont aérien entre le Soudan et Israël. Puis, en mai 1991, Israël lance l’opération Salomon, en accord avec le nouveau pouvoir éthiopien : quatorze mille Falachas massés autour de l’ambassade israélienne à Addis-Abeba rejoindront Israël »6.

Mais la signature des accords d’Oslo, les contacts entre l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et Israël vont signifier aussi une levée de l’ostracisme dont Israël était encore frappé en Afrique. Aujourd’hui le pays entretient des relations avec une quarantaine d’États africains, dont dix accueillent des missions diplomatiques israéliennes permanentes. Cependant ni ces relations ni les ambassades ne lui garantissent un alignement sur ses positions dans les organisations internationales. Seuls le Kenya et l’Éthiopie affichent ouvertement leur soutien à la présence israélienne au sein de l’Union africaine (UA). L’Afrique du Sud, principal partenaire commercial d’Israël sur le continent africain, s’y oppose.

Le marché prometteur des technologies militaires

La diplomatie israélienne avance toujours avec les mêmes « mantras » que dans les années 1960-1970 : soutien militaire, logistique de renseignement, avec en prime la technologie agricole ou solaire, elle sait néanmoins que la situation géostratégique de l’Afrique subsaharienne l’intéresse maintenant à divers degrés. Si le terrorisme islamiste vient à augmenter dans cette région, la sécurité d’Israël peut en être affectée, et pas seulement par une déstabilisation majeure du Sinaï sur son flanc sud. Une présence israélienne s’avère dès lors précieuse pour la sécurité du Proche-Orient, mais aussi pour permettre à Israël de conserver sa primauté dans le renseignement. La diversité des mouvements qui opèrent sous le parapluie du terrorisme islamiste, la complexité de leur développement et l’hypothèse de leur pérennisation appellent une meilleure connaissance de leur dynamique d’expansion.

Israël comprend dès lors quel intérêt il peut tirer d’une guerre contre le terrorisme qui monopolise désormais la plupart des États de la région, de la Corne de l’Afrique aux pays riverains du golfe de Guinée, et comment il peut s’engager avec des appareils locaux dépourvus de véritables logistiques de renseignement. Il table sur une alliance avec les chrétiens contre la pénétration iranienne et islamiste dans l’Est africain, plusieurs États de la région ayant une majorité ou une forte composante chrétienne et animiste. Ainsi s’explique l’alliance avec le nouvel État du Soudan du Sud, à majorité animiste et chrétienne. Le soutien d’Israël aux rebelles soudanais contre Khartoum démarre après la guerre de 1967. Les réserves pétrolières de ce petit État sont parmi les plus importantes en Afrique, elles pourraient le cas échéant être acheminées vers Israël via la mer Rouge.

Pour contrer la menace islamiste, sa diplomatie militaire épouse un profil technologique original : « L’État hébreu se différencie des autres acteurs internationaux par un trait particulier : la majorité de ses dirigeants gouvernementaux, ainsi qu’une part non négligeable de sa classe politique, toutes tendances confondues, sont issus des services de renseignement ou des unités spéciales, ou y ont fait un passage. (..) »7. Les industries informatique, aéronautique et de défense sont unies par des liens organiques. Israël vend toujours des mitraillettes, des chars, des missiles ou des forces de protection pour les dirigeants africains, mais surtout des technologies d’écoute, de collecte et de numérisation des données personnelles, des systèmes de contrôle des frontières, des équipements pour la surveillance terrestre et maritime, des outils et des logiciels de cyberguerre, de renseignement par l’image. Il propose aussi aux pays africains, relativement jeunes et fragiles, le modèle attractif d’un pouvoir où l’État et les services de renseignement militaires acquis à la technologie forment une élite soudée.

Dans les exportations israéliennes, la part des industries technologiques dépasse désormais celle du matériel militaire, or ces deux secteurs étant étroitement imbriqués dans l’industrie, le commerce et la diplomatie, la distinction s’avère délicate. Bien que ses investissements africains restent relativement modestes, que son contingent dans les importations militaires de l’Afrique soit nettement inférieur à celui de la Russie, de l’Europe, ou même de la Chine, Israël sait que ses parts de marché peuvent grimper dans un continent qui connaît une forte augmentation des dépenses d’armement ; que l’Afrique vivra une importante croissance démographique au cours des prochaines décennies ; et que dépourvue d’équipements classiques, elle privilégiera volontiers les solutions technologiques — si ses moyens financiers le lui permettent. Et comme les trois quarts de la production israélienne sont désormais voués à l’exportation, le secteur militaire restant une force d’entraînement importante pour les industries de pointe, l’État israélien a toujours besoin de conquérir de nouveaux marchés, aussi modestes soient-ils.

Des diamants contre des armes

Enfin, dans ses relations avec l’Afrique, Israël n’oublie pas un autre fleuron de ses exportations : le diamant. En 2016, le pays était classé 5e exportateur mondial de diamants bruts, avec 6,7 % de parts de marché et 4e importateur mondial avec 7,6 % de parts. Les chiffres officiels du gouvernement israélien indiquent que les exportations de diamants en 2016 totalisaient 7,3 milliards de dollars. Toujours d’après ces chiffres officiels, les exportations d’armements réalisaient un total de 6,5 milliards de dollars.

Souvent douteuses, les stratégies d’accaparement des ressources minières en Afrique sont liées à ses offensives diplomatiques et militaires. L’arrestation récente de Beny Steinmetz par la police israélienne sur un chef d’accusation de blanchiment d’argent et de corruption de personnalités proches du pouvoir guinéen, comme les poursuites américaines à l’encontre de Dan Gertler, un autre acteur israélien issu du sérail diamantaire, montrent que si Israël participe au processus de Kimberley (accord international pour la certification de diamants bruts qui se propose de lutter contre le négoce et l’achat des diamants à des fins militaires), les pratiques de ses magnats restent pour le moins abusives. En 2001, Gertler est accusé de financer des achats d’armes du clan Kabila en échange du monopole sur le commerce des diamants. L’Africa Progress Panel indique en 2013 que l’homme d’affaires a privé la République démocratique du Congo (RDC) de 1,4 milliard de dollars de revenus en licences minières. Quant au russo-israélien Lev Leviev, dénommé « le roi du diamant », il a bâti sa fortune grâce à son association avec le clan du président angolais José Eduardo Dos Santos, pour contrôler l’industrie du diamant. Partenaire en affaires du clan Trump, il défraie régulièrement la chronique, pour des opérations financières douteuses, des scandales ou des procès.

Zéro réfugiés, zéro contestation

Comme les pays du Maghreb, du bassin méditerranéen et d’Europe, Israël a vu arriver plusieurs vagues de réfugiés africains au cours des vingt dernières années, notamment en provenance d’Érythrée et du Soudan, mais aussi d’Afrique de l’Ouest. Environ 50 000 personnes sans papiers d’origine africaine vivent sur son sol. Tel-Aviv ne leur accorde jamais le statut de réfugié, sauf à de très rares exceptions près. Une part non négligeable de ces migrants illégaux trouvent des emplois dans des secteurs tels que l’hôtellerie, la restauration ou le BTP, comme en Europe, d’autres dans le petit commerce ou l’économie informelle. Mais Israël refuse de les accueillir de façon durable sur son territoire, notamment à cause de leur confession religieuse. En 2014, des accords secrets avec l’Ouganda et le Rwanda sont signés pour l’accueil de réfugiés africains expulsés, toutes nationalités confondues. Israël, l’Ouganda et le Rwanda ont néanmoins ratifié la Convention de Genève relative aux droits des réfugiés de 1951, qui recommande de les accueillir et de leur offrir un statut protégé, de ne pas en faire une monnaie d’échange dans le cadre d’accords globaux. Le « programme de départ volontaire » promu par le gouvernement inclut une lettre officielle promettant aux expulsés un permis de séjour et le droit de travailler dans le pays africain qui les accueillera. Or ni le Rwanda ni l’Ouganda ne régularisent les réfugiés en provenance d’Israël.

À l’extérieur de ses frontières comme à l’intérieur, Israël affiche les mêmes qualités ou faiblesses, son alignement spontané sur les logiques de conflit au détriment des négociations le portant systématiquement à privilégier l’engrenage de la force, les logiques de guerre. Les stratèges et les experts israéliens — mais aussi internationaux — répètent à l’envi qu’il s’agit d’un choix imposé par le contexte proche-oriental. Ce n’est pas faux, mais pas exact non plus : il suffit de considérer le caractère colonial unilatéral de l’occupation israélienne dans des territoires qui, en devenant palestiniens et indépendants, auraient contribué à diminuer amplement la violence pour comprendre à quel point l’annexion par la force, le gouvernement par la terreur, l’économie de prédation sont devenues « naturels » pour le pouvoir israélien. Il suffit de penser aussi à toutes les fractures produites par les frontières, les murs et les checkpoints.

Non sans raison, Israël fustige ses détracteurs occidentaux, les renvoyant à leurs pratiques prédatrices, mais il feint d’ignorer une différence importante : si les puissances occidentales soutiennent les intérêts de leurs multinationales en territoire africain, elles possèdent en leur sein des contre-pouvoirs démocratiques opposés à l’exploitation de l’Afrique, bataillant pour l’indépendance et la démocratie de ses régimes. C’est loin d’être le cas en Israël, où certes des ONG remarquables existent, mais sans avoir la même assise qu’en Europe ou aux États-Unis. Une dissidence modeste, que Nétanyahou veut tout de même mettre hors-la-loi, en arguant que ses subventions étrangères, les seules sources qui permettent aux ONG de survivre, nuisent à la sécurité de l’État.

Une expertise pas vraiment respectable

Si la politique étrangère israélienne suscite souvent toutes sortes de réserves, c’est parce que sa culture et ses actions visent à asphyxier le débat démocratique. Le cachet singulier de sa diplomatie en Afrique, où la sécurité éclipse systématiquement les autres formes d’engagement, présente un inconvénient fâcheux : il met en avant jusqu’à la caricature les dynamiques de gouvernement par la violence, indéniablement importantes, mais pas exclusives ; il donne de l’Afrique et de la diplomatie israélienne une image négative, voire outrancière. Cette mauvaise image fait que des gouvernements comme celui de l’Afrique du Sud, bien qu’entretenant des relations commerciales avec Israël, montrent une opposition quasi systématique à sa diplomatie dans les forums internationaux. Ce n’est pas l’antisémitisme qui suscite l’opprobre autour de la politique extérieure israélienne mais le mépris affiché par Nétanyahou pour les ONG internationales là où elles font entendre leurs voix.

1«  Nous sommes deux nations qui comprennent l’horreur du génocide, et nous devons montrer ce que l’humanité peut réussir dans la coopération et la compréhension  », a dit le président Reuven Rivlin en s’adressant à Kagamé. Israël est néanmoins soupçonné d’avoir livré des armes ayant servi au génocide.

2W.E.B. Du Bois, un des fondateurs du NAACP (National Association for the Advancement of Colored People, organisation américaine de défense des droits civiques des Afro-Américains) déclarait en 1909 : «  Pour nous, le mouvement africain a la même signification que le sionisme pour les Juifs  ». Ce parallèle ressurgit périodiquement dans la culture afro-américaine et panafricaniste, jusque dans les années 1960, et Israël sait en profiter.

3Helmi Sharawi, «  Israeli Policy in Africa  », in The Arabs and Africa, Croom Helm, Center for Arab Unity Studies, 1984  ; p. 288.

4Helmi Sharawi, ibid.  ; p. 298.

6Eric Denécé et David Elkaïm, Les Services secrets israéliens, Aman, Mossad et Shin Beth, éditions Taillandier, avril 2014  ; p. 112-113

7Eric Denécé et David Elkaïm, ibid., p. 165.

Ezra Nahmad

Mon, 18 Sep 2017 06:00:00 +0200

La péninsule Arabique bouleversée par les convoitises saoudiennes

L’Arabie saoudite est maintenant le leader de facto d’un bloc contre-révolutionnaire — on pourrait même dire « contre-évolutionnaire » — dont l’objectif est d’étouffer toute relance du processus de changements de régime du printemps arabe de 2011. Au cours de cette année, quatre régimes autocratiques, la Tunisie, l’Égypte, la Libye et le Yémen avaient mordu la poussière, et la Syrie avait failli connaître le même sort.

Le plus dérangeant, c’est que l’Arabie saoudite paraît engagée sur le long terme dans un processus d’expansion de son autorité, et finalement de sa souveraineté sur toute la péninsule Arabique, dans le cadre d’une sorte de « destinée manifeste »1 wahhabite. L’Arabie saoudite est le principal promoteur d’une interprétation wahhabite-salafiste de l’islam, étroite et intolérante, du Royaume-Uni à L’Indonésie en passant par l’Afrique du Sud. Riyad ne soutient pas le terrorisme en tant que tel, mais finance des écoles et des mosquées où on le justifie. L’expansion territoriale de la domination saoudienne dans la péninsule ne ferait qu’aggraver ce problème.

La politique des pays du Golfe est caractérisée par une vision conservatrice des mœurs sociales et par des régimes autocratiques prudents, qui détestent toute forme de radicalisme politique, au moins chez eux. De loin le plus grand de ces pays, l’Arabie saoudite cherche depuis longtemps à étendre sa domination sur les États et les petits émirats qui ceinturent les côtes de la péninsule : Oman au Sud, la fédération des Émirats arabes unis (EAU) au nord, le royaume de Bhareïn à seulement quelques kilomètres des côtes saoudiennes, et la péninsule exiguë du Qatar, reliée au territoire saoudien. Le Koweït, au sommet du Golfe, appartient en principe à cet ensemble par son adhésion au Conseil de coopération du Golfe (CCG), mais il a réussi à maintenir ses distances avec Riyad. Au sud-ouest le Yémen, pays pauvre doté d’une culture politique très vivante se bat depuis des siècles contre la domination saoudienne et continue à le faire.

Mohammed Ben Salman, prince impétueux

Mais les données ont récemment changé. En Arabie saoudite, la chorégraphie aristocratique du système de succession a été récemment bousculée par un jeune prince impétueux, Mohammed Ben Salman, qui a sauté la file d’attente générationnelle pour devenir prince héritier et qui succédera bientôt à son père, en mauvaise santé. Avant même de devenir roi, il a publiquement annoncé son projet, qui consiste à sevrer l’économie saoudienne de sa dépendance totale au pétrole, à relâcher modérément certaines règles religieuses pesant sur la vie quotidienne, et à instaurer une nouvelle éthique du travail. Ces objectifs louables sont peu susceptibles d’être atteints. Plus important, le prince héritier a adopté une politique étrangère agressive peu dans les habitudes du royaume, abandonnant sa traditionnelle diplomatie tranquille et informelle pour un aventurisme inconsidéré, très actif et orienté vers l’action militaire. Les États du Golfe feraient bien d’en prendre note.

Première preuve de ce changement des règles du jeu : la guerre lancée par Mohammed Ben Salman en 2015 contre le Yémen voisin, dans le sud-ouest de la péninsule, sous le prétexte de contrer la dangereuse influence iranienne. En réalité, Riyad a toujours détesté l’indépendance d’esprit du Yémen, en particulier son Parlement élu (au moins dans la forme), institution exécrée par les Saoudiens. Le Yémen est actuellement victime d’une brutale offensive militaire du royaume et des EAU avec le soutien des États-Unis, qui cause d’innombrables morts, destructions et maladies.

La « menace » iranienne

Le CCG a été créé en 1981 sous leadership saoudien pour produire une politique régionale et pétrolière dans la péninsule Arabique. Ces États se sont lourdement armés grâce à des fabricants d’armes toujours plus présents, américains et parfois français et russes. Jusqu’ici toutefois, ces armes rutilantes ont surtout servi d’arrhes et de dépôts de garantie pour s’assurer que les États occidentaux viendraient à leur secours en cas de crise. Mais quel genre de crise ? Externe ? Venue d’Israël ? De la Russie ? De l’Iran ? Ou bien s’agit-il de protection en cas de soulèvements internes ? Cette question délicate reste fort diplomatiquement sans réponse. Mais depuis la révolution iranienne de 1979, le royaume désigne ostensiblement l’Iran (et l’islam chiite) comme la plus grande menace contre la sécurité du Golfe. Pourtant ce pays n’a jamais envahi le territoire du CCG, à l’exception de trois îlots du Golfe ravis par le chah aux actuels Émirats arabes unis il y a un demi-siècle. Et au Yémen, l’Iran ne fournit qu’un soutien modeste et indirect contre les forces dirigées par l’Arabie saoudite.

En termes d’équipements militaires, avec ses armes occidentales flambant neuves, la coalition saoudienne domine largement dans le Golfe. Mais l’Iran possède une identité culturelle et une colonne vertébrale puissantes qui lui donnent la confiance, l’audace et la volonté de défier politiquement les monarchies du Golfe, notamment en appelant depuis longtemps à plus de démocratie, à la fin des royautés et à plus de justice dans le traitement des minorités chiites opprimées (au Bahreïn, sous la férule des dirigeants sunnites, les chiites sont une majorité opprimée).

Riyad peut bien dénoncer bruyamment l’Iran et le chiisme comme les plus grandes menaces pesant sur le Golfe, les « petits » dirigeants ont bien plus de raisons de se méfier des ambitions du royaume sous son futur roi. C’est pourquoi, craignant l’érosion de leur souveraineté, la plupart ont toujours montré quelque réticence à valider les projets saoudiens de direction militaire centralisée dans le Golfe.

Les enjeux de la crise qatarie

Pour les petites monarchies, la crise qatarie fait monter les enjeux comme jamais auparavant. L’ultimatum insultant adressé au Qatar en juin 2017 par les Saoudiens et les Émiratis appelait en fait Doha à abandonner toute prétention de souveraineté, en alignant sa politique étrangère sur les diktats saoudiens, au risque de graves conséquences. Cet ultimatum a déjà engendré des sanctions dévastatrices pour le Qatar. L’agressivité vindicative contre l’émirat nous éclaire sur le possible nouvel ordre géopolitique dans la péninsule.

— Le Koweït, démocratie partielle, pays du Golfe le plus éloigné de Riyad est aussi celui qui maintient le mieux son indépendance vis-à-vis du royaume. Il entretient des relations anciennes et un peu nerveuses avec l’Iran et l’Irak, ces deux États exerçant chacun au Koweït sa part d’influence, indépendamment l’un de l’autre. Pour conserver sa souveraineté, le Koweït doit maintenir un équilibre constant entre l’Iran, l’Irak et l’Arabie saoudite. Sans surprise, il ne s’est pas engagé dans la cabale contre le Qatar.

— Situé à quelques kilomètres des côtes saoudiennes, Bahreïn est déjà de facto sous contrôle total saoudien. Les troupes saoudiennes présentes sur son territoire sauvent la mise à un régime sunnite minoritaire en grande difficulté.

— Oman, État plus vaste sur la côte sud de la péninsule est culturellement et historiquement assez distinct des monarchies du désert de la région. Il règne sur un peuple de marins arabes qui a noué depuis longtemps des liens avec l’archipel indonésien et la côte est de l’Afrique. Au fil des années, Oman a pris discrètement, mais fermement une bonne distance vis-à-vis des ambitions hégémoniques de Riyad.

— Le Yémen est de tous les États de la péninsule le plus original. Une nation montagneuse forte mais extrêmement pauvre, sans pétrole, mais avec un sens très vif de son identité culturelle et de sa vieille culture historique, qui lui servent de rempart contre toute domination extérieure. Le Yémen ne sera sans doute pas avalé par quelque forme de futur méga-État que ce soit, établi sur la péninsule. Les efforts de l’Arabie saoudite pour domestiquer l’indépendance yéménite depuis un demi-siècle n’ont abouti à rien. Aujourd’hui la guerre brutale contre le Yémen, cette fois sous le prétexte de contenir la « menace iranienne » est en train de détruire le pays et son peuple à travers la famine et la maladie. Mais cette entreprise reste malgré tout un échec majeur pour Mohammed Ben Salman.

Vers une hégémonie saoudienne dans le Golfe ?

La plupart des émirats côtiers se sont montrés dans le passé déférents vis-à-vis des choix saoudiens, et ils ont généralement accepté les décisions politiques du CCG inspirées par Riyad. Mais les petits États du Golfe connaissent aussi leur propre histoire : les forces bédouines wahhabites ont eu une tendance historique à l’expansion vers le nord le long du Golfe, jusqu’au sud de l’Irak en 1801, et plus tard, après la première guerre mondiale, vers la mer Rouge, jusqu’au Koweït et à la Jordanie actuels. Il faut utiliser prudemment le concept de déterminisme historique, mais on n’est pas loin de la vérité quand on parle d’une « destinée manifeste » wahhabite-saoudienne, une ambition de contrôler la péninsule tout entière, sur le plan territorial et idéologique. L’Arabie saoudite a la richesse et les armements qui le lui permettent. Il lui a juste manqué une volonté impériale sous les règnes de monarques prudents au cours des décennies précédentes, mais c’est en train de changer avec le futur roi.

Seuls deux obstacles pourraient bloquer l’expansionnisme saoudien et l’annexion des petits émirats du Golfe. En premier, un soulèvement de l’opinion mondiale contre la violation massive du droit international que représenteraient de telles annexions. Deuxièmement, les autres grands États de la région — l’Irak, l’Iran et la Turquie — auraient intérêt à bloquer les ambitions saoudiennes. Quant à l’Égypte, elle devrait elle aussi, normalement, s’opposer à une entreprise saoudienne de cet ordre, mais elle est maintenant si désespérément pauvre et gouvernée de façon si incompétente qu’elle pourrait bien se contenter d’assister en spectatrice à une conquête territoriale, pourvu qu’on mette suffisamment d’argent sur la table.

La plupart des émirats du Golfe sont également vulnérables sur le plan démographique. Leurs populations autochtones sont numériquement très faibles, 85 % environ de leurs résidents étant des expatriés, cadres et techniciens occidentaux ou employés et travailleurs arabes et d’Asie du Sud. Considérons simplement le nom d’un futur État post-monarchique dans l’Arabie « saoudite » d’aujourd’hui : Saoud étant le nom de la famille régnante, c’est le seul pays du monde à porter le nom de son dirigeant. Deviendra-t-elle finalement la République islamique d’Arabie ? Quelle sorte de politique un tel État sous direction wahhabite, armé et animé d’ambitions nouvelles, projetterait-il sur la péninsule Arabique ?

Ces réflexions sont bien entendu hypothétiques. Mais les événements s’accélèrent dans la région. Les avancées vers une hégémonie saoudienne de facto sur la péninsule sont maintenant concrètes. Elles rendent ces spéculations bien plus crédibles que ne l’admettent les autres monarchies du Golfe.

1Le Manifest Destiny était une idéologie selon laquelle la nation américaine avait pour mission divine de répandre la démocratie et la civilisation vers l’Ouest. Elle était défendue par les républicains-démocrates aux États-Unis dans les années 1840, plus particulièrement par les «  faucons  » sous la présidence de James Polk (Wikipedia).

Graham E. Fuller

Fri, 15 Sep 2017 06:00:00 +0200

Fin de route pour le mouvement national palestinien

Alors que Donald Trump se prépare à une nouvelle tentative de résolution du conflit israélo-palestinien, le sol bouge sous ses pieds. Si la volonté d’Israël de proposer un accord acceptable est de plus en plus sujette à caution — rien ne laissant supposer que ses conditions s’assoupliront avec le temps —, les Palestiniens glissent vers l’inconnu. Avec la décadence lente mais certaine de la scène politique palestinienne, le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas (Abou Mazen) représente la dernière chance de parvenir à un règlement négocié : il est le seul dirigeant national palestinien encore en lice disposant d’une autorité suffisante – quoique déclinante — pour signer et ratifier un accord. Pour le président Trump et son équipe, ainsi que pour tous ceux qui cherchent à mettre fin à ce conflit vieux de plus d’un siècle, il ne devrait y avoir aucun doute quant à l’urgence du moment. Après Abbas, il n’y aura plus d’autres dirigeants palestiniens véritablement représentatifs et légitimes, ni de mouvement national cohérent pour le soutenir sur le long terme.

Pendant six jours, fin novembre et début décembre 2016, le Fatah, le mouvement de libération nationale palestinienne, a tenu son septième congrès à Ramallah, capitale de facto de l’AP. Malgré les longs discours et l’apparence festive, la conférence n’a pas fait grand-chose pour dissiper le sentiment de la lente agonie d’un mouvement autrefois vibrant. Longue dans son déroulement mais courte sur le fond, la réunion n’a guère abordé les défis politiques croissants auxquels le peuple palestinien est confronté. Le congrès n’a été qu’une confirmation de l’ordre actuel et une réaffirmation de son contrôle total et sans précédent sur le Fatah, l’Autorité palestinienne et son ostensible parent, l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Nul successeur à l’horizon

Le mouvement national palestinien fondé et dirigé par Yasser Arafat et incarné par l’AP, le Fatah et l’OLP durant le dernier demi-siècle vit ses derniers instants. Au fur et à mesure que ses institutions se flétrissent et que ses dirigeants s’évanouissent, nul successeur susceptible de s’imposer n’apparaît à l’horizon.

Ce sont les accords d’Oslo de 1993 qui ont été à la fois le plus grand accomplissement politique du mouvement national palestinien et le début de son lent déclin. À partir de cette date, l’AP a été prise en tenailles entre sa mission révolutionnaire originelle et ses nouvelles responsabilités de proto-État, avec ses institutions civiles, bureaucratiques et de sécurité. Avec à sa tête son leader historique, le mouvement national a cherché pendant un certain temps à concilier ses missions contradictoires. Cependant, à la mort d’Arafat, le Fatah a perdu non seulement le fondateur et le leader de sa phase militante, mais aussi sa raison d’être. Sans « lutte armée », le mouvement national n’avait pas d’idéologie claire, ni de discours spécifique, ni d’expérience ou de caractère distinctif. En l’absence d’un État authentique et indépendant, il n’a pas pu se transformer en parti au pouvoir, comme l’a fait, par exemple, le Congrès national africain en Afrique du Sud. Il est resté inachevé et en suspens : un mouvement de libération finalement peu libérateur, enfermé dans un processus de négociation stérile, et privé des moyens de gouverner par l’effet combiné de l’acharnement israélien et de ses propres insuffisances.

Après le décès d’Arafat et de la plupart de ses compagnons, la capacité du Fatah à faire tenir ensemble ses parties fracturées s’est amoindrie. Le milieu social et politique de Cisjordanie et de Gaza, imprégné d’influences claniques et personnelles, a mis en lumière les fiefs locaux et les tensions profondes. Séparé de son histoire dans les pays d’exil, et sans justification pour remplacer son élan originel, le Fatah s’est enlisé dans des querelles mesquines de territoires et de chapelles. Cette situation a été aggravée par l’incapacité de ses dirigeants à attirer du sang neuf. Contrairement à l’expérience de l’exil qui a constitué un lien unificateur, celle des territoires n’a jamais réussi à produire des dirigeants capables de bâtir une véritable nation à partir d’éléments très localisés. La puissante influence des liens locaux a rendu presque impossible pour un Hébronite de disposer d’une base populaire à Ramallah, ou pour un Gazaoui d’avoir une voix crédible en Cisjordanie.

L’OLP a perdu son statut de représentation

Sans nouveaux dirigeants, sans preuve convaincante de validation, sans succès marqué du gouvernement, sans progrès vers la paix, avec des liens fragiles à son environnement d’origine à l’étranger et un contexte local ébranlé par les querelles mesquines et les antagonismes régionaux, le Fatah a fondamentalement disparu en tant que véritable acteur politique.

Le mouvement national était construit sur la représentation, le militantisme et les réalisations. Il représentait fidèlement et énergiquement le plus large éventail de sentiments nationaux palestiniens, du plus viscéral au plus rationnel, et il a recréé les Palestiniens oubliés en tant qu’acteurs centraux de leur propre drame et comme cause digne d’être reconnue dans le monde entier. Une cause parfaitement symbolisée par l’allocution d’Arafat devant l’Assemblée générale des Nations unies en 1974. Mais aujourd’hui, aucun de ces éléments de réussite n’est manifeste. L’OLP a perdu son statut de représentant de la cause palestinienne ; les factions vieillissantes qui siègent encore dans ses conseils ont très peu --- voire aucune — extension, ni à l’intérieur ni à l’extérieur de la Palestine. L’esprit militant et le dynamisme se sont déplacés dans la rue, sans aucune organisation ni direction politique claire. Et les réalisations de l’AP/OLP ont été en grande partie purement formelles, pour ne pas dire en trompe-l’œil : un statut plus avancé en tant qu’« État observateur » à l’ONU, mais sans amélioration tangible de la situation sur le terrain.

La direction d’Arafat faisait partie intégrante du dynamisme du mouvement national palestinien, et le passage de relais à Abbas s’est déroulé sans heurts parce que ce dernier s’est situé dans la continuité des moments fondateurs du mouvement national. Abbas aurait peut-être eu besoin de véritables élections pour consolider sa position et être mieux accepté par la communauté internationale, mais, sans ses références révolutionnaires antérieures et son association avec Arafat, sa légitimité aurait été remise en question dès le début. Abbas ne voulait ni ne pouvait remplacer Arafat. Sa réputation auprès de son peuple a été profondément ébranlée par son engagement persistant et stérile dans le processus de paix, son opposition inflexible à la lutte et son dévouement sans faille à la coopération sécuritaire avec Israël.

Alors qu’il outrepassait son mandat électoral initial, le système politique palestinien a développé bon nombre des caractéristiques d’un régime présidentiel unipersonnel, mais sans l’élan d’un dirigeant populaire. Les années suivantes ont été marquées par une tendance croissante à la centralisation sans modération, au gouvernement par décrets et à la concentration du pouvoir. D’autres instruments de gouvernement ont été mis en sourdine, et un effort déterminé a été fait pour contrôler ce qui restait des structures en décomposition du Fatah et pour réduire au silence les véritables dissensions politiques. Ce qui était autrefois un débat politique animé, mais aussi houleux, nourri, toléré et souvent exploité par les dirigeants, s’est transformé en un discours morne et triste, formaté par des directives politiques et poussé par la peur de la répression et la perte de position au sein d’une bureaucratie toujours croissante. Une distinction a été faite entre « président » et « leader », et pas nécessairement d’une manière qui serve l’un ou l’autre.

Les succès d’Abbas

Les années Abbas ont cependant vu des avancées positives. Sa politique de paix a fourni à l’AP un formidable « pare-feu » contre une pression internationale associée à la violence passée du mouvement national palestinien, et a contribué à faire monter un sentiment de malaise face à l’occupation d’Israël. Pour certains, c’est en soi une réalisation nationale majeure. L’AP a bénéficié de soutiens en tant qu’État potentiel et, depuis 1994, des questions courantes en matière de gestion municipale, de santé, d’éducation et d’autres fonctions ont été mises entre des mains palestiniennes pour la première fois.

L’attachement obstiné d’Abbas aux négociations, à la diplomatie et à la non-violence a transféré le fardeau de l’autre côté. Alors que les aptitudes de la direction israélienne en la matière sont largement contestées, l’image internationale d’Abbas en tant qu’homme de paix est intacte. En même temps, il a réussi à tenir compte des revendications historiques et fondamentales des Palestiniens et ne s’est jamais éloigné des objectifs de l’OLP : un État le long des frontières de 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale et une solution juste au problème des réfugiés. Il a mis un terme au chaos de la deuxième Intifada. Il n’a pas cessé de cultiver ce qui reste du camp de la paix israélien et de dialoguer avec des dirigeants des communautés juives à l’étranger. Peut-être plus important encore : il a réussi à protéger le peuple palestinien contre une grande partie de la violence et de la destruction du « printemps arabe » et l’expansion des mouvements salafistes et djihadistes en Cisjordanie.

Dans l’ensemble, l’ère Abbas a rehaussé la position morale des Palestiniens et donné une impulsion à leur cause et à leur récit. Mais ces succès risquent d’être éclipsés par de nouveaux défis. Abbas a peut-être contribué à étayer la légitimité de la cause palestinienne, en particulier en Occident, mais il n’a pas réussi à exploiter ce succès dans les négociations de paix, à changer le statu quo inacceptable, ni à obtenir le soutien populaire pour relancer un mouvement en perte de vitesse. Les treize années de sa gouvernance n’ont pas produit de changement significatif dans la position d’Israël, dont les conditions pour un règlement du statut final sur des questions telles que Jérusalem, la sécurité et l’étendue de la souveraineté palestinienne se sont au contraire considérablement durcies.

En outre, la volonté des Palestiniens de s’engager sur la voie de la négociation jusqu’à ses conclusions logiques a été freinée par la perception qu’ils étaient en train de gagner la bataille morale et psychologique. L’effet paradoxal a été de rendre plus difficile la conclusion d’un accord avec Israël, car il leur semblait que d’autres parties influentes pourraient faire le travail.

Des négociations de paix discréditées

Au cours de la dernière décennie, on a également assisté à une série de démarches diplomatiques palestiniennes apparemment incohérentes et irréfléchies : l’accueil du rapport Goldstone en 2011 puis le retour en arrière ; la guerre de Gaza en 2008 ; les menaces peu convaincantes des hauts responsables palestiniens de démanteler l’AP ; la survente de la tentative de créer des faits internationaux en intégrant des institutions onusiennes ; la poursuite d’initiatives désespérées et futiles comme les propositions, en 2016, de l’ancien président français François Hollande pour une conférence internationale ; et l’échec des progrès diplomatiques, même dans l’ombre d’une administration américaine relativement bienveillante. Par conséquent, c’est la notion même de « négociation de paix » qui a été discréditée et reléguée au second plan, suscitant l’incrédulité et la profonde apathie des Palestiniens, et affaiblissant encore davantage la crédibilité politique et la position du mouvement national.

La mise en cause croissante de la coopération sécuritaire est ce qui résume le mieux le dilemme de l’AP. Elle a pour objectif de servir l’intérêt national en empêchant tout ce qui risque d’entraîner une réaction israélienne disproportionnée. Pourtant, cette coopération finit par servir Israël en allégeant le coût de l’occupation et en contribuant à la perpétuer. La fonction première de toute autorité est d’assurer la sécurité des personnes qu’elle représente. Les forces de sécurité de l’AP ne peuvent pas faire grand-chose pour défendre leur propre peuple, ni dans les territoires ni à l’étranger — où résident au moins la moitié des quelque douze millions de Palestiniens —, face aux menaces de tiers, aux attaques israéliennes individuelles, à la violence des colons ou à l’armée israélienne. Les Palestiniens sont donc doublement vulnérables, devant l’écrasante puissance israélienne et le durcissement de leurs propres forces de sécurité. Dans la mesure où la coopération sécuritaire est considérée comme une fonction auxiliaire de l’occupation, elle a accru le sentiment d’impuissance et de perte de contrôle et a détourné la colère et la frustration populaires de la lutte pour la liberté et l’indépendance. Les Palestiniens seraient-ils mieux servis par une confrontation brutale avec l’occupation sans la médiation de l’AP ? Pas sûr, mais l’impact corrosif cumulatif du rôle de bouclier et de sous-traitant de la sécurité israélienne est indéniable, surtout s’il n’y a pas de retombées politiques.

La perte de foi en un règlement négocié n’est que le reflet d’une perte de confiance dans les organismes qui ont cherché dans cette voie. Dans la mesure où le Fatah, l’AP et l’OLP ont choisi la solution à deux États, leurs échecs — de la libération à la gouvernance puis au rétablissement de la paix — ont affaibli jusqu’à l’objectif lui-même. Outre le gonflement bureaucratique de l’AP, presque toutes les composantes de la société palestinienne ont été aliénées par les méthodes et les pratiques de leurs organes représentatifs et ont perdu toute confiance dans leur diplomatie. Ce qui était perçu comme un programme d’unité nationale est maintenant considéré avec un scepticisme et une indifférence profonds.

Un environnement arabe totalement bouleversé

Bien sûr, tous les changements ne sont pas venus de l’intérieur. Il ne fait aucun doute que l’environnement régional et international s’est recomposé de manière défavorable. Le tiers-mondisme d’autrefois, quand la lutte nationale palestinienne trouvait un foyer naturel dans les mouvements libérateurs et anticoloniaux de l’Algérie et du Vietnam n’existe plus. La période récente a vu un mouvement dans la direction opposée. S’il existe à présent une meilleure compréhension de la cause palestinienne en Occident, beaucoup d’anciens alliés du tiers-monde ont préféré l’intérêt économique à l’engagement idéologique. Certes, il y a le soutien indéfectible de l’Inde pour les Palestiniens à l’ONU, mais aussi les relations commerciales en pleine ascension et les accords militaires entre la Chine et Israël.

L’environnement arabe a également clairement changé. Le Fatah était à l’origine aussi une affirmation de « l’indépendance de la volonté » palestinienne face à l’hégémonie arabe, car c’était une révolte contre le pillage israélien de la patrie. Malgré de nombreux conflits politiques et des confrontations sanglantes avec plusieurs États arabes comme la Jordanie, la Syrie et le Liban, l’OLP a continué à tirer son soutien politique et financier de son arrière-pays, des États du Golfe et d’une base populaire qui était profondément favorable à la lutte palestinienne. Le Fatah et l’OLP ont peut-être été en grande partie dépendants de l’aide arabe, mais la multiplicité des sources et les rivalités constantes entre les Arabes eux-mêmes laissaient au mouvement une grande marge de liberté. Si une source de financement et de soutien était coupée, on avait toutes les chances d’en trouver une autre. Et malgré un degré élevé de dépendance financière, le mouvement a maintenu sa liberté d’action politique : le soutien fatal de l’OLP à une solution à deux États en 1988 et aux accords d’Oslo de 1993 ont été des décisions palestiniennes « indépendantes », prises sans l’accord plus large des pays arabes, sans tenir compte de leur opinion à l’époque.

Dans les turbulences régionales et la violence de ces dernières années, les Palestiniens ont perdu leur habileté de manœuvre parmi des partis arabes aux intérêts contradictoires, et ils sont devenus plus dépendants d’autres soutiens extérieurs. Au fur et à mesure que l’aide financière arabe diminue, un nouveau bloc d’États comprenant l’Égypte, la Jordanie, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis estime que les pays arabes ont leur mot à dire sur le sort de la Palestine, ce qui réduit de fait l’indépendance de l’OLP. De même, l’AP est devenue de plus en plus tributaire du flux de fonds en provenance des États-Unis et de l’Union européenne, ainsi que de la bonne volonté d’Israël pour répondre aux besoins quotidiens de la population dans les territoires. Auparavant utiles à l’intérieur du mouvement pour maximiser sa liberté d’action, les multiples sources de soutien extérieur sont désormais un moyen de contraindre les Palestiniens.

Un nouveau leader élu en Cisjordanie ?

L’ère post-Abbas est lancée dans une course au parcours inexploré et imprévisible. L’héritage historique et l’empreinte de la légitimité des pères fondateurs disparaissent. Les réfugiés palestiniens et la communauté élargie en exil n’ont aucun véritable pouvoir d’action ni moyen d’expression pour exprimer leur volonté. Le conflit permanent entre le Fatah et le Hamas, les troubles à Gaza et en Cisjordanie et les échecs institutionnels de l’AP dénotent une forme de leadership de plus en plus rétréci et fragile, qui repose davantage sur des élections formelles et, par conséquent, sur des motifs moins solides ni véritablement représentatifs.

Un leader élu en Cisjordanie, sans continuité avec le mouvement national disparu, peut ne pas être rejeté ouvertement par les composantes divisées du peuple palestinien, mais il aura un attrait et une autorité nationale limités. Contrairement à un leader plébiscité, un dirigeant élu à une courte majorité ou choisi comme un compromis entre les différentes factions ne peut prétendre représenter ceux qui se trouvent en dehors de sa circonscription ou parler en leur nom. Il est peu probable qu’un tel leader puisse compter sur le soutien majoritaire ou le rassembler si des décisions d’importance nationale sont en jeu. Le pouvoir d’Abbas découle du fait que ceux qui pourraient autrement critiquer ou rejeter un accord respecteront ses termes. Sa signature ne confère pas seulement une légitimité à un accord, elle absout les opposants de toute responsabilité pour les concessions qu’il peut entraîner. Malgré ses limites, Abbas est peut-être le dernier leader palestinien bénéficiant de l’autorité morale et de la légitimité politique pour parler et agir au nom de l’ensemble de la nation sur des questions existentielles vitales, comme celle d’un accord final avec Israël.

L’appareil de sécurité puissant et stable

Si le nouveau leadership palestinien est moins représentatif que son prédécesseur, dispose-t-il encore d’un mandat pour conclure un éventuel accord futur avec Israël ? Le doute renforce nécessairement l’absence de volonté côté israélien — déjà évidente dans l’insistance du premier ministre Benyamin Nétanyahou à répéter qu’Israël ne cédera « jamais » le contrôle de la sécurité sur la Cisjordanie. Cela affecte également le rôle et la posture de tiers facilitateurs ou promoteurs d’un accord — comme les États-Unis —, et son contenu éventuel serait encore moins susceptible de se rapprocher des termes palestiniens pour un règlement. La récente vague de réunions organisées par la Turquie, l’Égypte, l’Iran, et même la France et la Hollande peut inaugurer une nouvelle phase dans laquelle l’OLP fait face à une pression croissante pour défendre sa légitimité de « représentant unique et légitime » du peuple palestinien.

Vingt-quatre ans après Oslo, l’appareil de sécurité est peut-être l’institution la plus durable et la plus puissante engendrée par l’AP. Alimentées et renforcées par Israël, les États-Unis et les principaux partis européens et arabes dans le cadre du processus de réforme post-deuxième intifada et conçues pour contrôler la violence et la dissidence interne, les forces de sécurité de l’AP sont devenues le bras le plus efficace, visible et fonctionnel de la gouvernance palestinienne. En l’absence d’institutions juridiques et politiques compensatrices, de mouvements populaires organisés ou d’organes représentatifs compétents, les forces de sécurité ne peuvent qu’être fortement tentées de combler le vide d’une fragile direction nationale, ne serait-ce que pour éviter un effondrement institutionnel général.

Même si le Fatah s’est effondré, sa base est restée en suspens au lieu d’être drainée vers des alternatives. Plus nationalistes qu’islamistes dans leurs inclinations politiques et leurs perspectives, les Palestiniens n’ont pas été vraiment attirés par le Hamas. Le défi initial du Hamas a émergé de l’adoption de la lutte armée au moment où le Fatah et les autres factions avaient commencé à la rejeter, mais son expérience militante n’a pas connu plus de succès que celle du Fatah. L’histoire de la résistance de Gaza a peut-être contribué à convaincre Israël d’évacuer la bande en 2005, mais la souffrance qui en a résulté n’a pas pu servir de modèle ni de source d’inspiration aux Palestiniens. Dans l’isolement et sous un siège israélien permanent, la gouvernance du Hamas sur dix ans a été de surcroit marquée par les mêmes accusations de corruption, d’incompétence et de lourdeur que l’AP à Ramallah. En ce qui concerne la lutte armée, la diplomatie et la gouvernance, ceux qui souhaitent que le Hamas remplace le Fatah auront bien du mal à démontrer que le premier est parvenu à ses fins là où le second a échoué.

Dans une vie antérieure, le Fatah avait réussi à neutraliser une tendance islamiste en la diluant dans une aspiration nationale plus large intégrant un solide courant de gauche. Quand le Fatah a pris le commandement de l’OLP, il a laissé un espace pour que d’autres s’expriment, agissent et soient entendus. Ceci dit, à l’heure actuelle, une OLP qui inclurait le Hamas et le Fatah ne serait ni véritablement nationale ni authentiquement islamiste, mais un arrangement de circonstance entre des forces contradictoires et concurrentes tirant dans des directions stratégiques opposées. Outre la question épineuse du leadership, il serait difficile de maintenir une telle entité mixte et conflictuelle.

Le rôle des Arabes d’Israël

Si la phase initiale du mouvement national est née de l’exil et que la seconde a été axée sur les territoires occupés après la guerre de 1967, une troisième phase en plein essor semble résulter de l’effet combiné des perspectives décroissantes d’un règlement négocié à deux États et des frontières de plus en plus floues entre Arabes et juifs sur le territoire. Les colonies israéliennes ont peut-être effacé les frontières de 1967 dans une direction, mais cinquante ans d’occupation ont également contribué à gommer la frontière dans l’autre sens. Après des décennies de relations tendues entre Palestiniens et citoyens arabes d’Israël, les dernières années ont vu une interaction croissante entre les élites politiques et intellectuelles à travers les frontières.

Beaucoup de Palestiniens ont commencé à reconnaître le rôle national de leurs frères en Israël et à rechercher les moyens par lesquels l’identité palestinienne en lambeaux pouvait être raccommodée. Avec l’expiration du mouvement national « à l’extérieur » de la Cisjordanie et de Gaza et peu de perspectives d’autorégénération de « l’intérieur », les citoyens palestiniens d’Israël ont hérité d’une nouvelle phase de la lutte. Ils se sont révélés résistants et flexibles sur le plan politique et ont démontré une vitalité et un dynamisme qui pourraient même augurer un renouveau nationaliste. À la lumière des conditions sensibles dans lesquelles ils opèrent, de leur masse critique relativement faible, de leur isolement continu et de leurs liens ténus avec les autres secteurs du peuple palestinien, croire qu’ils pourraient supplanter l’ancien mouvement national ou assumer ses responsabilités ou ses fonctions plus immédiates est peut-être une vision trop optimiste. Pourtant, malgré leurs différences personnelles et politiques, leurs dirigeants audacieux et leur compréhension de plus en plus fine d’Israël peuvent les positionner pour articuler avec confiance les thèmes traditionnels des aspirations et des luttes nationales palestiniennes. Ce serait une transformation remarquable.

L’histoire et la conscience du monde

Les hommes politiques de la droite israélienne ont souvent fait valoir que les racines du conflit actuel étaient bien antérieures à 1967. L’affirmation selon laquelle les origines du conflit s’étendent beaucoup plus loin est incontestable. Oslo a cherché à échanger 1948 contre 1967, c’est-à-dire à repousser dans l’ombre les véritables origines du conflit pour un règlement politique qui offrait une réparation partielle axée uniquement sur la situation postérieure à 1967. Mais Oslo n’a pas pu contourner l’histoire, et ses limites n’ont fait que souligner la difficulté qu’il y a à ignorer les racines profondes de la lutte en Palestine. Cela s’est manifesté dans le virage à droite progressif d’Israël, ainsi que par l’influence croissante des religieux sur les leviers du pouvoir et du discours public, l’activisme des mouvements coloniaux et d’extrême droite et les tensions accrues entre les juifs et les populations arabes.

Un processus similaire a cours du côté palestinien, avec l’exigence de plus en plus impérieuse du droit au retour, et dans les démarches pour documenter et commémorer la Nakba et la dépossession de 1948. La demande israélienne de reconnaissance d’Israël en tant qu’État juif a suscité en retour la réaffirmation du caractère arabe de la terre et le renforcement du récit historique palestinien.

Les Palestiniens en exil ne peuvent plus compter sur une voix aussi reconnue que celle de l’OLP à son apogée, mais la jeune génération n’a montré aucun signe d’amnésie ou de désengagement. Le désespoir né de l’inefficacité du processus de paix a ranimé ses parties disparates et capté son imagination. Alors que la diaspora proche peut être assiégée et subir une pression sans précédent, en particulier en Syrie et au Liban, de nombreux groupes dispersés sur des rivages plus lointains en appellent à la justice. La visibilité croissante et la sympathie internationale pour la cause palestinienne, parallèlement à l’érosion lente de la position politique et morale d’Israël — en particulier en Occident — ont créé un contexte plus ouvert et plus accueillant pour l’activisme palestinien, comme en témoignent les nombreux soutiens à la campagne Boycott désinvestissement sanctions (BDS) et à divers groupes d’activistes à l’extérieur comme à l’intérieur des campus universitaires.

Le mouvement national palestinien historique peut bien avoir été brisé et son successeur n’être ni repérable ni imminent, les Palestiniens ne disparaîtront pas facilement. La région peut être engloutie dans les flammes, les revendications palestiniennes de justice et de liberté sont désormais implantées dans la conscience d’une grande partie du monde, tandis que les pratiques d’Israël ont rongé les valeurs que ce pays met en avant.

L’idée d’une résolution globale et négociée intégrant tous les éléments fondamentaux du conflit a probablement échoué. Ce que l’on appelait « le problème palestinien » pourrait maintenant être redéfini et restructuré en une série de défis, chacun d’entre eux nécessitant sa propre forme de réparation : les perspectives évanouies du projet national original en matière d’autodétermination, de création d’un État et de droit au retour ; l’aliénation des peuples à leurs représentants formels ; les réalités de la division Gaza-Cisjordanie ; les tribulations de la diaspora ; et la lutte quotidienne contre l’occupation et pour l’égalité des droits en Israël.

Inventer un nouveau nationalisme

L’avenir est incertain. La solution à deux États peut encore connaître un sursis tardif mais ses chances de concrétisation s’amenuisent. Les aspirations nationales palestiniennes peuvent être ramenées dans le giron arabe, comme avant l’existence du mouvement actuel. D’autres possibilités existent. Les Palestiniens d’Israël peuvent être tentés de prendre l’initiative. La diaspora peut encore exploser de manière radicale et mal définie. Les énergies malignes au service du djihadisme peuvent être redirigées vers une guerre religieuse entre musulmans et juifs, avec Jérusalem dans le viseur. Le conflit peut être replacé dans ses origines historiques de lutte sur toute la Terre sainte, rouvrant de vieilles blessures, en infligeant de nouvelles et redéfinissant les conditions de résolution du conflit.

L’étincelle patriotique peut encore coexister avec la haine de l’occupation et le désir d’une vie libre et normale. Mais un mouvement national nécessite un véritable engagement de masse dans une vision politique et un projet qui dépasse l’échelon régional, les divisions de clans et de classes, et un leadership défini et reconnu légitime qui l’habilite à agir au nom de son peuple. Ce n’est plus le cas du Fatah, de l’AP ni de l’OLP.

Quoi qu’il en soit, les Palestiniens devront peut-être reconnaître que le nationalisme d’antan et la « libération nationale » ne sont plus la clé pour mobiliser dans le monde d’aujourd’hui et qu’ils doivent adapter leur lutte et leurs aspirations aux nouvelles réalités mondiales. Les liens qui relient les composantes du peuple palestinien restent solides et robustes, mais le nationalisme à l’ancienne et ses moyens usés ne sont sans doute plus le moteur de leur empowerment. Parce que le nationalisme lui-même a changé, les Palestiniens doivent rechercher de nouveaux moyens d’exprimer leur identité politique et leurs espoirs, de manière à ne pas reproduire les erreurs du passé.

Ahmad Samih Khalidi, Hussein Agha