Presse & blogs

CHANGER
Orient XXI

Tue, 06 Feb 2018 12:13:35 +0100

Un triptyque théâtral sur le conflit syrien

Au printemps 2011, en Syrie, les premières manifestations pour la démocratie sont violemment réprimées mais elles suscitent le formidable espoir que le peuple syrien puisse enfin s’émanciper de la dictature. Avec Chroniques d’une révolution orpheline composé à partir de trois textes de Mohammad Al-Attar, la metteure en scène Leyla-Claire Rabih livre le fruit d’un travail dramatique de longue haleine autour des premiers temps de cette révolution aujourd’hui « orpheline » et abandonnée par ses premiers soutiens.

Metteure en scène confirmée, Leyla-Claire Rabih a été l’assistante de Thomas Ostermeyer, Manfred Karge et Robert Cantarella. Lorsque commencent les premières manifestations en Syrie et la violence de la répression, elle en perd le sommeil. Née en France de mère française et de père syrien originaire de Hama qui avait été assiégée par le régime en 1982, la Syrie est un pays qu’elle connaît mais où elle n’a jamais vécu. L’année 2011 est pour elle la répétition de l’histoire. À une tout autre échelle.

Elle crée d’abord une performance, Lettres syriennes, lettres d’exil, en 2013 quand, poussée par l’urgence, elle écrit pour le théâtre pour la première fois. Puis elle découvre, avant qu’il n’accède à la notoriété, les textes de Mohamed Al-Attar, auteur syrien adoubé à Avignon en 2016 (Alors que j’attendais, mis en scène par Omar Abousaada). Elle en choisit trois : Online, Tu peux regarder la caméra ? et Youssef est passé par ici qu’elle associe, sans chercher à créer une chronologie ou des liens entre eux mais en essayant de montrer un processus, un point d’observation sur la révolution qui interroge la notion de soulèvement puis le basculement dans la guerre civile. Elle mettra près de trois ans avant de trouver la production pour ces Chroniques d’une révolution orpheline — une expression empruntée à Farouk Mardam-Bey qui soulignait à quel point elle avait été abandonnée par les politiques.

La trilogie lui permet de rendre compte de la complexité du conflit, trop souvent réduit par les médias à un affrontement entre le régime et l’organisation de l’État islamique (OEI). Elle rend palpables les êtres et les situations. Rappelle comment tout a commencé, par un soulèvement pacifique et unitaire qui réclamait des réformes. « Une période, entre 2011 et 2013, qui se laisse encore raconter, tandis qu’après cela devient très compliqué et qu’on passe à un conflit régional avec interventions diverses ».

Elle lui permet aussi de travailler sur trois formes d’écriture théâtrales différentes qui vont se succéder dans un fondu enchaîné qui marque à la fois leur singularité et leur continuité. Le public est accueilli dans un dispositif bifrontal qui l’intègre à la scénographie, signée par Jean-Christophe Lanquetin. Un plateau épuré où sont disposés deux immenses écrans avec deux tables, un fauteuil et quelques chaises pour tout décor. Les acteurs surgissent d’abord du public et s’adressent à lui dans un contact rapproché, les yeux dans les yeux. Le texte, dans la traduction de Joumana Al-Yasiri et Leyla-Claire Rabih, se déploie en arabe et en français.

Online se joue dans des échanges de mails, d’appels téléphoniques de contacts sur les réseaux sociaux — lorsqu’ils peuvent encore avoir lieu — entre deux jeunes étudiants depuis Damas et Paris. Ils rendent compte de l’enthousiasme du début du soulèvement. Puis de la détresse et de la peur. Lui a vu plusieurs de ses amis arrêtés, sauvagement frappés, n’a rien pu faire et est tétanisé par cette impuissance. Elle est loin, démunie, veut le réconforter, l’encourage à participer à la résistance et à la mobilisation. Puis leur communication est interrompue et elle apprend que son ami s’est fait arrêter à son tour.

Le second volet, Tu peux regarder la caméra ?, le plus percutant, montre une jeune Syrienne en rupture avec sa famille qui ne veut pas s’impliquer dans la révolution tandis qu’elle cherche à documenter la répression et filme les témoignages de ceux qui ont participé et en ont payé le prix fort. Pour conjurer sa propre peur, elle fait face au récit de ceux qui ont affronté l’arrestation, la prison et la torture. Ici le basculement d’un mouvement populaire et révolutionnaire, le vacillement d’une société à travers des protagonistes déchirés dans leur identité est approché au plus juste et au plus près. Les cinq acteurs, Soleîma Arabi, Wissam Arbache, Eurydice El-Etr, Grégoire Tachnakian, Elie Youssef se partagent tous les rôles et jouent des personnages plus vrais que vrais. Leyla-Claire Rabih aussi occupe la scène, témoin et traductrice.

On est moins convaincu par l’épilogue, Youssef est passé par ici, plus flottant et expérimental. La troupe s’y met en scène, souhaitant aller filmer à Damas mais devant y renoncer et se contenter du décor de Beyrouth. Ici on est projeté dans un road-movie dans la Syrie en ruines et décombres qui entremêle des scènes de théâtre, des images d’actualité, des dialogues et des points de vue… Une tentative de construction d’un regard entre fiction et réalité qui se voudrait plus éclairant et qui produit un peu de saturation.

Il n’en demeure pas moins que ces Chroniques d’une révolution orpheline mettent à jour et à la lumière la radicalité de la révolution syrienne, dans le soulèvement d’hommes et de femmes qui contre la terreur absolue se réapproprient leur destin — même face à la mort. En 1996, s’inquiétant de la régression du théâtre dans son pays, l’immense dramaturge Saadallah Wannous déclarait : « Nous sommes condamnés à l’espoir. Ce qui se passe aujourd’hui ne peut pas être la fin de l’Histoire ». Des paroles que l’on entend dans un nouvel écho.

Marina Da Silva

Tue, 06 Feb 2018 05:00:00 +0100

ميليشيات الحشد الشعبي من الحراك الجماهيري إلى اقتحام السياسة

بعد أن استُخدمت الطائفية بكلَبيَّة من قبل كلّ من صدام حسين، والإدارة الأمريكية، وإيران. قامت بتهييج التوترات بين الجماعتين الأساسيتين في العراق، وهما العرب السنة والشيعة، الذين وجدوا أنفسهم في لعبة الشرق الأوسط، حيث تتواجه القوى الإقليمية والعالمية. وأخذت المؤسسات العراقية تضعف كلما ازداد هذا التوتر، وبلغ ذروته حين قامت خلافة إسلامية على ما يزيد عن ثلث الأراضي العراقية. وفي هذا السياق، أصدر المرجع الديني الأعلى علي السيستاني فتواه1 في الثالث عشر من حزيران/يونيو 2014. أي بعد بضعة أيام بالكاد من سقوط الموصل وعشية وقوع مجزرة قاعدة سبايكر التي أعدم فيها الجهاديون أكثر من 1600 شيعياً. استجابت عدة مليشيات شيعية لهذا النداء سريعاً. وبالتوازي، انضمت أعداد غفيرة من المتطوعين إلى الفصائل المختلفة.

تعد منظمة بدر من الوحدات الأساسية في الحشد، بالإضافة إلى عصائب أهل الحق، وسرايا الخرساني، وحركة حزب الله النجباء، وسرايا حزب الله. والأخيران يختلفان عن حركة حزب الله اللبنانية رغم التقارب الأيديولوجي. جميع هذه المليشيات، التي هي من أهم القوات العسكرية في الحشد الشعبي، تعتمد على القوات العسكرية الإيرانية لتدريبها وتمويلها. ولجميعها أيديولوجية “خمينية”، بحكم لوائها للكيانات الدينية الإيرانية، ورغبتها المعلنة أو شبه المعلنة بتطبيق النظام السياسي الإيراني في العراق، أي ولاية الفقيه، المستوحى من فقه الشيعية الاثني العشرية. تأثير إيران يتجلى بوضوح أكبر في شخص قاسم سليماني، اللواء في الحرس الثوري الإيراني، الذي يشرف بشكل مباشر على العمليات العسكرية لعدة ميليشيات شيعية في العراق وسوريا في الحرب ضد تنظيم الدولة الإسلامية.

خلف هذه القوات يأتي لواء العباس، ولواء علي الأكبر، وكلاهما تابعان لآية الله السيستاني وممولان ومسلحان ومدربان من قبل القوات العراقية. كما أنهما جماعتان متعددا الطوائف، حيث تضم صفوفهما من 15% إلى 20% من السنة. تليها الوحدات القريبة من الإمام مقتضى الصدر، وعلى رأسها سرايا السلام. يتسم التيار الصدري برؤية دينية شيعية قريبة من التصوف، وبرغبة في تعزيز القوة المركزية والمؤسسات العراقية عن طريق ضم المكونات الأخرى لموجودة في البلد.

هذا الطيف يعطي فكرة عن الاختلافات الأيديولوجية بين الجماعات المؤلفة للحشد الشعبي، فبين التيار الموالي لإيران والتيار الصدري، تتقابل رؤى متناقضة، ويصل الأمر أحياناً إلى المواجهات المباشرة.2

رهان الوحدة الوطنية

كانت السلطات العراقية واعية أن قوات الحشد لم تكن تمثل مكونات العراق الأخرى بشكل كافٍ، لذا حثّت عدة ميلشيات غير شيعية على الانضمام إلى التحالف. ومن بينها الميليشيا المسيحية حركة بابليون، ووحدات حماية سهل نينوى وكتائب صلاح الدين والحشد القبلي وثلاثتها من السنة. كما يوجد هناك فصائل تمثل أصغر الأقليات، كاليزيديين (وحدات مقاومة سنجار) والشبك (لواء الشبك). بالمجمل ما زال الحشد الشعبي يضم في صفوفه قرابة التسعين ألف مقاتل حالياً،3 موزعين على الوحدات المختلفة.

رغم الاتهامات العديدة الموجهة إلى الحشد الشعبي بانتهاك حقوق الإنسان وحتى جرائم الحرب، فإن فعاليته العالية دفعت بالتحالف الدولي (قوة المهام المشتركة) الذي تقوده الولايات المتحدة ويلتزم بمحاربة الدولة الإسلامية، إلى تدريب وتسليح وتمويل عدة ميليشيات بالتوازي مع إعادة هيكلة الجيش العراقي. وبسبب الفراغ السياسي العسكري الذي تركته السلطة المركزية، سرعان ما أصبحت قوات الحشد الشعبي قوة الضرب العسكرية الأولى على الأرض ضد الجهاديين، وإن دفع هذا إلى التساؤل بشكل جدي حول علاقتها مع الدولة. في الواقع، وفق تعريف ماكس فيبر للدولة، فإن عليها أن تستأثر باستخدام القوة، وبالتالي فإن تنظيماً شبه حربي، مكون من فصائل لدى بعضها طموحات عابرة للقومية، قد تهدد بشكل فعلي وحدة وتلاحم الدولة العراقية، بعد أن أضعفهما الغزو الأمريكي سابقاً. كما أن طائفية بعض المجموعات وعلاقتها الغامضة بإيران أقلقت العديد من المراقبين.

رغم ذلك، فإن انتخاب حيدر العبادي، الذي تولى منصب رئيس الوزراء في أيلول/سبتمبر 2014، سمح بتعزيز مؤسسات البلد، ودحض التوقعات بتفجر الوضع في العراق لا بل حتى بإعادة رسم حدود الشرق الأوسط. إصدار مرسوم بضم وحدات الحشد الشعبي إلى الجيش العراقي، كان رغبة واضحة من العبادي في استعادة السيطرة عسكرياً وفي جعل الحملة ضد الدولة الإسلامية حملة عسكرية وطنية لا حرباً بين الطوائف. إلا أن هذا الولاء على الواجهة لا يمنع بعض الوحدات وخصوصاً تلك التي تتعاون مع إيران من انتهاز جميع الفرص لإثبات استقلالها وأن تحاول التحرر من وصاية الحكومة بشتى السبل.

تسريح المليشيات

حكومة عبادي والهيئات الدينية الشيعية (المتابعة من عدة أطراف فاعلة مثل مقتضى الصدر) تدرك مخاطر بقاء المليشيات بعد انتهاء فترة انتدابها، والتي حددت بالانتصار على تنظيم الدولة الإسلامية. ولهذا أصرت على تسليم جميع الميلشيات لأسلحتها بمجرد دحر الجهاديين... لكن دون نتائج حاسمة إلى حد اللحظة. النصر الذي أعلنفي التاسع من كانون الأول/ديسمبر المنصرم لم يخفف من رغبة الميلشيات من العمل بحرية على الأراضي العراقية بحجة وجود خلايا نائمة وظهور تنظيمات إرهابية جديدة. أحد ممثلي الحشد الشعبي، السيد مصطفى إمامي، نائب قائد جبهة الشمال العراقي، أكد لنا في مقابلة على أن لا شيء يلزم الميلشيات بحل أنفسها سوى فتوى جديدة من المرجع الديني الأعلى.4

عدا عن ذلك، فإن عدة ميلشيات تريد، قبل أن تسلم تجهيزاتها للحكومة، أن تضمن إمكانية إدماج رجالها في القوات النظامية، أو الحصول على معاشات للمقاتلين السابقين إن هم قرروا العودة إلى الحياة المدنية. من المؤكد أن تأمين تعويضات وانتهاج سياسة إدماجٍ جدية مسألتان ضروريتان، وذلك لتجنب سيناريو كارثيّ كذلك الذي أدى إلى الحرب الأهلية بعد الغزو الأمريكي في 2003. إنَّ نزع سلاحِ وتسريحِ وإعادة إدماج رجال المليشيات هي رهانات جوهرية في انتظار عراق الغد، وعليها أن تترافق بسياسة مُصالحة وطنية وبآليات قضائية في حال خروقات واضحة لحقوق الإنسان. فقد أدى فشل عملية كهذه، بين عامي 2004 و2005 إلى مواجهات دامية وسَمَت العراق خلال الاثنتي عشرة سنة الماضية.

قطعة مركزية على رقعة الشطرنج السياسية العراقية

بانتظار هذا اليوم، ما زالت بعض الميليشيات (مدعومة من أحزاب سياسة نافذة) تحاول التدخل في السياسة الداخلية للبلاد لتضمن بقائها، وهي نفس الاستراتيجية التي اتبعتها عام 2014 عن طريق تعيين وزير داخليةيخدم مصالحها. يرنو الحشد الشعبي منذ الآن إلى الانتخابات البرلمانية المقرَّر إجرائها في 12 أيار/مايو المقبل. من وجهة نظر قانونية، لا يحق للميليشيات تقديم مرشحين، ولهذا استقال العديد من قادتهم ممن لديهم طموحات سياسية ليتمكنوا من المشاركة في الانتخابات، مشكلين في ذات الوقت تحالفاً سياسياً كبيراً من“المجاهدين” بحسب وصفهم، لديه حظوظ كبيرة في أن يكون له وزن في البرمان. “ينتظر الحشد الشعبي أن يعرف في أي اتجاه ستهب الرياح، ليتحالفوا مع المرشح الذي يملك الحظ الأكبر لتمثيلهم في البرلمان” هذا ما شرحه لنا ديلان أودريسكول، الخبير والباحث في معهد الاستجابة للشؤون الإنسانية والصراعات.

بالفعل، هناك محاولات حثيثة من بعض الأطراف للتدخل في سياسة تعزيز المؤسسات المركزية التي تبناها رئيس الوزراء حيدر العبادي. حتى ضمن حزبه حركة الدعوة، فرئيس الوزراء السابق نوري المالكي (الذي يعتبر من قبل الكثيرين مسؤولاً عن تفاقم التوترات الطائفية الذي أدى إلى كارثة 2014) يحظى بدعم ميلشيا عصائب الحق في مواجهة خصمه. يتكئ المالكي أيضاً على شبكة محسوبيات واسعة، تتميز بفسادها وطائفيتها. في أثناء هذا، يطالب السنة، الذين تشتتوا بسبب المعارك التي دارت في مناطقهم، بتأجيل الانتخابات ليتاح للنازحين المشاركة فيها. كما يرجو بعض ممثليهم أن يقوم العبادي بتقسيم حزب الدعوة إلى حزبين، لينضموا إليه في حزب متعدد الطوائف حقاً.5

منذ عدة أشهر، تتشكل التحالفات السياسية وتتفكك بشكل دوري، وينتج عن هذا أوضاع لم تكن بالحسبان: يتواجه قائدان من نفس الحزب بقائمتين مختلفتين، وتتحالف حركات شيعية محافظة مع شيوعيين... ومن المفارقات أن ائتلاف حيدر العبادي، الذي تنادي حملته الانتخابية بتمثيل جميع أطياف المجتمع العراقي وبالسيادة والسعي لتحقيق العدالة ومحاربة الفساد، حظي مؤخراً بدعم الإتلاف الرئيسي للمجاهدين، ما أثار كدر مقتضى الصدر. ولكن هذا التحالف لم يدم أكثر من ثلاثة أيام، وأظهر حدود شعبية العبادي. وبالنظر إلى كل هذه المعطيات، يبقى السؤال عما إذا كان اقتران مجموعات ضغط الميلشيات بالسياسيين، سيكون في صالح إدماجهم في المؤسسات العراقية، العسكرية خصوصاً، أم على العكس، سيسفر عن جعل هذه المؤسسات أداة بيد أطراف تعمل تحت تأثير الخارج.

الحشد الشعبي هو الآن قطعة مركزية على الرقعة السياسية العراقية، وهو أكثر مركزيةً حتى في صراع القوى بين الأطراف السياسية الشيعية. فالمنتصر في هذه المكاسرة سيتمكن من رسم مسار تطور عراق ما بعد الدولة الإسلامية، أي سيحدد ما إن كان هذا البلد الذي أنهكته الضربات، سيبقي على الانقسامات الطائفية التي يتسم بها اليوم. أم أنه، على العكس، سينجح في حلّ ميلشياته الطائفية وتعزيز مؤسساته بحيث تضم الجميع. ويبدو واضحاً أن الوقوف في وجه التدخلات الخارجية هو الخطوة الأولى نحو خاتمة كهذه.

1مع العلم أن تشكيل ميلشيات عسكرية محظور في الدستور العراقي وفق المادة التاسعة، وأن وزير الوزراء السابق نوري مالكي قدم مرسوماً يسمح بتشكيلها وأقره في البرلمان.

3رقم قدمه أبو مصطفى الإمامي، نائب قائد وحدات الحشد الشعبي على جبهة شمال العراق، وذلك خلال مقابلة أجريناها معه.

4هذا الرأي لا يحظى بإجماع ضمن الحشد الشعبي. فقد قمنا بمقابلة ممثل آخر، سيد علي هاشمي، وهو الناطق الرسمي باسم الحشد في طوزخورماتو، وأكد على أن تقرير مصير الحشد هو بيد البرلمان العراقي. مع أن كلا الناطقين الرسميين من نفس الميليشيا، وهي منظمة بدر. كما أن لديهما آراء متعارضة جداً حول الخطر الذي يمثله تنظيم “الرايات البيض”، حيث يرى الأول أنه من أهم التهديدات، ويعتبره الثاني غير خطر. لقد ظهر تنظيم الرايات البيض في نواحي طوزخورماتو بعد القضاء على تنظيم الدولة الإسلامية، وتتضارب الآراء حول التهديد الذي يمثله.

5.ديلان أودريسكول وداف فان زونين، مرجع سابق

أراز محمد أراش, سيلفان ميركادييه

Tue, 06 Feb 2018 05:00:00 +0100

The Militias in Iraq, From Popular Mobilization to Political Interference

The Sectarian divisions in Iraq were brazenly instrumentalized by Saddam Hussein, the American administration and today, Iran. This process exacerbated tension between Sunni and Shia Arabs, the two main communities of Iraq, who were caught up in the rivalries between regional and international powers in the Middle East. As their rivalry grew, Iraqi institutions weakened, which led to the advent of an Islamic caliphate occupying more than a third of the Iraqi territory. In this context, given the debacle of the Iraqi forces facing the islamists, the grand ayatollah al-Sistani pronounced his fatwa1 on June 13,, 2014. This announcement occurred a few days after the fall of Mosul and one day after the camp Speicher massacre, where more than 1600 Shiites were executed by jihadists. Consequently, several Shia militias answered the call, and thousands of volunteers enrolled in related factions simultaneously.

Among the main units exists the Badr Organization (the oldest, founded in 1982 and currently led by Hadi al-Ameri), Asaib Ahl al-Haq, the Khorassan brigades, the Hezbollah al-Nujaba Movement and the Hezbollah Brigades (the two latter factions distinct from the Lebanese Hezbollah movement although sharing a similar ideology). These militias are some of the most powerful military forces within the Hashd al-Shaabi and rely on Iran’s military apparatus for their training and funding. They also share a “Khomeynist” ideology due to their allegiance to the Iranian religious authorities and their ambition to impose the Iranian political system in Iraq. In doing so, they draw their inspiration from twelver’s Shia jurisprudence, Velayat e-Faqih. Iranian influence is rendered even more obvious due to the involvement of Qassem Soleimani, senior military officer of the Iranian Revolutionary Guard Corps, who directly supervises the military operations of several Shiite militias on the ground in Syria and Iraq in their fight against the Islamic State.

These forces are followed by organizations such as the Abbas Division and Ali al-Akhbar Brigade, both affiliated to Grand Ayatollah al-Sistani. They receive funding, arms and training from Iraqi forces. On this note, they are also multi-confessional as they include between 15 to 20 percent Sunni fighters within their ranks. Other units include those close to Imam Muqtada al-Sadr, whose main faction is the Peace Brigade (Saraya al-Salam). The Sadrist movement is characterized by its quietist ideology and its ambition to strengthen central power and Iraqi institutions, as well as including other minorities of the country. This range of militias gives us an overview of the ideological discrepancies between different groups composing the Popular Mobilization Units: from its pro-Iranian elements to the Sadrist movement, there are contradictory visions facing each other, sometimes leading to direct confrontation.

The Challenge of Iraq’s National Unity

Aware that the Hashd did not sufficiently represent other communities of the country, Iraqi authorities encouraged several non-Shia militias to join the coalition. Those militias include the Babylon Brigades—a Christian militia—the Niniwa Guard, the Salaheddin Brigade and the Tribal Mobilization Forces—all Sunni militias. We also find factions representing smaller minorities such as Yezidis (Sinjar Resistance Units) or Shabak (Liwa al-Shabak). In total, the Popular Mobilization Units are composed of roughly 90,000 active combatants between the different factions.2

Despite numerous violations of human rights, and even war crimes, the combat efficiency of the Hashd al-Shaabi has pushed the International Coalition, led by the United States (or the Combined Joint Task Force), to train, arm and fund several militias in parallel with their effort to restructure the Iraqi army. Taking advantage of the political and military void, the Popular Mobilization Units soon became the strongest force on the ground opposing the jihadists, which raised some serious questions regarding their relationship to the State. Indeed, in a Weberian definition, the State should keep the monopoly of use of force. A paramilitary organization composed of several factions, some of them having transnational ambitions, risks threatening the unity and cohesion of the Iraqi State, which has already been seriously eroded by the instability prevailing since the U.S. invasion. The sectarian identity of these groups, along with their ambiguous relationship with Iran, has since raised concerns among experts observing the situation.

Notwithstanding, the election of Prime Minister Haider al-Abadi, in September 2014 has allowed the country’s institutions to strengthen and has challenged the prognosis that foresaw the implosion of Iraq or redefinition of Middle Eastern borders. By a decree in 2016 that integrated the Hashd al-Shaabi within the army, al-Abadi affirmed his dedication to take the lead and turn Iraq’s military campaign against ISIS into a national struggle, distancing the risk of an inter-confessional war. Despite this official allegiance, some units, including those who collaborate closely with Iran, have shown their intention to remain independent and have tried by all means to emancipate themselves from the government’s tutelage.

Demobilizing the Militias

Al-Abadi’s government was fully aware that the militias might try to overstep their mandate once ISIS was defeated and thus insisted that all groups drop their weapons once victory was announced. He received support from Shiite religious authorities as well as other leaders, including Muqtada al-Sadr. Unfortunately, the militia groups have not complied with his order thus far. Indeed, the victory over ISIS, officially announced on the 9th of December 2017, did not rattle the ambitions of several militias to keep operating freely on the ground, justifying their move by pointing at the presence of ISIS sleeper cells or rise of new terrorist organizations. A spokesperson of the Hashd al-Shaabi, Mr. Abu Mustafa Imami, deputy-commander of the Popular Mobilization Force of the Northern-Iraq frontline, also insisted that only a new fatwa from the Grand Ayatollah could induce the militias to demobilize.3

Besides that, many militias, prior to rendering their military equipment to the government, would like to ensure that they will be able to integrate their soldiers in the regular forces or benefit from pensions for veterans if they decide to go back to a civilian lifestyle. It is certain that a subsequent compensation as well as a serious integration policy must be implemented to prevent a worst-case scenario like the one that led to the civil war following the American invasion of 2003. Disarmament, demobilization and reintegration of the militias are the main challenges that await Iraq’s future. To be more effective, they must be followed by a reconciliation policy as well as judicial mechanisms for serious cases of Human Rights infringements. In 2004–2005, the failure of such a process led to the bloody clashes that have affected Iraq in the last twelve years.

A Central Piece in the Iraqi Political Milieu

Pending this outcome, some militias that are supported by powerful political parties keep trying to interfere in the inner politics of the country in order to ensure their survival. This strategy had already been observed before, as when in 2014 for example, a minister of Interior was appointed that served the interests of some militias. Some Popular Mobilization Units are now eyeing the coming parliamentary elections on May 12 of this year. Legally speaking, militias cannot present any candidates, hence many military leaders with political ambitions have resigned in order to participate in the elections. Some have united into an important coalition called the “Mujahiddin Coalition”, later rebranded the Fatah Alliance. It could play an important role in the elections. “PMUs are waiting to see in which direction the wind is going to blow to align themselves with the candidate that has the best chances of representing their interests in parliament” explains Dylan O’Driscoll, expert and researcher at the Humanitarian and Conflict Response Institute.

The temptation is indeed strong for some actors to attempt interfering al-Abadi’s policy of strengthening of government institutions. Within the Prime Minister’s own party, the Da’awa movement, Nuri al-Maliki the former Prime Minister, has the support of the Asaib Ahl al-Haq militia against his rival. Al-Maliki is considered responsible by many for the exacerbation of intersect tensions that led to the disaster of 2014. He also relies on a vast web of patronage relations characterized by its corruption and sectarian nature. Meanwhile, the Sunnis, disorganized by the fighting that marked the areas where they reside, are calling for a postponement of the elections in order to allow for a return of the IDPs to ensure their votes will be counted. Some of their representatives are calling on al-Abadi to split his party in two in order to join him in a truly multi-sectarian coalition.4

In the last months, political coalitions have formed and fallen at a high rate, sometimes leading to unusual situations: two leaders from the same party are running on two different lists and Shia movements are allying with communists. Recently, Haider al-Abadi’s coalition, this latter having engaged his campaign under the motto of inclusion, State institution strengthening, fighting for justice and against corruption, has paradoxically struck a bargain with the Fatah Alliance, leading to harsh criticism from Muqtada al-Sadr. But this alliance did not last more than three days and shed light on the limits of al-Abadi’s popularity. Beyond intrigues, the main issue is to determine whether the alliance between the militias’ pressure groups and the politicians will facilitate the PMU’s integration within the Iraqi institutions, notably the military one, or whether it will have the opposite outcome, generating further instrumentalization of those institutions by actors under foreign influence.

The Popular Mobilization Forces are henceforth a central piece in the Iraqi political milieu and even more so within the inner rivalries between Shia political figures. The victor of this power struggle will be in position to determine the evolution of post-IS Iraq. That is, if such an afflicted country will perpetuate its communitarian fault lines or will, on the contrary, manage to demobilize its sectarian militias and strengthen its institutions in an inclusive manner. It seems clear that the cessation of foreign interference will be the first step towards such an outcome.

1It should be noted that the training of paramilitary militias, a process that was supported by the Iraqi parliament through a decree introduced by former Prime Minister Nuri al-Maliki is illegitimate according to article 9 of the Iraqi constitution.

2This number was given to us in an interview by Abu Mustafa Imami, deputy-commander of the Popular Mobilization Force of the Northern-Iraq Frontline.

3Interestingly enough, this argument is not unanimously shared amongst the Hashd. Another spokesperson that we interviewed, Mr. Sayyid Ali Hashim, representative of the Hashd al-Shaabi in Tuz Khurmato, insisted that the parliament is the legal body that must decide the fate of his coalition. This is even more surprising as they are both from the same militia, the Badr Organization. They also differ on the danger that the so-called “White Flag” organization might represent (a rebel group that appeared recently in the outskirts of Tuz Khurmato). The former sees it as an existential threat to Iraq’s stability, the latter as an inoffensive organization.

4Interview with Dylan O’Driscoll.

Araz Muhamad Arash, Sylvain Mercadier

Tue, 06 Feb 2018 05:00:00 +0100

Les milices, un enjeu capital de la reconstruction politique de l'Irak

Instrumentalisé avec cynisme par Saddam Hussein, l’administration américaine et l’Iran, le confessionnalisme1 a exacerbé les tensions des principales communautés d’Irak que sont les populations arabes sunnites et chiites prises dans le grand jeu du Proche-Orient, là où s’opposent puissances régionales et internationales. À mesure que les tensions grandissaient, les institutions irakiennes s’affaiblissaient, jusqu’à l’avènement d’un « califat » islamique sur plus d’un tiers du territoire. Dans ce contexte, le grand ayatollah Al-Sistani énonçait sa fatwa2 le 13 juin 2014. Et ce, quelques jours à peine après la chute de Mossoul et le lendemain du massacre du camp de Speicher où plus de 1 600 chiites avaient été exécutés par les djihadistes. Aussitôt, plusieurs milices chiites ont répondu à son appel. Parallèlement, des volontaires s’enrôlaient en masse dans les différentes factions.

Parmi les principales unités, on trouve notamment les organisations Badr, dont la plus ancienne, fondée en 1982, est dirigée par Hadi Al-Ameri ; elle est la branche armée du Conseil suprême islamique d’Irak, parti irakien chiite conservateur. Il y a aussi Asaib Ahl Al-Haq, les Brigades du Khorasan, le mouvement du Hezbollah Al-Noujaba et les brigades du Hezbollah ; ces deux dernières factions sont distinctes du Hezbollah libanais, bien qu’idéologiquement proches. Toutes ces milices, qui sont parmi les plus puissantes forces militaires au sein des Hachd Al-Chaabi dépendent des forces militaires iraniennes pour leur entrainement et leur financement. Elles ont également une idéologie « khomeiniste » du fait de leur allégeance aux instances religieuses iraniennes et de leur volonté plus ou moins affirmée d’imposer le modèle politique iranien en Irak. Elles s’inspirent de la version imposée par Khomeiny du velayat e-faqih3. L’influence de l’Iran est plus encore incarnée par Qassem Soleimani, officier des corps des Gardiens de la révolution islamique qui supervise directement les opérations militaires de plusieurs milices chiites irakiennes et syriennes dans la lutte contre l’Organisation de l’Etat islamique (OEI).

Derrière ces forces viennent des organisations comme la division Abbas et la brigade Ali Al-Akhbar, toutes deux affiliées à l’ayatollah Sistani et qui sont financées, armées et entrainées par les forces irakiennes. Elles sont d’ailleurs multi-confessionnelles, comportant entre 15 et 20 % de sunnites. Viennent ensuite les unités proches de l’imam Muqtada Al-Sadr, dont la principale est Saraya Al-Salam, la Brigade de la paix. Le courant sadriste se caractérise par sa vision quiétiste du chiisme et sa volonté de renforcer le pouvoir central et les institutions de l’Irak en incluant les autres communautés du pays. Cet éventail donne un aperçu des divergences idéologiques entre les groupes des Unités de mobilisation populaire (UMP) : entre le courant pro-iranien et le sadrisme, ce sont des visions antinomiques qui s’opposent, menant parfois à la confrontation directe4.

Une difficile unité nationale

Conscientes que les Hachd représentaient insuffisamment les autres communautés du pays, les autorités irakiennes ont incité plusieurs milices non chiites à se joindre à la coalition. Elles incluent les Brigades de Babylone, milice chrétienne ; la Garde de Ninive, la Brigade de Salaheddine et les Forces de mobilisation tribales qui sont quant à elles sunnites. On retrouve également des factions représentant de plus petites minorités comme les yézidis (Unités de résistance du Sinjar) ou la Brigade Chabak (Lioua Al-habak). Au total, les UMP compteraient à ce jour encore quelque 90 000 combattants actifs nous indiquait lors d’un entretien Abou Mustafa Imami, commandant adjoint des UMP sur le front nord-irakien, répartis entre les différentes unités.

L’efficacité des UMP, malgré les nombreuses accusations de violations des droits humains, voire de crimes de guerre dont elles font l’objet a poussé la coalition internationale (Combined Joint Task Force, CJTF, conduite par les États-Unis) engagée dans la lutte contre l’OEI à entraîner, armer et payer plusieurs milices en parallèle à une restructuration de l’armée irakienne. Profitant du vide politico-militaire laissé par le pouvoir central, les UMP sont vite devenues la plus puissante force de frappe militaire au sol contre les djihadistes, non sans que cela pose de sérieuses questions quant à leurs relations avec l’État. En effet, si l’on considère la définition du sociologue Max Weber selon laquelle « un État est une communauté humaine qui revendique le monopole de l’usage légitime de la force physique sur un territoire donné » (Le Savant et le Politique, 1917), une organisation paramilitaire, composée de factions ayant pour certaines des ambitions transnationales menace l’unité et la cohésion de l’État déjà sérieusement entamées par l’instabilité qui y règne depuis l’invasion américaine. Le sectarisme de plusieurs groupes, leur rapport ambigu avec l’Iran notamment inquiètent de nombreux observateurs.

Toutefois, l’élection d’Haïder Al-Abadi, premier ministre irakien en septembre 2014, a permis de renforcer les institutions du pays et de contrer les pronostics qui envisageaient une implosion de l’Irak, voire une redéfinition des frontières du Proche-Orient. Par un décret en 2016 qui intègre les UMP au sein de l’armée, il a affirmé sa volonté de reprendre la main et de faire de la campagne contre l’OEI une opération militaire nationale et non une guerre interconfessionnelle. Cependant, cette allégeance de façade n’empêche pas certaines unités, notamment celles qui collaborent avec Téhéran, de ne jamais rater une occasion de prouver leur indépendance et de tenter par tous les moyens de s’émanciper de la tutelle du gouvernement.

Après la victoire contre l’OEI

Conscients des dangers qu’il y a de voir les milices outrepasser leur mandat, qui devait prendre fin avec la victoire contre l’OEI, le gouvernement Abadi et les instances religieuses chiites, suivis par plusieurs acteurs comme Moqtada Al-Sadr, ont insisté sur le besoin de voir toutes les milices déposer les armes une fois les djihadistes vaincus... sans résultats probants pour le moment. La victoire annoncée le 9 décembre 2017 n’a pas entamé la volonté de certaines milices de continuer d’opérer librement sur le terrain en prétextant la présence de cellules dormantes et l’apparition de nouvelles organisations terroristes. Le représentant des Hachd Al-Chaabi Abou Mustafa Imami insiste d’ailleurs sur le fait que seule une nouvelle fatwa du grand ayatollah peut engager les milices à se démobiliser5.

Par ailleurs, plusieurs milices, avant de rendre leur équipement au gouvernement, veulent s’assurer que leurs hommes seront intégrés dans les forces régulières ou bénéficieront des pensions pour les vétérans s’ils décident d’un retour à la vie civile. Une compensation et une politique sérieuse d’intégration doivent voir le jour pour éviter un scénario catastrophe comme celui qui avait mené à la guerre civile après l’invasion américaine en 2003. Le désarmement, la démobilisation et la réintégration des miliciens sont très certainement les enjeux cruciaux qui attendent l’Irak de demain. Ils doivent s’accompagner d’une politique de réconciliation et de mécanismes judiciaires dans les cas de violations graves des droits humains. En 2004-2005, l’échec d’un processus similaire avait mené aux affrontements sanglants qui ont marqué l’Irak ces douze dernières années6.

Quand les chefs de milices se reconvertissent

En attendant, certaines milices soutenues par de puissants partis politiques tentent toujours d’interférer dans la politique intérieure du pays pour assurer leur survie, stratégie déjà entamée en 2014 par le biais de la nomination d’un ministre de l’intérieur servant leurs intérêts. Les UMP lorgnent désormais les élections parlementaires prévues le 12 mai prochain. Légalement, les milices ne peuvent pas présenter de candidats, c’est pourquoi beaucoup de leurs chefs ayant des ambitions politiques ont démissionné pour pouvoir participer aux élections, formant une coalition importante initialement dite « des moudjahidines », puis renommée l’Alliance du Fatah (la conquête) pouvant grandement peser au Parlement.

« Les UMP attendent de voir de quel côté le vent va tourner pour s’aligner sur le candidat ayant les meilleures chances de les représenter au Parlement », explique à Orient XXI Dylan O’Driscoll, chercheur au Humanitarian and Conflict Response Institute. La tentation est en effet grande pour certains acteurs d’interférer dans la politique de renforcement des institutions centrales du premier ministre Haïder Al-Abadi. Au sein même de son parti, le mouvement Dawa,l’ancien premier ministre Nouri Al-Maliki — considéré comme responsable de l’exacerbation des tensions inter-confessionnelles qui ont mené au désastre de 2014 — a le soutien de la milice Asaib Ahl Al-Haq contre son rival. Maliki s’appuie également sur un vaste réseau clientéliste caractérisé par sa corruption et son sectarisme.

Pendant ce temps, les sunnites, désorganisés par les combats qui ont marqué leurs zones de peuplement, appellent à un report des élections pour permettre aux déplacés d’y participer. Certains de leurs représentants souhaiteraient également voir Al-Abadi scinder le parti Dawa en deux pour se joindre à lui dans un parti véritablement multi-confessionnel, selon Dylan O’Driscoll.

Depuis quelques mois, les coalitions politiques se forment et se défont régulièrement, menant à des situations improbables : deux leaders d’un même parti s’affrontent dans des listes différentes, des mouvements chiites conservateurs font alliance avec des communistes... Dernièrement, la coalition d’ Al-Abadi, qui fait sa campagne sur l’idée de la représentativité de toutes les communautés irakiennes, du souverainisme et de la lutte pour la justice et contre la corruption, avait paradoxalement obtenu le soutien de l’Aliance du Fatah, au grand dam de Moqtada Al-Sadr, mais cette alliance n’a pas pu se maintenir plus de trois jours et a montré les limites de la popularité d’Abadi. Au travers de ces intrigues, l’enjeu est de savoir si le mariage entre les groupes de pression des milices avec des politiciens va favoriser leur intégration dans les institutions irakiennes, notamment militaires, ou va à l’inverse engendrer une instrumentalisation de celles-ci par des acteurs sous influence de l’étranger.

Les Hachd Al-Chaabi sont désormais une pièce centrale de l’échiquier politique irakien et plus encore dans les luttes de pouvoir entre les différents acteurs politiques chiites. Le vainqueur de ce bras de fer sera en mesure de déterminer l’évolution de l’Irak post-OEI, à savoir si ce pays va perpétuer les clivages communautaires qui le caractérisent aujourd’hui ou parvienir à démobiliser ses milices confessionnelles et renforcer ses institutions de manière inclusive. La cessation des ingérences étrangères serait le premier pas vers un tel dénouement.

2La formation de milices paramilitaires, appuyées au Parlement par un décret présenté par l’ancien premier ministre Nouri Al-Maliki est illégitime selon l’article 9 de la Constitution irakienne.

3Le velayat-e faqih ou « gouvernement du docte » est défendu par une partie seulement de la hiérachie chiite. Selon la doctrine du chiisme duodécimain, après la mort du prophète Muhammad et des douze imams qui lui ont succédé, le dernier d’entre eux s’est « retiré » tout en restant en vie. En attendant la fin des temps et le retour de l’« imam caché », durant la période de la « Grande Occultation », qui doit guider la communauté des croyants. Selon l’ayatollah Khomeini et les partisans du Velayat-e faqih, ce rôle revient au faqih, au docte, vicaire de l’« imam caché » et délégataire de la souveraineté divine.

5Cet argument ne fait pas l’unanimité au sein des Hachd. Un autre représentant que nous avons également pu interviewer, Sayyid Ali Hachim, porte-parole des Hachd à Touz Khormatou, affirme que c’est au Parlement de décider du sort des milices populaires. Les deux porte-paroles sont pourtant de la même milice, Badr. Ils s’opposent également fortement sur le danger que représente l’organisation « White Flag », considérée comme une menace prioritaire pour le premier, comme inoffensive pour le second. Apparue dans les environs de Touz Khormatou après l’éradication de l’OEI, elle fait l’objet de nombreuses spéculations quant à la menace qu’elle représente.

6Dylan O’Driscoll, Dave van Zoonen, op. cit.

Araz Muhamad Arash, Sylvain Mercadier

Mon, 05 Feb 2018 05:00:00 +0100

Dans l'indifférence, Gaza sombre dans le dénuement

La matinée du 22 janvier 2018, les devantures des commerces de la bande de Gaza sont restées obstinément fermées, et dans l’après-midi les poings de centaines de ses habitants se sont levés avec colère en signe d’une ultime protestation contre la situation économique du territoire, à bout de souffle. Cette grève sera suivie trois jours après d’une nouvelle journée de mobilisation, faisant suite à la décision des États-Unis de geler 65 millions de dollars du budget annuel accordé à l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (Unrwa, United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees in the Near East). Le 29 janvier, le scénario se répète, et c’est au tour du personnel des agences onusiennes présentes à Gaza de s’emparer des rues.

Si cette situation précaire n’est pas nouvelle, les soulèvements successifs marquent cependant un point de rupture pour l’enclave palestinienne qui, face à des conflits pléthoriques et une décennie de siège, menace de s’effondrer sous le poids d’une crise humanitaire sans précédent.

Autrefois clef de voûte de la politique palestinienne au nationalisme défiant, la bande de Gaza n’est plus que le point névralgique des querelles secouant la Palestine actuelle, scindée en deux entre le parti du Fatah de Mahmoud Abbas — à la tête de l’Autorité palestinienne (AP) — et le Hamas d’Ismaël Haniyeh, contrôlant Gaza depuis sa prise de pouvoir en 2007. À la polarisation constante des divisions viennent s’ajouter un blocus prolongé et des conflits successifs, menant à une impasse qui semble avoir atteint son acmé : une décennie après l’accession au pouvoir du Hamas, la situation est alarmante tant sur le plan économique que social.

Malgré plusieurs tentatives de réconciliation — menées sans grande conviction — la division administrative et politique n’a de cesse de se répercuter avec fracas sur la fragile économie du territoire gazaoui. Les accords du Caire en 2011, de Doha en 2012, et de « Beach Camp » en 2014 n’ont eu que très peu d’écho sur la lutte fratricide qui agite les deux camps, tandis que la création par le Hamas d’un comité administratif en mars 2017 a poussé le Fatah à durcir une fois pour toutes ses relations avec son rival, portant alors un ultime coup dur au maigre espoir d’unité nationale.

Camp de réfugiés d’Al-Shati
À la nuit tombée, les rues sont plongées dans le noir, obligeant les habitants à s’éclairer avec des lampes de poche, des phares de voiture ou des feux de bois.
© Chloe Sharrock /Ciric

L’électricité, enjeu de discorde

Au cœur de ces jeux de pouvoir constants, certaines denrées vitales deviennent alors un moyen de pression, non sans favoriser l’aggravation de la situation humanitaire déjà catastrophique. C’est ainsi qu’en juin 2017, l’AP décide de réduire de 35 % le paiement de l’électricité de Gaza versé habituellement à Israël, lequel ampute immédiatement de 60 mégawatt (MW) le courant injecté dans la bande. Le résultat ne se fait pas attendre : les habitants feront face à un déficit allant jusqu’à 21 heures de coupure de courant quotidienne. Il faudra attendre un nouvel accord, signé le 12 octobre 2017 sous l’égide de l’Égypte, pour que l’électricité soit rétablie. Pour Mohamed Thabet, porte-parole de la compagnie de distribution d’électricité de Gaza, la situation reste cependant foncièrement préoccupante :

Notre électricité provient de trois sources différentes : 120 MW d’Israël, 23 MW d’Égypte, et 50 MW de notre centrale électrique. En hiver, la demande s’élève à 600 MW de courant, mais nous n’en recevons qu’un tiers ! Et malgré les 60 MW supplémentaires d’Israël, nous n’aurons que 6 heures d’électricité par jour. Ce n’est pas suffisant, et les secteurs affectés sont nombreux : l’éducation, les systèmes de santé, l’aide humanitaire font face à de graves problèmes en raison de ces restrictions.

Le manque d’électricité est le point de départ d’une suite sans fin de conséquences socio-économiques. Les centrales d’épuration et de dessalinisation d’eau constamment à l’arrêt faute de courant précipitent Gaza dans un fossé où s’entremêlent problèmes environnementaux et sanitaires. Avec seulement 12 heures par semaine d’accès à l’eau et une nappe phréatique au seuil de l’épuisement, la population n’a accès aujourd’hui qu’à 5 % d’eau potable. En parallèle, 180 millions de litres d’eau usée sont déversés chaque jour dans la mer, menaçant l’instable écosystème rattaché au territoire.

Les structures de santé sont elles aussi dans une impasse critique puisque des milliers de vies dépendent d’équipements médicaux fonctionnant à l’électricité. Des solutions existent, dont les plus répandues sont les générateurs ou les batteries UPS, mais elles restent cependant insuffisantes et trop onéreuses. L’hôpital pour enfants Al-Doura a certes tenté d’installer des panneaux solaires sur son toit (un moyen également employé par la municipalité ou les commerçants les plus riches), mais l’investissement de départ est disproportionné en comparaison des résultats obtenus.

Quant aux générateurs, que l’on devine aisément au rugissement incessant provenant de la cour de l’hôpital Al-Chifa, l’une des plus larges structures de santé de Gaza, c’est jusqu’à 300 litres de fuel par heure qui sont nécessaires à leurs fonctionnements, soit un coût estimé à 4 000 dollars/jour (3 210 euros). Et, fonctionnant jusqu’à 20 heures quotidiennement alors qu’ils ne sont conçus que pour une moyenne de 8 heures, les engins menacent de lâcher à tout moment — une conséquence qui pourrait coûter la vie à des centaines de patients.

C’est l’air soucieux que le Dr. Ayman Al-Sahbani, chef des urgences de l’hôpital, s’exprime sur la situation :

C’est vraiment délicat, certains départements nécessitent de l’électricité 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, comme celui de la dialyse ou des soins néonataux intensifs, où plus de 150 nourrissons dépendent d’incubateurs pour être maintenus en vie. Nous sommes également obligés de repousser certaines opérations pour prioriser l’utilisation du fuel du générateur. De surcroît, les employés ne reçoivent pas leur salaire, et nous manquons de beaucoup de médicaments et d’équipement.

Dix ans de blocus

Le blocus imposé par Israël et l’Égypte vient en effet ajouter aux restrictions de courant une difficulté supplémentaire de taille : les réserves de médicaments s’épuisent et font face à un déficit de 35 %, tandis que les patients les plus malades peinent à obtenir une autorisation de sortie de territoire qui leur permettrait d’obtenir des soins adaptés. En parallèle, la fourniture de fuel est régulièrement victime de l’embargo. Une situation dont l’hôpital Beit Hanoun a fait les frais le 29 janvier dernier et qui l’a obligé à suspendre certains de ses services et transférer en urgence des centaines de patients vers un autre établissement.

Depuis 2007, suite à la prise du pouvoir par le Hamas, la circulation des biens comme des personnes s’est vue totalement limitée par la mise en place d’un blocus par Israël et l’Égypte, qui continue actuellement d’achopper toute possibilité de reconstruction économique. Pour le territoire, étiolé par les conflits et les tensions, ce blocus externe de longue date est ressenti comme une ultime sanction qui s’abat sur l’ensemble de la population. Entravant tout flux humain ou matériel et toute possibilité de sortie pour les habitants, il a valu à maintes reprises la qualification de la bande de Gaza de « prison à ciel ouvert ».

Les commerçants et marchands se trouvent désormais dans l’incapacité d’exporter leurs biens, ce qui représentait pourtant l’une des sources principales de revenus pour une grande partie de la population. Et tandis que le secteur privé a été mis à genoux par les restrictions drastiques à l’exportation, l’importation de nombreux matériaux de construction a été en parallèle interdite par Israël au motif qu’ils pourraient être utilisés à des fins militaires par le Hamas, notamment pour la confection d’armes. Gaza a ainsi souffert dès 2008, année suivant la mise en place du blocus, d’une baisse de 75 % du nombre de camions important de la marchandise dans le territoire. Et aujourd’hui encore, environ 5 000 biens sont retenus à la frontière parmi lesquels du bois, des câbles électriques, des ascenseurs ou des équipements médicaux.

Sud de Gaza
De nombreux immeubles détruits lors du conflit de 2014 n’ont pas encore été reconstruits.
© Chloe Sharrock /Ciric

Invivable en 2020 ?

La reconstruction est pourtant une absolue nécessité compte tenu des guerres consécutives qui ont ravagé les 360 kilomètres carrés du territoire. Actuellement plus de 30 000 personnes attendent toujours d’être relogées suite au conflit de 2014, durant lesquels 17 800 habitations ont été totalement détruites et 170 000 détériorées.

Par ailleurs, les conflits ont certes mobilisé l’aide de la communauté internationale, mais l’attention portée aux efforts de reconstruction intrinsèque aux conflits réguliers a inévitablement détourné l’attention d’autres projets de fond pourtant indispensables au développement économique de Gaza sur le long terme. Ils ont en parallèle tenu à l’écart des investissements qui auraient permis une réhabilitation structurelle de la société établie sur une base solide et résolument tournée vers l’avenir.

Face à cette impasse protéiforme qui joue les prolongations, il est difficile de ne pas penser au rapport publié par les Nations unies en 20 12, Gaza in 2020 : a Liveable Place ?, qui alertait déjà du risque que Gaza devienne inhabitable d’ici 2020 si aucune mesure concrète n’était prise. Gaza, 10 ans après, un autre rapport publié en juillet 20 17 par le United Nations Country Team in the occupied Palestinian territory (Unsco) vient faire écho à l’urgence de la situation qui engage Gaza dans une course contre la montre à l’issue de laquelle ne semble se dessiner aucun dénouement.

L’Unrwa, dernier rempart avant la catastrophe humanitaire

Alors que la population dépend entièrement des aides extérieures, avec notamment plus de la moitié des habitants vivant sous le seuil de pauvreté et en insécurité alimentaire, la décision des États-Unis en janvier d’amputer de 65 millions de dollars son aide à l’United Nations Relief and Works Agency (Unrwa) — l’Agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens — tombe comme un couperet alors que la situation atteint un point de non-retour. Un simple coup d’œil aux chiffres des infrastructures en place suffit à saisir l’ampleur de l’aide indispensable de l’Unrwa dans un territoire aussi afffaibli que Gaza : 267 écoles, 21 centres de santé, 16 centres de services sociaux et quasiment 12 500 membres du personnel. Quelque 8 camps de réfugiés, parmi les plus densément peuplés au monde, font également de la société gazaouie une population particulièrement vulnérable.

Au-delà des conséquences strictement financières, le gel de l’aide risque d’exacerber la rupture entre les différents acteurs du processus de paix du conflit israélo-palestinien, notamment l’AP et les États-Unis dont les relations se sont nettement détériorées suite à la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

Devant des bureaux de l’Unrwa
Un Gazaoui se réchauffe avec un grand feu devant un bâtiment de l’Unrwa.
© Chloe Sharrock /Ciric

Antonio Guterres, secrétaire général des Nations unies, a par ailleurs très justement souligné la dualité indissociable du rôle de l’Unrwa lors d’une conférence de presse donnée le 16 janvier 2018 à New York :

Les services [de l’Unrwa] sont d’une extrême importance, pas seulement pour le bien-être de la population (…), mais aussi — selon moi, mais également selon la plupart des observateurs internationaux dont certains sont Israéliens — comme un important facteur de stabilité. 

Une stabilité qui se montre pourtant menacée à l’heure actuelle, au moment où les désaccords récents et les accusations fusent de toutes parts. Pour le gouvernement israélien, l’Unrwa attise la haine contre les Israéliens et soutient le Hamas, qu’il considère comme un groupe terroriste. Pour les Palestiniens, le gel de l’aide est une concession de plus à Israël venant des États-Unis et une humiliation supplémentaire qui justifie leur refus de voir plus longtemps l’Amérique de Trump comme médiateur de paix légitime. Viennent s’ajouter à cela les démêlés opposants inlassablement les deux partis palestiniens, qui cherchent un terrain d’entente, sans résultat jusqu’à présent.

Une dynamique unitaire et une résolution du conflit intrapalestinien se placent pourtant comme conditions sine qua none d’un apaisement des tensions externes, avant de prétendre poser les fondations d’une paix durable dans la région. Ce n’est qu’en replaçant Gaza au centre des enjeux politiques internationaux qu’il sera possible d’ouvrir un dialogue concret avec les autres acteurs du conflit, et ainsi entrevoir une sortie de crise pour le territoire.

Chloe Sharrock