Flux Isérois

Force Ouvrière - Union Départementale 38

chargement...

Fri, 17 Nov 2017 07:21:44 +0100

Manifestation du 16 novembre

Quatre mille personnes, à Grenoble, La Tour-Du-Pin et Roussillon ont protesté contre la politique libérale du gouvernement et les dispositions inacceptables des ordonnances. Elles ont pour principal but de limiter les droits des travailleurs, de donner la priorité de l’accord d’entreprise sur le contrat de travail et de favoriser le dumping social à l’intérieur du pays.

 

Les manifestants ont alerté sur les risques des futures réformes, Assurance chômage, formation professionnelle et apprentissage.

 

Ils ont protesté contre le blocage des salaires et la hausse de la CSG.

 

Ils s’inquiètent des attaques contre le service public et la protection sociale.

 

Ils sont préoccupés pour l’avenir de la jeunesse de notre pays, la précarisation de l’emploi, les difficultés pour accéder au monde du travail et la sélection à l’entrée à l’université.

 

Les retraités qui s’étaient massivement mobilisés le 28 septembre et particulièrement à Grenoble sont de nouveau dans la rue. Ils se mobilisent contre le gel des pensions, la baisse des aides au logement… L’Union confédérale des retraités FO communiquait : « ces attaques s’ajoutent aux ponctions fiscales de ces dernières années et elles font partie d’une remise en cause des droits et garanties obtenus par les salariés depuis 1945 » .

 

Intervention de FO lors de la manifestation du 16 novembre.

3_admin_8

Wed, 18 Oct 2017 00:02:39 +0200

Une longue grève s'annonce à la TAG

Le 16 octobre 2017, a eu lieu la dernière réunion de négociation sur la Sécurisation des Parcours Professionnels dans les Transports Urbains.

En préambule, la représentante du Ministère du travail informe que la CFTC n’est plus représentative dans la branche Transports Urbains et qu’elle ne participera plus aux prochaines réunions sauf accord unanime.

Lors de cette réunion, en intersyndicale, nous avons porté en discussion des revendications communes (FO, CGT, CFDT, CFTC, UNSA, CGC)

Ci-dessous les revendications communes accompagnées des réponses de la partie patronale (UTP).

Ø  Mise en place par accord de branche, d’un temps partiel bonifié (+10 % de salaire ex :80 % travaillé payé 90 %) de fin de carrière pour les salariés justifiant de 15 ans d’ancienneté dans la profession et à moins de 5 ans de son départ à la retraite, sans possibilité pour l’employeur de s’y opposer.

NON, sauf pour les travailleurs de nuit sous 3 conditions…

Ø  Mise en place d’une prévoyance inaptitude pour les salariés qui ne sont pas couverts par l’Ipriac.

NON, une étude sera diligentée…

Ø  Mise en place d’un jour de congé payé supplémentaire par tranche de 5 ans d’ancienneté.

NON, …

Ø  Réouverture de la NAO de branche :

NON, …

Ø  Augmentation de la valeur du point de 3% pour sortir progressivement de la forfaitisation du plus bas coefficient de la grille de salaire conventionnelle,

NON, …

Ø  Mise en œuvre d’un 13ème mois conventionnel.

NON, …

À ce stade des discussions, les propositions de l’UTP sont très insuffisantes et ne sont pas de nature à retirer les préavis de grève pour la journée du 20 octobre… et jusqu'au 30 décembre. Entre autre les syndicats demandent l'abrogation de la loi El khomri, le retrait des ordonnances, un permis professionnel. 

Communiqué de presse intersyndical

Le 20 octobre 2017 tous les salariés des Transports Urbains seront en grève. 

La négociation engagée depuis plus de 2 ans, avec de belles promesses du syndicat patronal, n’a pas avancée. 
 

Idem  pour  les  négociations  salariales  de  branche  où  il  n’y  a  pas  eu  d’augmentation  sur  les  minimums conventionnels. 
 

Les Organisations Syndicales représentatives de la branche regrettent qu’à l’issue de la séance paritaire de  négociation  de  ce  lundi  16  octobre  2017,  l’UTP  soit  restée  sourde  à  la  plate-forme  revendicative unitaire.
 

Pire, l’UTP nous fixe une prochaine réunion de négociation le 14 février 2018 sur les salaires ! C’est une conception  archaïque  du  dialogue  social  et  ce  n’est  pas  un  signe  d’ouverture  pour  tenter  d’éviter  la situation  conflictuelle.  Cela  fera  3  ans  que  les  salaires  conventionnels  de  la  branche  n’ont  pas  connu d’évolution. 
 

L’appel à la mobilisation des salariés de la profession reste entière et nous appelons l’UTP à revoir ses positions afin d’ouvrir des droits conventionnels nouveaux d’un haut niveau social. 
 

C’est  à  cette  seule  condition  que  nous  pourrons  sortir  de  la  spirale  concurrentielle  actuelle  dont aujourd’hui les salariés paient le prix soit sur leur emploi soit sur leur statut social d’entreprise. 
 

Les Organisations Syndicales se retrouveront à l’issue de la journée du 20 octobre pour définir d’autres journées de mobilisation. 

                    Paris, le 16 octobre 2017 

3_admin_8

Thu, 12 Oct 2017 16:08:51 +0200

Le 10 octobre, les fonctionnaires en colère

Le 10 octobre, à l’appel des neuf organisations syndicales de la fonction publique, les fonctionnaires ont signifié au gouvernement leur mécontentement profond par la grève et les manifestations.

À Grenoble, nous étions près de 4 000 manifestants. Notre organisation s'en félicite. Les fonctionnaires des trois versants de la fonction publique (État, territoriale, hospitalière) contestent les 120 000 suppressions d’emplois prévues en cinq ans, le gel de leur salaire indiciaire en 2018 alors qu’ils ont déjà perdu plus de 16 % de leur pouvoir d’achat en seize ans, la remise en vigueur l’an prochain du jour de carence lors d’un arrêt de travail pour maladie, la non-compensation de la hausse de la CSG en janvier prochain et l’absence de gain de pouvoir d’achat.

La mise en danger croissante des missions de services publics à travers certaines réformes structurelles encadrant l’austérité budgétaire, ainsi que la stigmatisation systématique des agents des services publics. Le gouvernement doit entendre les agents publics et leurs organisations syndicales.

C’est pourquoi nous réitérons nos revendications :
Augmentation immédiate du point d’indice
Abandon des suppressions de postes
Maintien du statut général de la Fonction publique
Non-rétablissement de la journée de carence
Des moyens pour exercer les missions de service public.

Par ailleurs, nous condamnons fermement la volonté de certains de porter atteinte aux organisations syndicales en empêchant le bon déroulement de la manifestation en stoppant le cortège ou en agressant les manifestants.

Public, privé nous devons tous rester mobilisés.

3_admin_8

Sun, 08 Oct 2017 16:57:34 +0200

Analyse des ordonnances Macron

Grenoble

Analyse des ordonnances Macron

Maître Germain-Phion le 6 octobre à Grenoble

Le vendredi 6 octobre Maître Germain-Phion a présenté à la Bourse du Travail son analyse de l'impact des ordonnances Macron sur le droit du travail.
Vous pouvez retrouver cette analyse en ligne : Analyse Avant Après des Ordonnances Macron 


3_admin_8

Wed, 04 Oct 2017 17:18:21 +0200

Les préparateurs de commandes de Conforama battent le record de Lidl dénoncé dans Cash Investigation

Les préparateurs de commandes de Conforama battent le record de Lidl dénoncé dans Cash Investigation

FO s’indigne, des propos cités dans l’article de presse du Dauphiné paru le 3 octobre 2017 intitulé « TROIS QUESTIONS A…. » « On aura toujours besoin d’une main d’œuvre pour les postes moins qualifiés de préparateurs de commandes ». FO s’insurge, de ce dénigrement d’une partie des salariés de la plateforme logistique.

Le métier de préparateurs de commandes, utilisant la même méthode de préparation vocale, comme montrée, dans le reportage sur Lidl diffusé sur France 2 (Cash Investigation d'Elise Lucet du 26 septembre 2017 NDLR) tel que le précise la direction de Conforama, doit être valorisé.

Chez Conforama, les préparateurs de commandes manutentionnent entre 400 et 700 colis par jour avec des colis d’un poids moyen de 20 kilos et pouvant peser jusqu’à 60 kilos. Ils dépassent donc les 8 tonnes des salariés de Lidl avec une moyenne de 14 tonnes par jour soit 70 tonnes par semaine manutentionnées. Sans oublier, les effets secondaires dus à l’utilisation répétitive des casques auditifs comme présentés dans le reportage.

FO ne peut tolérer ce constat sur les jeunes : « Les jeunes ne restent pas forcément dans l’entreprise ; ils ne veulent pas évoluer, c’est générationnel ». C’est totalement FAUX. Sur la plateforme Conforama logistique, de nombreux jeunes souhaitent évoluer dans l’entreprise et pérenniser leur contrat de travail.

Au contraire FO, dénonce les recours à l’intérim abusif sur le site et l’usage des CDI intérims et Groupement employeurs (GEL) qui favorisent la précarité de l’emploi. FO s’inquiète pour les emplois avec l’installation de convoyeurs sur la plateforme logistique.

La direction reconnaît que ceux-ci peuvent avoir un impact sur les emplois. Jamais les élus du comité d’entreprise n’ont été informés sur ce risque de perte d’emplois.

FO est en accord avec la direction quant à la question sur les salaires. Nos revendications de réévaluations des salaires pour ces métiers pénibles depuis plusieurs années vont-elles enfin être entendues ? De nombreux débrayages ont été menés pour l’amélioration des salaires mais sans succès.

3_admin_8