Presse & Blogs
Force Ouvrière - Union Départementale 38

Tue, 03 Apr 2018 10:37:35 +0200

Pas de caddies, pas de clients

Hypermarchés filtrés ou bloqués par des alignements de chariots : faire ses courses de Pâques dans certains magasins Carrefour, samedi 31 mars, tenait de la gageure au vu de la forte mobilisation des salariés décidés à défendre leurs emplois et leur pouvoir d’achat.

En Isère les magasins étaient fortement touchés par le mouvement. Meylan avec près de 90 % de grévistes, Échirolles, Saint Egrève et L’Isle-d’Abeau, étaient impactés. Certains magasins avaient suivi la consigne nationale de la direction de faire disparaître les chariots des parkings comme à Échirolles, ce qui a encore un peu plus dérouté les quelques clients.

Au moins 300 magasins intégrés étaient touchés par le mouvement de grève lancé par FO et la CFDT, et relayé séparément par la CGT, au lendemain d’une mobilisation dans les entrepôts. Le mouvement « a démarré très tôt avec beaucoup de force et d’envergure, il est très fort », s’est félicité Michel Enguelz, représentant de Force ouvrière (FO), premier syndicat du groupe de grande distribution. Il y en a « peut-être même plus », a estimé M. Enguelz (FO), qui s’est félicité d’un mouvement « d’envergure ».

Cette mobilisation est le point d’orgue de l’inquiétude et de la colère qui montent depuis l’annonce, le 23 janvier, par Alexandre Bompard, PDG du groupe depuis l’été 2017, de son « plan de transformation » s’accompagnant de la suppression de milliers d’emplois. L’appel à la grève, lancé par FO et la CFDT, relayé séparément par la CGT, répond à l’annonce en janvier de la suppression de milliers d’emplois.

Les syndicats protestent aussi contre le projet de passage en location-gérance de plusieurs hypermarchés. L’annonce récemment d’une participation moyenne de 57 euros, contre 610 l’an dernier, a achevé de mettre le feu aux poudres. Ils s’inquiètent aussi de l’impact sur l’emploi d’autres mesures du plan Bompard (logistique, réduction de 100 000 m2 des surfaces des hypermarchés). Les actionnaires toucheront, eux, 356 millions d’euros de dividendes, font valoir les syndicats, qui anticipent aussi des négociations salariales au rabais.

3_admin_8

Mon, 12 Mar 2018 18:28:13 +0100

FO part en guerre contre le barème

Notre organisation estime que le barème plafonnant la réparation du préjudice des salariés licenciés de manière injustifiée est contraire à l’article 24 de la Charte sociale européenne révisée, en ce qu’il ne remplit pas les critères de ce que doit être une réparation appropriée, c’est-à-dire les critères d’adéquation, d’effectivité et de dissuasion vis-à-vis de l’employeur.

Avec des planchers et des plafonds très bas, ce système d’indemnisation basé sur le seul critère de l’ancienneté ne permet plus au juge d’évaluer les autres dommages éventuellement subis par le salarié tels que l’âge, les mesures vexatoires, les difficultés liées au bassin d’emploi pour retrouver du travail. C’est sur la base d’une simple évaluation coûts – bénéfices que, désormais, l’employeur va pouvoir se séparer d’un salarié conformément à l’objectif visé par le gouvernement : sécuriser les employeurs aux dépens des droits des salariés.

Le juge se trouve donc dorénavant privé de reconnaitre un dommage plus élevé pour le salarié et de l’indemniser au regard du préjudice qu’il a réellement subi.

Pour toutes ces raisons, FO demande au CEDS de dire que le barème mis en place par l’ordonnance n°2017-1387 du 22 septembre 2017 est contraire à l’article 24 de la Charte sociale européenne révisée.

3_admin_8

Fri, 23 Feb 2018 11:00:53 +0100

Carrefour, opération villes étapes

Région

Carrefour, opération villes étapes

Jusqu’à la date de la grande mobilisation FO devant le siège de Carrefour qui se tiendra le 1er mars, les syndicats FO mobilisent les salariés partout en France pour faire face aux mesures du plan Carrefour 2022. Pour la région Auvergne Rhône Alpes, l'action se déroulait à Aix les Bains le 23 février.


Aix-Les-bains LE 23 février 2018

3_admin_8

Sun, 18 Feb 2018 17:35:58 +0100

Déclaration de le CE confédérale le 15 février

Attachée aux principes républicains de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité et à leur respect, la Commission Exécutive de FORCE OUVRIERE tient à réagir fermement face aux annonces faites par le gouvernement concernant la fonction publique.

Le fait que les gouvernements successifs, sous des appellations diverses (RGPP – MAP CAP 22) s’inscrivent systématiquement dans une démarche libérale-austère, expliquent pourquoi malgré leurs engagements ils se refusent à mener un vrai débat contradictoire sur le rôle et les missions du service public républicain, ce qui devrait constituer le préalable indispensable à toute évolution.

Rappelant son attachement au statut général de la fonction publique, expression d’une conception républicaine de celle-ci, la CE dénonce toute volonté de plan de départ volontaire lié à d’éventuelles restructurations ou suppressions de postes et de missions. Il en est de même en matière de rémunération avec l’éventualité de primes au mérite, contradictoires avec une nécessité de travail collectif ou en matière de recrutement avec un recours accru à la contractualisation.

Pour FORCE OUVRIERE, toutes les missions pérennes doivent être assurées par l’application du statut général. Elle rappelle d’ores et déjà que la précarité de l’emploi dans le public est supérieure au secteur privé. Considérant que le service public, au sens large, constitue la colonne vertébrale du sens, du rôle et des principes républicains, elle apporte sa solidarité et son soutien aux fédérations FO et aux agents des trois versants de la fonction publique qui seront en grève et manifestation le 22 mars 2018.

Respecter les principes républicains commence par le respect de celles et ceux qui travaillent, dans l’Etat, l’hôpital public ou les collectivités territoriales.

3_admin_8

Fri, 01 Dec 2017 14:55:38 +0100

S'adapter aux ordonnances

 FO Isère ouvre le débat à tous

Comment les ordonnances sur le travail, ayant dorénavant force de lois, entravent la marche des salarié(e)s vers l’égalité professionnelle et handicapent la lutte contre les violences faites aux femmes au travail ?
 

Comment les nouvelles règles de la représentation des salarié(e)s  génèreront-elles retards et dysfonctionnements dans une organisation du travail en profonde mutation numérique ?

Comment s’adapter, en évitant le pire, à la situation nouvelle ? 

 

 

Jeudi 7 décembre 2017 - 9 h 30 – 13 h 00

Forum de la Bourse du Travail

32, avenue de l’Europe, Grenoble

(en face de Grand Place)

3_admin_8