Flux Isérois

Collectif La Patate Chaude – Grenoble

chargement...

Sat, 30 Sep 2017 15:51:51 +0200

Article du Dauphiné Libéré© du 27/9/17

Publicités

admin

Sat, 30 Sep 2017 15:40:44 +0200

Le Conseil départemental et La Métro ne s’intéressent pas aux Roms

Communiqué de presse

L’association Roms Action qui accompagne depuis 14 ans les familles Roms de l’agglomération vivant en squats et bidonville (une quinzaine de lieux dans l’agglo) va mettre la clef sous la porte très prochainement du fait de la baisse des subventions publiques (moins 60.000€ dans le budget associatif en 2017). Toutes les collectivités sont à l’origine de cette baisse notamment la Métro et principalement le Département de l’Isère qui a réduit sa subvention de 75.OOO€ à 25.000€ en deux ans.

La fermeture de Roms Action se traduira par le licenciement du personnel et l’abandon de l’accompagnement de ces familles européennes, marginalisées, victimes de préjugés. Ces familles ne demandent pourtant qu’à vivre normalement comme les autres et à s’intégrer. Roms Action assurait l’accompagnement vers l’autonomie pour leur insertion par diverses missions : médiation, santé, parentalité, scolarisation, insertion économique, amélioration du logement, apprentissage du français, accompagnement pour les démarches administratives et pour l’emploi, aides matérielles ainsi que le plaidoyer auprès des institutions et des citoyens. Toutes ses missions seront stoppées.

Après les nombreuses évacuations des lieux de vie qui rompent les scolarités des enfants et compliquent les recherches de travail des adultes, les Roms se trouvent une nouvelle fois abandonnés.

Administrateurs, salariés, bénévoles et usagers de Roms Action déplorent vigoureusement cette situation et interpellent l’opinion publique et les élus afin qu’une solution pérenne soit trouvée pour que ces missions essentielles d’accompagnement des Roms vers l’intégration puissent se poursuivre.

CONTACTS:

Roms Action – 51 rue des Eaux Claires – 38100 Grenoble Tél.: 04 76 43 47 56 – contact@romsaction.org

Philippe Dubois co-président 06 64 02 60 75

Serge Darmon secrétaire trésorier 06 49 60 70 81

Publicités

admin

Sat, 30 Sep 2017 15:25:26 +0200

La lutte paye encore… malgré un monde devenu fou (DAL38 22/9/17)

COMMUNIQUE DE PRESSE
le 22 septembre 2017
La lutte paye encore… malgré un monde devenu fou.
Vendredi 22 septembre, à midi une soupe populaire était organisée par la Coordination Iséroise de Solidarité aux Étrangers Migrants.
Une soupe populaire qui s’est établie sur une aire de pique nique, à proximité d’un jardin partagé, à proximité de la mairie de Grenoble, à proximité d’un ancien campement de personnes en demande d’asile. Un endroit convivial où s’étaient réunies environ quatre vingt personnes, dont la moitié environ avaient l’uniforme de la police nationale et ne souhaitaient pas partager le bol de soupe. Soupe au demeurant très bonne puisque il y avait même la présence de deux élus du conseil municipal de Grenoble.
Puis, pour une raison inconnue, la moitié des participants portant l’uniforme ont soudainement décidé que l’endroit pour boire la soupe était mal choisi, et ont donc décidé d’encercler puis de pousser l’autre moitié des participants jusqu’au bord de la route, dans un climat d’absurdité inédit.
Comment peut-on en arriver là lors d’une soupe populaire organisée sur une aire de pique nique ?


Il faut dire que le rassemblement était annoncé depuis longtemps, en solidarité avec dix-huit familles en demande d’asile dormant sous un pont depuis plusieurs mois. La mairie et la préfecture craignaient à cette occasion l’installation opportune d’un campement pérenne, comme cela fut fait par le passé, ce qui aurait réduit à néant leurs efforts de faire partir (vers où?) ces dix-huit familles. Efforts constants puisque durant trois mois, les différents services de police se sont relayés pour voler les tentes, voler les réchauds et les couvertures, contrôler et demander de partir à ces personnes que l’État devrait loger dès leur arrivée en France – ce qu’il ne fait bien évidemment pas.
Donc le matin même de la soupe populaire, pour éviter l’installation de ce campement « sauvage qui entraînerait des risque d’insalubrité, de manque d’hygiène voire de troubles à l’ordre public » (communication de la préfecture), une
quinzaine de familles – celles dont les enfants étaient en bas âge, ont été déplacées par la police à l’autre bout du département, dans un PRAHDA – Programme d’Accueil et d’Hébergement des Demandeurs d’Asile. Une première mesure de bon sens – bien que les personnes risquent une nouvelle remise à la rue – ou une expulsion du territoire, dans quelques mois, si leur demande d’asile est refusée. Quatre familles restent alors sans solution, probablement car n’ayant
pas d’enfants en bas âge.
La soupe populaire est donc maintenue le midi, avec les suites que l’on connaît. Suite à la mobilisation et à la détermination des militant.es sur place, les quatre familles obtiennent un maigre sursis et sont pris en charge par la mairie de Grenoble jusqu’à mardi matin, dans un hôtel.
Dans quelques jours ou quelques semaines, sans doute faudra-t-il organiser une nouvelle soupe populaire sous l’œil attentif d’une police, qui, comme à Calais, dans la vallée de la Roya et partout ailleurs, applique des directives absurdes et illégales stipulant qu’il est préférable de pourchasser les personnes migrant.es plutôt que de les loger comme le prévoit la loi.
Solidarité avec les personnes exilé.es !
Un toit pour tous !

ASSOCIATION DROIT AU LOGEMENT 38
(DAL38)
Chez association Le Fournil
DROIT AU LOGEMENT 38
2, RUE GEORGE SAND
06 41 30 55 18
droitaulogement@gresille.org
Facebook : Droit Au Logement 38

Publicités

admin

Sat, 30 Sep 2017 15:12:12 +0200

Migrants de Valmy quand la soupe populaire tourne à la soupe à la grimace

REPORTAGE VIDÉO – La Coordination iséroise de solidarité avec les étrangers migrants (Cisem) a organisé, ce vendredi 22 septembre, une soupe populaire en soutien aux migrants demandeurs d’asile qu’elle estime quotidiennement harcelés par la police. Le collectif revendique un acte de solidarité, tout autant que l’interpellation des institutions dont elle dénonce le « cynisme » et la « répression ».

Source : article Migrants de Valmy : quand la soupe populaire tourne à la soupe à la grimace | Place Gre’net – Place Gre’net

Publicités

admin

Thu, 21 Sep 2017 14:53:39 +0200

Soupe populaire en soutien aux migrants harcelés par la Police

De plus en plus de migrant-e-s et leurs familles en quête d’hébergement sont abandonnés à la rue par les autorités nationales et locales, et pis encore harcelés quotidiennement par la police qui leur prend tentes, réchauds à gaz, vêtements, multiplie les contrôles et les poursuit pour les empêcher de s’installer où que ce soit. Cette situation, qui nie tous les droits de la personne, nous renvoie à Calais, Nice, Porte de la Chapelle à Paris, où les personnes en quête d’asile sont pourchassées, laissées à une misère sans nom, expulsées…

Pourtant le droit au logement de toutes et tous est un principe fondamental de notre pays. Le droit à l’asile l’est aussi, qui a valeur constitutionnelle en France, et se réfère à la Convention de Genève de 1951 sur le statut des réfugiés. Les personnes demandant l’asile, en cours de procédure, doivent être hébergées par l’Etat, par l’intermédiaire de l’OFII ( Office Français l’Immigration et de l’Intégration).

Le Conseil Départemental a le devoir de protéger et héberger les femmes seules avec enfants de moins de 3 ans. Or la majorité départementale en Isère a fait le choix de restreindre drastiquement le nombre d’appartements mis à disposition, et de supprimer définitivement la location de chambres d’hôtels. Ce choix indigne, au détriment de la mission de protection, laisse à la rue des petits enfants et femmes enceintes, dans une situation dangereuse de grandes précarité et insalubrité.

Le 115, service d’accueil d’urgence des sans-abris, est totalement asphyxié par le manque criant de places d’hébergement qui laisse personnes sans toits et professionnels de l’urgence dans une même détresse.

La CISEM, coordination d’associations et collectifs auprès des étrangers migrants en Isère, est solidaire de ces personnes et familles. Elle est particulièrement interpellée par une quinzaine de familles harcelées depuis la mi-juillet entre campus et parcs municipaux.


La soupe populaire que nous organisons est à la fois acte de solidarité et interpellation via la presse de ces institutions : Etat, Conseil Départemental, communes et Métro. Nous refusons leur cynisme et leur répression, défendons les devoirs d’accueillir et de loger toute personne qui le demande.

Nous vous appelons à nous rejoindre vendredi 22 septembre à 11 heures, à l’arrêt du tram C Hôtel de Ville,

pour manifester, avec les associations et collectifs signataires, notre soutien aux migrants et leurs familles à la rue.

UN TOIT, PAS DES MATRAQUES

Cisem, Apardap, CIIP, Collectif Hébergement-Logement, CSRA, Ensemble !, Europe-Ecologie Verts Isère, Go Citoyenneté, Patate Chaude, Ligue des Droits de l’Homme, Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté, NPA, PAS 38, PCOF, Lutte Ouvrière, Ras L’Front, RESF 38, RUSF 37, SOLIDAIRES, Syndicat Multiprofessionnel des Travailleurs Sans Papiers CGT

Et : Assemblée des Mal Logé-e-s, DAL 38, ATTAC 38, CADTM (Comité pour l’Annulation des Dettes Illégitimes), Osez le Féminisme

Publicités

admin